Une mystérieuse nouvelle arrivante

Bienvenue à Beauxbâtons

Coucou les amis !

J'espère que vous avez passé une bonne rentrée pour ceux qui vont en cours ! (Moi reprise du boulot -.-)

Au programme de ce chapitre 22 : Le début d'un séjour à Beauxbâtons haut en couleur...

Bonne lecture !

Chapitre 22 : Bienvenue à Beauxbâtons

Devant nous se dressaient les portes d'un magnifique palais. Mon cœur se serra à la vue de ce lieu si cher à mes yeux, j'avais passé six années dans cette école, j'avais donc grandi entre ces murs. Rogue affichait comme à son habitude un air blasé et renfrogné. Soudain, j'entendis le bruit des escarpins de Mme Maxime résonnés sur les carreaux de ciment qui ornaient le sol de l'école. La directrice était accompagnée de mon ancienne professeure référente Mme Tournefeuille. Voir ces deux femmes, enfin une femme et une semi-géante, devant moi, me donnait beaucoup d'émotions. Je me rappelais mes années, mes amis, mes ennemis, l'incident…

- Bonjour ! s'écria Olympe Maxime de sa voix sonore. Professeur Rogue, dit-elle en lui serrant la main, Mademoiselle Arbois, poursuivit-elle en me tendant à mon tour sa main. Je suis ravie de vous accueillir à Beauxbâtons, vous avez fait bon voyage ?

- Nous sommes venus en transplanant, répondis-je en jetant un regard à Rogue qui n'avait rien compris. Mon professeur ne parle pas français…

- Très bien, je parlerai anglais avec lui alors… souffla-t-elle. Ils n'apprennent jamais à parler français, c'est désolant. Mademoiselle Arbois, vous allez suivre la professeure Tournefeuille, elle va vous montrer votre chambre pour le week-end.

- Suivez-moi, dit mon ancienne référente.

Maxime emmena Rogue avec elle, de quoi allaient-ils bien pouvoir parler ? Je me mis donc à suivre Mme Tournefeuille, elle était la référente de mon ancien pavillon. C'était une femme assez âgée, moins que la professeure McGonagall mais tout de même. Elle était très grande et arborait une chevelure grise et un nez aquilin très prononcé. À l'époque, elle était aussi ma professeure de sortilèges, je ne compte plus mes heures de retenues pour cause de bavardage…

- Comment se passe votre intégration à Poudlard ? demanda Mme Tournefeuille en continuant sa marche rapide.

- Plutôt bien merci… Je m'y plais assez pour tout vous dire, même si c'est vraiment différent de Beauxbâtons, avouai-je.

- Et les cours ? s'enquit-elle. Vous passez vos BUSE en fin d'année ?

- Oui, en juin. J'ai beaucoup progressé en sortilèges et en métamorphose, et je suis devenue l'assistante du professeur Rogue, mon professeur de potion.

- Très bien, j'ai toujours cru en vos capacités… dit Tournefeuille d'un air maternel. Et j'ai appris par Mme Maxime vos soucis de santé, sachez que j'espère vraiment que Dumbledore va trouver une solution.

- Merci beaucoup… dis-je émue.

Nous étions dans un grand couloir que je reconnaissais bien. Il desservait un bon nombre de salles de cours et de placards. Le plafond était très haut à la manière d'un palais et la lumière du soleil traversait les fenêtres sur toute la longueur du couloir. Je reconnus quelques élèves qui se promenaient, ils étaient vêtus d'une robe de sorcier bleu ciel, très légère, et avaient de brodé sur leur poitrine l'emblème de leur pavillon. Il y avait de plus en plus d'élèves, qui se précipitaient pour se rendre dans le réfectoire afin de déjeuner. Ils avaient tous un point commun : ils ne cessaient de me dévisager.

« C'est Gabrielle Arbois ! » « Pourquoi cette cinglée est à Beauxbâtons ? » « Regardez c'est Arbois… »

J'entendis des murmures malveillants se propager autour de moi, l'incident était encore présent dans toutes les têtes. Heureusement pour moi, Mme Tournefeuille m'emmena à l'extérieur, me coupant ainsi de tous ces regards persistants. Les jardins de l'école étaient comme dans mes souvenirs, grands, majestueux et taillés à la française. Il y avait même des buissons en forme de créatures magiques, comme des licornes ou bien des hippogriffes… Au loin, je pouvais apercevoir la fameuse fontaine de Nicolas Flamel, le célèbre alchimiste. Une fontaine dans laquelle, je m'étais amusée à renverser plusieurs litres de bain moussant… La professeure Tournefeuille finit par se diriger près des écuries et entra dans le bâtiment voisin.

- C'est ici que logent les invités, déclara-t-elle. Ne vous inquiétez pas, un sortilège vous protège des hennissements nocturnes des abraxans.

Le bâtiment était à l'image du reste de l'école, chic et raffiné, tout était blanc et lumineux, le contraire de Poudlard avec ses murs en pierres humides. La sorcière aux longs cheveux gris, monta au deuxième étage et ouvrit une porte qui donnait sur une magnifique chambre. Il y avait un lit « King size », qui allait faire mon plus grand bonheur, un grand bureau en chêne massif, et une salle de bain privative. J'étais tout simplement aux anges.

- Votre directeur de maison logera dans la chambre voisine, annonça Mme Tournefeuille. Vous pouvez vous installer, et rejoindre votre professeur dans le réfectoire.

- Très bien, répondis-je en souriant.

La sorcière sortit de ma chambre et je m'affalai quelques minutes sur ce grand lit double. Je n'arrivais toujours pas à me rendre compte que j'étais de retour à Beauxbâtons. Il fallait d'ailleurs que je retrouve Andrea, ma meilleure amie. Je n'avais pas eu trop le temps de lui écrire avec mes soucis et mon anniversaire… J'installai mes affaires dans un placard et sortis en direction du réfectoire. Mon ventre se serrait, j'avais un peu peur de ne pas retrouver mon amie rapidement, et j'espérais de tout cœur ne pas croiser Léane Philister… Je poussai la porte du réfectoire et repérai immédiatement la grande silhouette obscure du professeur Rogue. Je le rejoignis rapidement quand quelqu'un cria mon prénom :

- Gabrielle ! cria une voix familière.

Je me retournai et vis Andrea qui se tenait debout en me faisant des grands signes. Elle accouru et me serra dans ses bras, si fort que j'eus du mal à respirer pendant quelques instants.

- Ça fait tellement longtemps ! s'écria-t-elle. Comment tu vas ?

- Super ! Je suis contente de revenir ici le temps d'un week-end ! répondis-je.

- J'ai tellement de choses à te raconter ! Enfin, j'imagine que toi aussi !

- Eh oui… dis-je en repensant à tout ce qui m'étais arrivé depuis le début de l'année. Bon je dois te laisser, je te retrouve après le petit-déjeuner !

Je devais retrouver Rogue à la table des invités, je n'avais pas vraiment le droit de me balader à Beauxbâtons sans lui étant donné que j'étais considéré comme potentiellement dangereuse. Rogue était assis à côté de Mme Maxime et en face de Mr Vertoison le professeur de potion de l'école française. Il me jeta un regard désespéré et quand je vins m'asseoir à côté de lui il me murmura :

- Où étiez-vous passée ? Je ne comprends rien à cause de leur accent…

- J'ai installé mes affaires, vous devriez faire de même après le petit déjeuner…

- Hum hum, se racla la gorge Mme Maxime. Soyez informés que la remise de diplôme à lieu ce soir à 19 heures dans l'amphithéâtre Nicolas Flamel, déclara-t-elle.

- Merci, nous y serons, affirmai-je.

Le petit déjeuner était fabuleux, je retrouvais enfin la gastronomie française. Il y avait des montagnes de croissants, de pains au chocolat, de baguette avec du beurre… Mes papilles étaient au paradis. Je me dépêchais tout de même d'avaler toutes ces bonnes choses et filai retrouver Andrea le temps que Rogue installe ses affaires dans sa chambre.

Andrea m'emmena plus loin dans les jardins de l'école, nous nous assîmes alors sur un banc pour papoter quelques instants. Soudain j'entendis une fille pousser un hurlement d'effroi et de dégoût, c'était Léane Philister qui était accompagnée de ses petits toutous bien dressés.

- Mais qu'est-ce qu'elle fou ici celle-là ?! cria-t-elle. POURQUOI CETTE CINGLÉE SE TROUVE À BEAUXBATONS ?!

- C'est une meurtrière ! s'écria une de ses copines. Elle est dangereuse ! Il faut prévenir Olympe Maxime !

Je pris sur moi et avançai dans sa direction, la brune fit alors un brusque mouvement de recul, comme si je l'effrayais.

- Bonjour Léane, dis-je d'un ton très calme. Mme Maxime m'a invitée à passer le week-end à Beauxbâton, et pour ta gouverne, continuai-je en fixant son amie. Je ne suis pas une meurtrière, puisque Léane est vivante.

- Elle est cinglée ! Cette fille a essayé de me tuer ! continua d'hurler Léane. Crois-moi tu ne vas pas t'en tirer comme ça ! Je vais te jarter de cette école une bonne fois pour toutes !

Elle s'éclipsa suivie par ses groupies. Andrea posa sa main sur mon épaule en signe de réconfort.

- Ne l'écoute pas, me dit-elle. Bon allez faut que tu me racontes tout sur ta nouvelle école !

Je lui fis part de ma rentrée un peu chaotique avec mes soucis de santé et les frasques de Pansy Parkinson. Je lui parlai aussi de mes amis, Astrid et Ethan et des Gryffondor. Puis viens un sujet plus délicat, Drago.

- Et il y a ce garçon qui me plais… avouai-je. Mais c'est compliqué…

- Comment ça ? demanda Andrea. Je suis sûre que ça ne l'est pas tant que ça.

- Son père est un partisan de Voldemort.

- Oublie ce que je viens de dire… dit-elle en se mordant la lèvre. Tu as le don de t'attirer des ennuis Gabby.

- Je ne le sais que depuis hier, personne ne m'avait dit que son père était un mangemort… Le truc, c'est que je pense que je lui plais aussi, mais ça me semble bien compliqué… Déjà je suis une sang-mêlée et non une sang pur, ça pose problème… expliquai-je.

- Si ce garçon n'est pas capable d'aimer pleinement une personne sans penser à ses origines, franchement il n'en vaut pas la peine, dit Andrea.

Elle avait peut-être raison. Je ne devais peut-être pas m'embarquer dans une histoire qui me ferait souffrir davantage… Mais pourrais-je vraiment renoncer à Drago ? Je voyais en lui un défi à relever, celui de révéler sa vraie personnalité…

- Il n'y a pas un autre garçon plus… simple ? demanda-t-elle.

- Il y a Ethan, mais je le considère un peu comme mon grand frère…

- Hum eh bien au diable les garçons ! s'écria Andrea. On va s'éclater entre filles !

Elle me prit la main et m'emmena en direction de la montagne, un endroit que je ne connaissais que trop bien, c'était le terrain de Quidditch. J'avais essayé d'entrer dans l'équipe de mon pavillon à l'époque mais je n'étais pas suffisamment à l'aise sur un balai.

- L'entraînement de Quidditch a lieu dans 20 minutes ! Ça pourrait être sympa d'en profiter pour voler un peu tu ne crois pas ? proposa mon amie.

- Pourquoi pas… acquiesçai-je.

- Je sors avec Barnabée, c'est le capitaine de l'équipe d'Aloysia, on pourra en profiter pour faire ce qu'on veut !

Arrivées devant le stade de Quidditch, j'appréhendais quelque peu, cela faisait bien longtemps que je n'avais pas voler sur un balai, mais bon apparemment c'est comme le vélo, ça ne s'oublie pas. Je saluai les joueurs de l'équipe et fis connaissance avec Barnabée, que je connaissais déjà un peu. Ils partirent s'entraîner tandis qu'Astrid me tendait un vieux balai aux poils drus, que je saisis avec appréhension. J'enfourchai mon balai, donna un coup de talon au sol et m'envolai, suivie de près par Andrea. Pendant quelques minutes, je fis des tours dans les airs, des vrilles, des pointes d'accélération, je me sentais, libre. Un sentiment qui me faisait vraiment du bien, durant cette instant, toutes mes pensées à propos de Drago, de mes soucis de santé, de Léane Philister étaient balayés. Je me sentais vivante, je pouvais ressentir chacun des porcs de ma peau s'ouvrir au contact de l'air, mes cheveux virevoltés au vent. J'aimais vraiment voler. Mais, cette béatitude fit vite gâchée par un individu en cape noir qui me regardait les bras croisés, Rogue.

- Descendez tout de suite de ce balai, ordonna Rogue. Je vous ai cherché partout ! Vous ne devez pas vous éloigner de moi, miss.

Je descendis à terre et posai le balai sur le seul en affichant une mine déconfite.

- Une élève s'est plainte de vous, et vous faîtes des cabrioles dans les airs ! Je vous pensais plus mature, miss Arbois, continua Rogue. Allez, venez avec moi.

Je dis rapidement au revoir à Andrea et suivis mon professeur de potion. Il se rendait dans notre bâtiment, je me demandais bien pourquoi, et s'arrêta finalement devant ma chambre.

- Vous devriez mettre une tenue plus sophistiquée pour la remise de diplôme de ce soir, dit-il en me jugeant du regard. Évitez de vous faire remarquer, même si cela paraît très compliqué pour vous.

- Bien, professeur, répondis-je.

- Au fait, Lucius Malefoy m'a posé des questions à votre sujet lors de sa dernière visite, ajouta-t-il.

- Ah… Quel genre de questions ? m'enquis-je.

- Il se demandait quel genre de personne vous étiez, car il vous a vu en compagnie de son fils.

- Oui, il m'a invité à prendre le thé la semaine prochaine, expliquai-je.

- Je serais vous, je me tiendrais à l'écart de la famille Malefoy, simple conseil… déclara Rogue d'une voix sombre et lente avant d'entrer dans sa chambre et de me claquer la porte au nez.

Même Rogue me conseille de ne pas côtoyer le père de Drago, ça promet… J'entrai à mon tour dans ma chambre, m'assis sur le lit, et ouvrai mon sac pour choisir ma tenue de ce soir. J'avais un mauvais pressentiment quant à cette soirée, je sentais mon ventre se nouer, comme un avertissement. Mais pourquoi ?

Voilà pour ce début de week-end à Beauxbâtons ! La suite arrive bientôt avec son lot d'action !

À très vite ! :)

Manosky