Le fantôme d'un sourire

Chapter 1

Note d'auteur :

Participation au concours "Les associations improbables : le retour" sur HPF.

/*-*-*-*-*/

Chapitre 1 : La Rentrée

La Dame Grise soupira. Encore le même débat qui allait mener aux même arguments, aux mêmes réponses et enfin à la même décision. À chaque rentrée c'était la même chose.

Un tel gaspillage de temps la sidérait. Pourquoi ne pas écourter la discussion ? Il serait plus sage de décider d'une solution unique et définitive.

Comme leur état.

—Mes amis, l'erreur est humaine. Il serait orgueilleux de notre part de punir plus que de raison notre camarade.

Cependant, bien qu'ils partageaient son statut, elle semblait la seule disposant encore d'un reste de bon sens...

—Pouvons-nous réellement affirmer qu'il est humain ? Je n'ai encore jamais rencontré de personne, vivante ou morte, appréciant autant se baigner dans les toilettes des garçons.

… et de tenue.

Que faisait-elle parmi ces saltimbanques, ces pitres, ces... farfelus ?

Elle soupira à nouveau, se mordant la lèvre par automatisme. Il n'y avait plus rien à mordre en réalité, elle avait perdu la sensation du toucher il y a plusieurs siècles désormais. Pourtant elle conservait ses habitudes, aussi inutiles soient-elles.

Au moins n'étaient-elles pas agaçantes comme les tons apprêtés de Sir Nicholas Mimsy de Porpington, ou exaspérantes à l'image de l'affabilité à outrance dont savait faire preuve le Moine Gras. Sans parler de ce titre ridicule dont il semblait tirer une fierté inconvenante.

—Qu'en pensez-vous chère consœur ? demanda justement ce dernier.

Cette fois, la Dame Grise retint son soupir. Elle avait un rang, une noblesse, des obligations. Même morte elle se devait d'afficher un comportement digne de son nom. Il en serait ainsi pour son éternité.

—Ne perdons plus de temps. L'apport de l'esprit frappeur à cette soirée est au mieux proche du néant, au pire catastrophique. En conclusion, il serait sage de le tenir écarté des festivités.

Aucun doute ne transparaît dans sa voix, son ton est posé, son allure digne, son avis respecté. Elle maîtrise parfaitement son image et connaît l'étendue de son charisme.

Tous les fantômes, sauf un, la regardent lorsqu'elle débute sa phrase avec la gravité que réclame son intervention.

Tous les fantômes, sauf elle, tournent leur attention lorsque sa voix s'éteint sur celui qui n'osait pas poser ses yeux sur elle.

Le Baron Sanglant.

Elle n'eut pas besoin de lui accorder un coup d'oeil pour connaître sa réponse. Il ne le méritait pas.

De toute façon, la manière dont Sir Nicholas redressa son menton avec satisfaction et fierté, au point de faire basculer sa tête sur le reste de tendon qui la maintenait, ainsi que le sourire du Moine Gras qui s'affaissa lui suffirent pour deviner que ses propos venaient d'être approuvés. Le Baron Sanglant tiendrait Peeves à l'écart durant le festin.

Le seul qui lui fasse peur soit disant. Il était une gêne de son vivant, elle pouvait lui accorder cette utilité dans la mort.

Cette unique pensée ramena sur son visage une expression d'amertume. Elle s'éloigna avec un faible mot d'excuse, pas assez pour être convenable mais trop pour paraître vulgaire.

Pourquoi s'embêtaient-ils tous à répéter les mêmes questions ? Quelle ironie ! Ils étaient condamnés pour l'éternité, pourquoi ne pas décider une bonne fois pour toute et ne plus en discuter ensuite ? Seule la vie pouvait changer, la mort était immuable et immuables devaient être leurs choix.

Traversant différents murs, elle glissa jusqu'à une fenêtre du sixième étage. La nuit n'était pas encore tombée mais le soleil ne brillait plus dans le ciel. Elle observa un instant ce paysage avant de reprendre son errance dans les couloirs.

Les élèves ne tarderaient plus. La Dame Grise les aimait bien et, malgré son envie évidente de le cacher, elle avait hâte de les revoir.