La St Valen-quoi?

Chapter 1

Aujourd'hui, serait un jour spécial. Ce jour où toutes personnes auraient cette envie d'offrir des choses dégoulinantes de mièvre à leur chère et tendre moitié de leur cœur. Ouaip, c'est définitivement pas pour moi et mon compagnon.

Moi, c'est Harry Potter, enchanté. 17 ans, toutes ses dents, vaccin à jour, 1m65 pour 65 kg. Je suis élève à l'école de magie et de sorcellerie de Poudlard. Je suis donc un ... Sorcier. C'est bien vous avez tout suivi. Vous voulez une médaille ? Non, sérieusement, ne répondez pas.
Mon compagnon, c'est cet homme-là qui est au bout de la table des professeurs. Severus Snape, 38 ans, 1m85, pas beaucoup de kilos, beaucoup de sarcasme, mais une dose d'amour suffisante. Il est mon professeur de potions.

Vous vous doutez bien que personne n'est au courant pour nous, cela serait fort incommodant comme le dirait Malfoy.
Je reçois ce matin-là, je ne sais pas combien de lettres roses parfumées qui me donnent envie de vomir. Y'a aussi ces boîtes de chocolats, les fleurs… Et autres trucs étranges.
Je finis de manger rapidement et pars prendre mes affaires pour aller en cours laissant sur la table les… Cadeaux.
J'en ai reçu toute la journée de ces cadeaux. Pff… Chiant. Et voir tous ces couples s'embrasser en se disant combien ils s'aiment à la folie me gonfle.

Quand je rentre le soir, je vois dans la grande salle une pile. Tout ce que je n'ai pas ouvert, ni voulu. Je renifle sarcastiquement, réflexe que j'ai pris de mon cher et tendre, puis avec un sourire malsain alors que tout le monde est dans cette même salle, je lance un incendio et m'assieds pour manger alors que le tas brûle. J'entends des personnes pleurer de ma réaction. On me traite de sans-cœur.

Grand bien leur fasse

Je dépose mes affaires dans le dortoir, prends ma cape d'invisibilité et file directement chez mon homme. En arrivant, je suis agrippé directement par sa poigne et plaquer contre le mur qui sert de porte. Ma cape tombe à même le sol alors que ses lèvres se posent brutalement sur les miennes. Il m'attrape sous mes cuisses, j'enroule mes jambes autour de lui et mes bras autour de son cou. Il nous porte directement dans, ce qui est devenu au fil des jours, notre chambre.

J'éloigne un moment ma bouche de la sienne et le regarde dans les yeux.
Ces yeux sombres en proie à cette envie sauvage de me prendre à même le sol et marqué son territoire.

"T'es pas censé être romantique aujourd'hui et m'offrir un truc ?"

Je lui demande d'un air taquin. Je vois une pointe d'amusement traverser son regard onyx et il me jette dans le lit. J'atterris en rebondissant un moment. Il se met sur moi, me mordant la peau de mon cou par taquinerie.

"Tu veux du romantisme ? "

Il me chuchote dans le cou sa demande. J'acquiesce toujours rigolant. Il se redresse et sort du tiroir de notre lit un lubrifiant qu'il pose bien à vu.

Un nouveau, j'en suis certain. J'ai hâte de le tester, voir les nouveaux effets qu'il a ajoutés. Nous fera t-il bander pendant plusieurs heures ? Doublera l'orgasme ? Hum… Je suis curieux.

" Bah, tiens voilà une lotion pour nous prouver qu'on s'aime, fait à base de fleur et senteur chocolat. C'est suffisant pour toi ? Oui ? Bien maintenant, soit mignon ferme là, mon cœur. Tu m'as manqué laisse-moi nous offrir un de ces cadeaux que l'on aime tant

- Oh Merlin, oui et pas qu'un seul.
- Le mérites-tu seulement ?"

Il passe une de ses mains sur ma bosse déjà présente dans mon pantalon trop étroit.

"O..Oui… J'ai tenu toute la journée et eus un EE en potion… Maintenant, enlève-moi ce putain de plug et baise-moi !"

Il sort sa baguette et nous déshabille d'un coup avant de la laisser au sol pour jouer avec moi… Et cela, toute la nuit. Oh, bien sûr, nous sommes que nous nous aimions… Mais nous sommes ainsi. Le romantisme… Ce n'est pas pour nous.