Renouveau

Danse avec la mort

Danse avec la mort

-Tu étais où ? pesta Ron en apercevant Harry dans la Grande Salle pour faire ses devoirs

-Bonjour à toi aussi, Ron, lâcha Harry sans se tourner vers lui. Oui, j'ai passé une excellente nuit. Et toi ?

-Ouais, ouais, balaya Ron. Tu étais où ?

-Avec Loki, répondit Harry. Je t'avais dit que je passerai la nuit chez lui.

-Normalement, c'est interdit ! assura Ron

-Ce qui est interdit, c'est de se trouver dans les couloirs après le couvre-feu, corrigea Harry. Or, je me trouvais avec mon tuteur et le professeur McGonagall était parfaitement au courant. Comme toi, d'ailleurs, puisque je t'ai prévenu hier.

Ron ouvrit et ferma la bouche, ne sachant plus quoi dire. Il se reprit finalement suffisamment pour continuer.

-Mais tu as manqué le banquet d'Halloween ! s'écria Ron

-Peut-être, haussa des épaules Harry. Mais j'étais occupé et ce n'est pas comme si j'aimais cette fête. Ce n'est pas que tu m'embêtes mais je voudrais terminer mon devoir.

Ron s'empourpra.

-Tu deviens comme ces crétins de Serpentards ! cracha Ron

-Je grandis, Ron, commença à s'irriter Harry. J'ai envie d'avoir mes examens avec de bonnes notes et tes reproches ne me font ni chaud ni froid.

-Et si vous continuez à empêcher monsieur Potter de terminer ses devoirs, une retenue sera parfaite pour vous apprendre les vertus du travail, intervint une voix.

Ron sursauta quand Loki parla derrière lui. Leur relation ne s'était toujours pas améliorée et se dégradait même depuis que le roux remettait ouvertement en cause l'éducation qu'il donnait à Harry.

-Me suis-je bien fait comprendre, monsieur Weasley ? grinça Loki

-Oui monsieur, souffla Ron.

-Bien, sourit Loki. Maintenant, veuillez laisser vos camarades travailler dans le calme.

Ron n'attendit pas pour se carapater.

-Besoin d'aide pour vos devoirs ? proposa Loki

-Parce que vous vous y connaissez en potions ? sourit Harry

La grimace parla pour lui.

-Disons que mes cours remontent à trop loin dans le temps pour vous être utiles, avoua sans honte Loki. C'est pour cela que je ne peux que m'incliner devant les connaissances du professeur Snape. Je n'ai aucun talent pour les potions et pourtant, je m'en sors parfaitement bien avec la cuisine.

Harry pouffa.

-Je vous laisse, fit Loki. Bon après-midi.

Hermione attendit qu'il soit assez loin pour se pencher vers Harry.

-En fait, il est assez cool, nota Hermione. Il ne se prend pas la tête.

-Il me dit souvent qu'il y a des choses sur lesquelles il faut se concentrer et prétendre être quelqu'un d'autre n'est clairement pas sa priorité, haussa des épaules Harry.

-Il est vraiment nul en potions ? demanda confirmation Hermione

-Ce n'est pas cela, sourit Harry en reposant son stylo-plume. Il se débrouille mais il n'a jamais eu de professeurs qui lui ont fait aimer la matière.

-Un peu comme toi, fit remarquer Neville. Snape ne fait rien pour qu'on apprécie les potions.

-Il essaie d'abord qu'on ne se fasse pas tuer par erreur, rappela Hermione. Et ce devoir ne va pas se faire tout seul !

Tandis que les élèves retournaient à leurs livres, Loki retourna à la table des professeurs d'où il surveillait l'étude avec Sélène Sinistra, avec laquelle il reprit leur conversation.

La veille, comme promis, il était parti avec Harry après les cours pour célébrer Samain dans la plus pure tradition magique. Pour cela, il avait opté pour se rendre chez les druides, qui révéraient aussi bien la Magie, la Vie comme la Mort sans notion de bien ou de mal. Comme le voile entre les plans d'existence était plus fin cette nuit en particulier, Loki en avait profité pour renouveler le rituel qui lui permettait de parler à Mort et Chaos et pour utiliser la magie brassée par la célébration pour ne pas avoir sa migraine habituelle. Mine de rien, il appréciait de pouvoir discuter avec ces Entités une fois par semaine. Bref, les deux Potter avaient participé à la cérémonie une bonne partie de la nuit et après quelques heures de sommeil aux Abysses, ils étaient rentrés à l'école peu après le petit-déjeuner. Harry avait profité que Ron fasse une grasse matinée pour récupérer ses affaires de cours dans le dortoir pour faire ses devoirs en compagnie d'Hermione et de Neville. Pour Loki, comme le lendemain de Samain, il n'y avait pas de cours, la Grande Salle était reconvertie en salle d'étude et comme par hasard, Dumbledore l'avait désigné pour faire la surveillance dès neuf heures du matin. Avec très peu d'heures de sommeil au compteur – heureusement, il n'en avait pas tant besoin – Loki avait donc maudit son supérieur pour sa mesquinerie et avait carburé au café pour garder les deux yeux en face des trous. L'esclandre du Weasley n'avait pas arrangé son humeur et il grommela dans sa barbe inexistante, ce qui fit pouffer Sélène.

-Il y a des jours où j'aurais mieux fait de rester couché, pesta Loki.

-Vous êtes sûr que ce garçon ne vous exaspère pas parce qu'il tourne autour de votre protégé ? taquina Sélène

Dans sa première vie, Loki n'avait jamais porté une grande attention au professeur d'astronomie, pourtant connue pour sa beauté et son handicap. Amputée d'une main lors de la première guerre contre Voldemort alors qu'elle était auror, refusant les regards de pitié de ses collègues survivants, elle s'était reconvertie dans son autre passion, l'astronomie. Loki était heureux qu'elle soit là car ainsi, il n'était pas le plus "jeune" de l'équipe enseignante.

-Je ne me cache pas qu'il m'agace, concéda Loki. Mais lui n'a pas l'air de comprendre qu'il devrait surveiller son comportement.

-Il est dommage que vous n'ayez pas plus connu le reste de ses frères aînés, fit remarquer Sélène. Ça a été un délice de leur enseigner.

-Ce n'est pas le cas pour lui, ronchonna Loki. Et sa sœur n'est pas mieux.

-Il est vrai que la fille Weasley n'est pas exactement assidue, fit Sélène. Mais je pense que ce n'est pas un sujet de discussion sur lequel on devrait s'arrêter.

-Pas faux, sourit Loki.

Sélène lança une bulle d'intimité autour d'eux.

-J'ai eu le déplaisir de voir Ombrage inspecter mon cours, déclara Sélène.

Loki se renfrogna. Ayant une bonne connaissance des prochains évènements, il n'avait pas l'intention de la laisser utiliser cette maudite plume de sang ni d'humilier certains professeurs.

-Parce qu'elle s'y connait en astronomie ? railla Loki

-Vu les énormités qu'elle sort, j'en doute, grommela Sélène.

-Je serais curieux de savoir quels diplômes elle a pour se permettre d'émettre un jugement sur nos cours, réfléchit Loki.

-Elle est sûrement passée par cette école donc on peut facilement avoir les résultats de ses examens, proposa Sélène. En revanche, pour avoir son CV, il faudrait avoir des contacts avec le ministère.

-Ça peut s'arranger, fit Loki.

Il songea qu'Amelia Bones serait intéressée par sa démarche, surtout en apprenant que le crapaud rose – oui, il avait entendu le surnom que lui donnaient les élèves, celui des professeurs étant beaucoup moins poli – avait tenté de soutirer des informations privées à Harry qui ne devait pas être le seul. Oui, il était temps de commencer à miner sa position.

-J'ai l'impression que tu as une idée, comprit Sélène.

-C'est à peaufiner, concéda Loki. Mais si je me fie au fait qu'elle a voulu interroger Harry dans son « bureau », si elle est ici, ce n'est pas vraiment pour l'école.

-C'est évident, renifla Sélène. Le ministère a toujours laissé faire Dumbledore quand cela concernait Poudlard parce que c'est son domaine. S'il met son nez dedans, c'est parce qu'il veut le faire tomber car il ne veut pas qu'il assure que Voldie est de retour.

-Voldie ? s'étrangla Loki

-Celui Dont Il Ne Faut Pas Prononcer Le Nom est un peu trop long pour moi, cligna de l'œil Sélène. Ce n'est qu'un nom, par le diable en personne !

-Disons qu'il a des arguments pour faire comprendre qu'il n'est pas gentil, pointa Loki.

-Je te l'accorde, fit Sélène. Mais est-ce que c'est une raison pour ne pas se prendre en main pour se défendre ? Je ne trouve pas.

-Je suis d'accord avec toi, fit Loki. Mais pourquoi personne ne se bouge ?

Sélène se contenta d'hausser des épaules. Surpris, Loki suivit le regard de sa collègue et nota qu'Albus Dumbledore venait de faire son entrée, ce qui le fit se renfrogner.

-Il ne vous aime pas, fit remarquer Sélène.

-Il semblerait qu'il n'apprécie pas que mes priorités en tant que garant magique d'Harry soient son bien-être et sa sécurité au lieu d'exécuter ses ordres pour le plus grand Bien, renifla Loki.

Sélène pouffa avant de dissoudre la bulle d'intimité alors que le directeur approchait d'eux. Loki se plongea alors dans le grimoire qu'il avait apporté tandis que Sélène se mettait à plancher sur une nouvelle carte du ciel, ce qui eut pour conséquence que le vieux sorcier n'avait personne à qui parler.

§§§§§

Sirius tournait en rond dans le manoir Black.

Les enfants étaient retournés à l'école depuis plus de deux mois et le QG de l'Ordre était très calme depuis. Mis à part lui, seule Molly restait sur place, Arthur partant travailler chaque matin et revenant chaque soir. Comme il poursuivait le traitement prescrit par Poppy Pomfrey, l'ancien évadé se sentit beaucoup plus stable au point d'avoir une conversation cohérente et enrichissante avec Molly sur ce qu'Harry devrait avoir comme vie. A leur plus grande surprise, ils avaient quasiment le même avis, c'est-à-dire que le brun n'avait pas à se battre et encore moins à prendre part aux combats qui allaient ravager le pays. Mais leurs voix étaient mineures comparées à celle d'Albus Dumbledore ….

A travers sa correspondance avec Hermione, Sirius avait décidé de reprendre ses études. En effet, il était entré avec James dans le programme des aurors et l'attaque de Voldemort ne leur avait pas permis de le boucler. Malgré la guerre qui faisait rage, Millicent Bagnold avait refusé de réduire le temps du programme, préférant avoir des aurors parfaitement formé que des cow-boys prêts à tout pour un peu de gloire. Pour Sirius, il ne lui restait que quelques mois avant d'être pleinement considéré comme auror. Toutefois, après son séjour en prison, son souhait de le devenir avait perdu de la force, surtout parce que James n'était plus là pour qu'ils vivent ce rêve ensemble. Mais il était conscient que s'il devait protéger Harry, il devait s'en donner les moyens et cela passait par le fait de se réapproprier le programme des aurors et mieux, de l'étoffer avec les grimoires du manoir Black. Fort de cette décision, il se rendit dans la bibliothèque …

Mais il n'était pas le seul visiteur.

-Molly ?

La matrone sursauta.

-Sirius, tu as failli me donner une crise cardiaque ! pesta Molly

-Désolé, fit Sirius. Je ne t'ai jamais vu ici.

-Le professeur Dumbledore a assuré qu'il n'y avait que des livres de magie noire ici, s'excusa Molly. Mais comme il n'a même pas remarqué qu'Harry n'était pas bien dans sa famille, je me suis dit …

-Je comprends, fit doucement Sirius.

En effet, si Dumbledore ne s'était même pas rendu compte qu'Harry n'était pas heureux auprès de sa famille, sur quoi d'autre est-ce qu'il avait pu se tromper ?

-Je sais qu'on ne s'attend pas à ce que j'aille sur le champ de bataille parce que je suis une femme, fit Molly en reprenant sa recherche. Mais c'est autant ma guerre que celle d'un autre. Et pire, on va forcer un enfant, on va forcer Harry à se battre ! Si lui y est, quelle excuse je devrais avoir pour ne pas le faire ?

-Tu as encore des enfants … protesta Sirius.

-Ron et Ginny ont l'âge d'Harry ! s'exclama Molly. Ils sont assez grands pour savoir se défendre seuls. Et cette fois, je ne resterai pas derrière !

Sirius eut un petit sourire.

-Très bien, fit Sirius. Je pense que tu devrais commencer par celui-là. Il répertorie les sorts de base. Mais il faudra t'entraîner.

-Il doit bien y avoir une salle de duel dans un manoir pareil, non ? demanda Molly

-Bien sûr … ricana Sirius.

Molly et Sirius rassemblèrent donc les grimoires qui pourraient leur servir pour défendre les leurs. Mais ils n'avaient pas envie que le chef de l'Ordre soit au courant de leur projet car ils n'étaient plus aussi sûrs de lui faire confiance pour prendre les bonnes décisions. Alors qu'il assurait qu'Harry était en sécurité dans sa famille moldue, il avait fallu qu'un parfait inconnu le retire de leur tutelle pour que tout le monde se rende compte que c'était très loin d'être le cas, quand même !

Ils étaient unis dans un même but et rien ni personne ne les empêcherait de protéger ceux qu'ils aimaient.

§§§§§

Amelia Bones avait continué ses investigations.

Même si Loki Potter s'était présenté à son bureau avec nul autre qu'Harry Potter, elle s'était quand même posé des questions sur le mystérieux bienfaiteur du Survivant. Bon prince, il avait accepté de répondre à quelques questions, notamment son lieu de naissance, là où il avait vécu ou encore l'école où il avait fait ses études. A sa plus grande surprise, elle avait appris qu'il n'avait fréquenté aucune école, que ce soit pour obtenir ses ASPICS comme sa maîtrise de duel. Rare étaient les sorciers qui pouvaient bénéficier d'un apprentissage aussi longtemps et également, à son plus grand étonnement, être aussi sociable, d'après les renseignements révélés par sa nièce.

Malgré ses points mystérieux, elle appréciait le jeune homme car il était l'un des rares à remettre à sa place le grand Albus Dumbledore. A sa plus grande honte, Loki Potter se faisait une priorité de revendiquer ses droits de sorcier à Harry Potter, ce qui lui était refusé depuis la mort de ses parents car il était plus considéré comme appartenant au public. Pour preuve, l'apparition de Joshua Nikos, l'avocat du clan Potter, lors du procès illégal du jeune homme qu'on accusait d'avoir fait volontairement de la magie dans une zone moldue alors qu'on n'avait même pas vérifié qu'il était encore sur place.

Ce qui lui faisait penser que cette histoire ne lui inspirait guère confiance. Rien que le fait que les Potter aient été convoqués à dix heures alors que le Magenmagot se réunissait à neuf lui semblait bien suspect. Les preuves n'en avaient pas été, des soupçons tout au plus, et les vérifications d'usage n'avaient pas été faites, voire avaient été bâclées. L'auror qu'elle avait envoyé pour creuser lui avait confirmé que ce procès n'avait pas pour but d'appliquer la loi mais bien une manœuvre politique.

Sans oublier les détraqueurs …

Le motif principal avancé par l'accusation était qu'Harry Potter voulait se faire mousser en montrant un sort que beaucoup d'adultes n'arrivaient pas à maîtriser, avoir un public en somme. Quand on savait que rares étaient les élèves qui avaient vu son patronus, et encore plus qui savaient qu'il pouvait en faire, surtout depuis deux ans, l'argument était plus que risible. Mais le fait était qu'il y avait bien des détraqueurs dans cette petite ville moldue.

Car il y avait eu une victime.

Dudley Dursley, un adolescent de quinze ans, avait été Embrassé et retrouvé catatonique peu de temps après par ses parents inquiets de son absence. Shacklebolt, en le découvrant, avait requis l'aide d'un Langue de Plomb et d'un médicomage pour vérifier son état et le résultat était sans appel, le moldu n'avait plus d'âme. Amelia avait voulu en savoir plus sur les circonstances de ce drame et l'auror avait fait une découverte qui avait de quoi choquer.

L'adolescent était le cousin d'Harry Potter.

Ne perdant pas le nord, le sorcier avait alors creusé, pensant pouvoir avoir des réponses concernant le changement de garant et de tuteur d'Harry Potter et les réponses avaient été édifiantes.

Amelia serra les dents, les larmes lui brûlant les yeux de honte.

Pourquoi personne ne s'était inquiété d'apprendre que le Survivant n'avait aucune place dans sa famille moldue ? Qu'il était considéré comme un délinquant de la pire espèce par tout le voisinage ? Qu'il n'ait aucun ami depuis tout petit ? Qu'il se faisait tabasser sur le regard aveugle des adultes, parce que ses tuteurs avaient fait courir le bruit qu'il n'était qu'un débile mental, violent de surcroit, fils d'une salope dévergondée et d'un ivrogne qui, au volant de sa voiture, avait encastré sa famille dans le premier mur venu, laissant comme seul survivant un gamin désormais orphelin et dérangé que les Dursley avaient recueilli « par charité » ? Et Kingsley n'était même pas entré dans la maison pour connaître ses conditions de vie …

Personne n'avait su parce que le jeune Potter n'avait rien dit mais surtout, parce que tout le monde croyait Albus Dumbledore quand il certifiait qu'il était choyé dans sa famille alors que c'était tout le contraire. La directrice de la justice magique comprenait donc parfaitement les sous-entendus de Loki Potter concernant les anciens tuteurs d'Harry et pour cela, elle avait fait savoir à l'avocat des Potter qu'une enquête allait être ouverte, officiellement sur la présence des détraqueurs dans une zone moldue, officieusement sur les manquements dont s'étaient rendus coupables les Dursley dans la garde d'un enfant sorcier et par extension, dont s'était rendu coupable Albus Dumbledore.

N'ayant jamais apprécié les passe-droits dont usait régulièrement le président du Magenmagot, Amelia Bones avait enfin un angle d'attaque pour faire descendre un peu le grand vainqueur de Grindelwald de son piédestal.

L'affrontement allait se révéler épique.

§§§§§

Loki n'avait pas perdu de temps.

Il avait rassemblé ses souvenirs concernant les horcruxes et avait décidé de les récupérer au nez et à la barbe de Dumbledore et de Voldemort. Le diadème de Serdaigle était le plus facile, puisqu'il se trouvait à Poudlard. La coupe de Poufsouffle allait être un peu plus ardue puisque cela nécessiterait une négociation serrée avec les gobelins pour entrer dans le coffre de Bellatrix Lestrange et n'en déplaise à qui que ce soit, une seule libération de dragon lui suffisait, merci. Le médaillon de Serpentard se trouvant au manoir Black, il fallait absolument qu'il puisse le récupérer avant que Mondingus Fletcher ne mette la main dessus pour le revendre. Ne restait que la bague des Gaunt, où était enchâssée la pierre de résurrection. Enfin, l'horcruxe d'Harry. Loki avait été surpris que les druides ne l'aient pas enlevé lorsqu'il avait fait examiner son alter ego mais ils lui avaient répondu qu'il leur fallait pour cela exécuter un rituel complexe à mettre en place. Il lui fallait donc s'armer de patience sur le sujet. De toute façon, Loki avait décidé d'attendre qu'Arthur Weasley se fasse attaquer, à la fois pour pouvoir le sauver et pour apaiser le directeur pour qu'il ne se doute pas que Loki en connaissait plus sur ses plans qu'il ne pouvait s'en douter.

Durant ses petites sorties au manoir Potter, Loki en profitait pour faire un crochet au manoir Riddle. La masure des Gaunt avait beau être délabrée, elle était pourvue pour sa protection de sorts assez costauds et l'ancienne Faucheuse ne tenait pas à se faire repérer avant qu'il n'ait pu récupérer la bague. Il prenait donc son temps pour répertorier tous les sorts présents, bien aidé en cela par les grimoires de Chaos qui étaient des mines d'informations concernant les sorts oubliés ou mis de côtés par les sorciers par peur ou par frilosité.

Loki avait décidé de récupérer la coupe en dernier mais dans sa lecture pour la reprise de la tête du clan Potter, il était tombé sur une prérogative qui l'avait intriguée, celui du droit de regard sur les avoirs des membres de sa famille. Sentant qu'il tenait là une piste, il fouilla dans ses archives pour retrouver ce qu'il avait sur les mariages et sut qu'il avait trouvé. En effet, tant qu'elle n'était pas reniée, Bellatrix faisait partie de la famille Black jusqu'à ce que son premier petit-enfant naisse, jour où elle passait définitivement dans la famille de son époux. De ce fait, le chef de la famille Black pouvait toujours vérifier qu'elle faisait honneur à sa famille en jetant un coup d'œil à tout ce qui était au nom des Black.

Le plan pouvait fonctionner si effectivement, Sirius devenait le nouveau lord Black. Mais avec Dumbledore qui lui soufflait dans le cou, c'était compromis. Sauf s'il ne le rencontrait pas au manoir Black.

Un sourire dément aux lèvres, Loki laissa tout en plan pour rédiger une invitation tout ce qu'il y avait de plus formelle.

§§§§§

Voldemort était agacé.

-Tu es en train de me dire que tu ne sais rien sur ce sorcier ?! gronda Voldemort

-Il ne se mêle que rarement aux autres professeurs, s'excusa Severus. Quand il le fait, il ne s'aventure jamais à révéler quoi que ce soit de sa vie privée. Il ne fait clairement confiance à personne.

-DOLORIS !

Le maître de Potions tomba à genoux mais eut le mérite de lâcher aucun cri.

-Gagne sa confiance ! ordonna Voldemort. Fais-en sorte d'obtenir son adresse pour que je puisse le … convaincre d'abonder en mon sens et de me … confier sa précieuse charge.

-Bien, maître, s'inclina Severus.

Il retourna dans la masse des mangemorts et se fit oublier aux côtés de Lucius.

Voldemort avait évacué sa colère sur ses mangemorts quand Harry Potter avait réussi à s'enfuir après sa renaissance. Il s'était concentré durant l'été à reconstituer ses troupes mais il s'était arrêté quand les journaux avaient annoncé que le Survivant n'était plus sous la garde exclusive d'Albus Dumbledore. Il avait alors ordonné à ses mangemorts de trouver des informations sur ce Loki Potter qui venait de nulle part. Cependant, il avait été surpris de découvrir qu'il était le nouveau professeur de défense alors que Lucius lui avait certifié que ça serait une certaine Dolores Ombrage qui avait l'avantage d'haïr positivement Dumbledore.

La rentrée était passée depuis trois mois et Loki Potter était toujours aussi mystérieux. Toutefois, ceux qui avaient des enfants encore scolarisés avaient confirmé les dires de Severus, c'est-à-dire qu'il ne supportait pas les deux derniers Weasley et qu'il n'était pas dans les petits papiers de Dumbledore. Mais cette absence d'informations l'inquiétait. Le directeur de Poudlard était assez prévisible car bien trop arrogant mais le garant était un nouvel acteur qui n'avait pas l'air de vouloir s'incliner devant le vainqueur de Grindelwald.

Mais ce que Voldemort voulait savoir, c'était si Loki Potter pouvait vraiment le servir pour mettre en place un monde à son image. Sans rien faire, il avait mis des bâtons dans les roues de Dumbledore, et c'était tout à son honneur. D'après les échos, il avait remplacé l'homme de paille mis en place par le directeur de l'école et décortiquait minutieusement tous les projets amenés devant le Magenmagot. La plupart des membres avait été agacés mais quand il avait commencé à reformuler lesdits projets de manière plus objective, beaucoup s'étaient rangés de son avis ce qui avait fait diminuer la mainmise du président sur l'assemblée. Même si c'était un bon point, cela empêchait ses propres hommes de manœuvrer pour qu'on ne s'intéresse pas à ce qu'il faisait dans l'ombre.

Dès que l'un de ses mangemorts pourrait dénicher l'endroit où il se réfugiait quand il n'était pas à l'école, Voldemort se ferait un plaisir d'avoir une petite discussion avec lui pour sonder ses intentions et qui sait, à le convaincre d'abonder dans son sens et de venir le rejoindre.

De gré ou de force.