If You Dare 2

Chapter 9

PROMPT : Étalement

Lorsqu'il avait reçu la convocation, Harry soupira, agacé. Il devait de nouveau aller voir Dumbledore, et ces temps-ci, il n'appréciait pas vraiment voir le vieux sorcier.

Il était là de son rôle de protecteur inquiet, alors qu'il refusait de lui révéler toute la vérité, prétextant le protéger. Harry avait conscience que son avenir était sombre et que l'affrontement qui devait avoir lieu entre lui et Voldemort ne serait pas une partie de plaisir.

Il avait cessé de faire des rêves d'avenir. La famille à laquelle il aspirait, la jolie maison et sa barrière blanche ne seraient probablement jamais pour lui. Il savait qu'il avait de grandes chances de mourir même si personne n'en parlait clairement.

Il se rendit lentement vers le bureau directorial, et fut surpris de trouver la gargouille ouverte. Avec un haussement d'épaules, il ne chercha pas à comprendre pourquoi et s'engagea dans l'escalier, lentement.

En arrivant en haut de l'escalier, il eut la surprise de voir la porte du bureau entrouverte et les bruits d'une dispute s'en échappaient.

Il reconnu la voix agacée de Dumbledore, et le timbre froid de son professeur de potions.

Il connaissait le statut d'espion de Rogue, et il avança à pas de loups, pour essayer d'entendre ce qui se disait. Il en avait assez d'être tenu à l'écart de la plupart des informations alors qu'il serait celui qui risquerait sa vie au final.

- Je ne suis pas venu ici pour assister à l'étalement ridicule de vos remords, Albus.

Le ton du maître des potions était clairement hostile et Harry s'approcha dans l'espoir de voir quelque chose.

La voix fatiguée de Dumbledore répondit alors, calmement bien qu'une certaine tension se faisait sentir.

- Severus… Je n'ai pas le choix ! Il n'y a pas d'autre possibilité.

- Vous rendez-vous compte de ce que vous me dites, Albus ? C'est une monstruosité sans nom…

Harry haleta en entendant les mots de Rogue. La colère, le dégoût vibraient clairement dans sa voix.

- Albus, il n'aurait pas osé. C'est…

- Qu'attendez vous d'un homme qui a profané des licornes pour survivre, Severus ?

Il y eut une longue pause. Puis, le maître des potions chuchota un mot et Harry fronça les sourcils.

- Des horcruxes…

Mais aucun des deux hommes n'expliqua ce que c'était. Après un temps de silence, Albus reprit la parole, parlant plus doucement.

- Oui des horcruxes. J'ignore encore combien il en a fait. Déjà un est un acte terrible mais il y en aurait au moins cinq.

- Allez-vous le dire à Potter ?

Harry sursauta en entendant son nom, craché avec colère par le maître des potions. Mais pour une fois, il n'était pas la cible de l'ire de l'homme sombre.

- Severus, c'est inutile de l'inquiéter avec ça.

Il y eut un grognement et Harry recula d'un pas.

- Sa cicatrice et ses cauchemars…

- J'en ai peur, Severus. Je pense qu'il… Qu'il en est devenu un cette nuit-là. Ça complique les choses…

Il y eut un silence si long que Harry recula légèrement dans l'ombre, prêt à dévaler les escaliers. Mais il y eut un soupir avant que le maître des potions ne reprenne la parole.

- Vous êtes stupide Albus, vous l'envoyez à la mort !

- Ne croyez vous pas que j'en suis conscient ? Mais il n'y a rien que…

- Conneries ! Si vous n'aviez pas votre manie du secret, nous aurions eu des années pour chercher une solution !

- Je n'ai appris que récemment pour…

- Et cette fichue prophétie ? Vous la connaissez depuis le début !

Harry se rapprocha de la porte en entendant parler de la prophétie qui avait mené ses parents à la mort. Comme Dumbledore ne semblait pas décidé à répondre, Rogue poursuivit, impitoyable, de sa voix glaciale. La voix qu'il réservait habituellement à Harry dans son cours.

- Lui en avez-vous seulement parlé ?

- J'ai informé Harry de l'existence de la prophétie Severus. Ne soyez pas si suspicieux… Je vous ai dit que je faisais ce que je pouvais pour le garder en sécurité !

- Y compris la fin de cette fichue prophétie ?

Un lourd silence suivit et le ricanement sinistre du professeur de potion effraya légèrement Harry. Ce qu'il venait d'entendre tournait follement dans sa tête, et il avait l'impression de tomber dans un gouffre sans fond.

- Voyons Severus. Je fais ce qui est pour le mieux.

- Pour qui Albus ? Pour le gamin ou pour vous ?

- Je me soucie réellement de Harry contrairement à ce que vous pouvez penser ! Que dire de vous qui avez été incapable de passer par dessus la rivalité qui vous opposait à son père !

Il y eut un grognement de Rogue.

- Je ne l'ai peut être jamais choyé comme vous Albus mais je ne me prépare pas à le sacrifier !

- Croyez-vous que je le fasse de bon cœur ?

- Vous ne cherchez pas d'autre solution !

- Parce qu'il n'y en a pas Severus ! Il n'y a rien d'autre à faire !

Il y eut un reniflement sarcastique que Harry attribua à Rogue, puis des bruits de pas nerveux allant et venant.

- Alors c'est ainsi Albus ? Après m'avoir fait la leçon ces dernières années pour que j'oublie le visage de James pour protéger le visage de Lily, vous allez juste l'offrir en sacrifice ? Comme je l'ai été pour être votre bon petit espion ?

- Severus…

- Vous n'allez même pas lui dire que… Qu'il n'a aucune chance de survie, n'est-ce-pas ?

- A quoi bon ?

Harry plaqua la main sur sa bouche, les larmes manquant de déborder de ses yeux. Il se sentait trahi, et à cet instant, il détesta Dumbledore et sa compassion hypocrite. Il recula prêt à fuir, décidé à ne pas répondre à la convocation du directeur.

Un bruit de pas le fit s'affoler et oubliant toute prudence il détala, espérant ne pas être entendu des occupants du bureau.

Ignorant les regards curieux qu'il récolta, il se rendit à tout vitesse dans le parc de Poudlard, pour aller jusqu'à la forêt interdite. Il se glissa entre les premiers arbres, jusqu'à une clairière qu'il avait découverte et où il savait, il ne serait pas dérangé.

Il avait besoin de réfléchir.