Renouveau

La famille est sacrée

La famille est sacrée

Quand Neville était arrivé chez lui, il avait été surpris d'apprendre que sa grand-mère et lui avaient été invités pour célébrer Yule selon les anciens rites. A sa connaissance, les célébrations magiques étaient tombées dans l'oubli depuis qu'un certain professeur les avait désacralisés et les avait décrédibilisés aux yeux des jeunes générations et donc, n'étaient plus célébrées en Grande Bretagne. Mais il était clair que Loki Potter n'avait pas l'intention de se plier aux diktats d'un sorcier qui se prenait pour Merlin.

Flash-Back

Loki eut un grand sourire quand Neville lui fit part de sa pensée. Il arrêta Augusta qui voulait gronder son petit-fils de sa réflexion avant de répondre.

-Dumbledore ne voit peut-être pas l'intérêt des célébrations magiques, ce n'est pas mon problème, haussa des épaules Loki. Dès que j'en ai compris l'importance, j'ai toujours fait en sorte de les célébrer. Ce pays est assez stupide pour lui obéir au doigt et à l'œil, moi pas. Je respecte assez la Magie pour l'honorer au minimum et ce n'est pas lui qui va me dire ce que j'ai le droit de faire sur mes propres terres !

Fin Flash-Back

Les Longbottom avaient donc célébré Yule en compagnie des Potter et même si ça s'était déroulé en comité restreint, une ambiance intime s'était installée, encore plus quand Loki avait révélé avoir découvert dans le coffre d'Harry les bagues qui symbolisaient le lien de parrainage magique de Sirius Black envers Harry. En l'examinant de plus près, il s'était rendu compte qu'elle comportait un emplacement pour une troisième pierre – Neville avait rapidement expliqué à Harry que les anneaux de parrainage étaient identiques et comportaient une pierre représentant l'enfant et une autre correspondant à la marraine ou au parrain magique de l'enfant – ce qui voulait dire que le brun avait une marraine ou un second parrain. L'aîné Potter avait rapidement trouvé le rituel pour identifier la personne manquante et donc avait découvert que la marraine d'Harry était en fait la mère de Neville. A sa demande, Loki avait effectué le rituel sur Neville qui avait révélé que Lily Potter était sa marraine.

Fort de ce nouveau lien de parenté, les deux adolescents avaient participé à la célébration de Yule avec le sentiment d'appartenir à une seule et même famille. Harry avait alors appris que les parents de Neville étaient prisonniers dans leurs esprits depuis qu'ils avaient été attaqués par des Mangemorts qui n'avaient pas cru à la disparition de leur maître à Godric's Hollow et qui avaient voulu faire cracher au couple d'aurors le lieu probable où ils pensaient que Voldemort était retenu.

Sur la suggestion de Neville, Loki et Harry avaient accepté d'accompagner Augusta et son petit-fils à l'hôpital sorcier pour rendre visite au couple. Dès qu'il mit les pieds à l'étage correspondant, Neville avait entraîné Harry vers la salle où il rencontrait ses parents à chaque fois qu'il venait. Avec douceur et précaution, il présenta le brun à ses parents, d'abord en tant qu'ami puis en tant que filleul de sa mère. Le lien magique illumina quelques instants le regard de la mère ce qui poussa Harry à lui prendre la main. Finalement, Alice, Franck, Neville et Harry se tinrent la main mais furent totalement surpris de sentir leurs magies agir indépendamment d'eux. Augusta et Loki, qui étaient arrivés un peu plus lentement, froncèrent des sourcils en avisant la scène.

-En combien de temps est-ce que vous pourriez sortir les parents de Neville d'ici ? demanda doucement Loki

-Que se passe-t-il ? demanda Augusta, désormais inquiète

-Combien de temps ? insista Loki

-Dès que je le veux, répondit finalement Augusta.

-Faites-le, ordonna Loki.

-Mais … protesta Augusta.

-S'il vous plait, fit Loki.

La matriarche fixa quelques instants le plus jeune avant d'accéder à sa requête. Elle tourna des talons et s'enferma directement dans le bureau du responsable de service non loin.

Pendant ce temps, Loki se reprit doucement. C'était la première fois que l'étreinte de Vie avait été aussi poignante et il était clair que l'Entité considérait que le couple n'avait pas sa place ici. Il ne s'était jamais penché sur le cas des Longbottom, n'ayant connu leur existence que lors de ces vacances suivant la morsure d'Arthur Weasley. Mais la réaction des magies des deux adolescents devait être examinées loin de ce lieu où ils pourraient être dérangés à tout moment.

Loki s'approcha du groupe avant de poser délicatement sa main sur l'épaule d'Harry. Avec un grand sourire, ce dernier rompit le contact.

-Tout va bien ? demanda Loki

-Je pense, hésita Harry. J'ai senti un lien s'activer entre nous.

-Intéressant … souffla Loki. Et toi, Neville ?

-Je crois … balbutia Neville. J'ai ressenti une telle chaleur …

-Mais madame Longbottom ! protesta fortement un médicomage depuis l'entrée, suivant Augusta à grands pas

-Milady, corrigea froidement Augusta. Ne me faites pas croire que vous avez fait des progrès avec eux depuis que j'ai été contrainte de les placer ici. Vous avez échoué donc je prends les mesures qui s'imposent !

-Mais … tenta encore une fois le médicomage.

-Leurs affaires, maintenant ! tonna Augusta

Comprenant que rien ne pourrait faire changer d'avis la matrone, une infirmière s'empressa d'aller chercher les rares affaires du couple. Sur ordre d'Augusta, Neville et Loki placèrent d'épaisses capes d'hiver sur les tenues d'hôpital puis tout le groupe se dirigea vers la salle de transports. Loki murmura sans ambiguïté l'adresse de Gringotts pour qu'on puisse perdre leur piste et de là, vers la communauté des druides qui acceptèrent avec joie de les accueillir. Une heure plus tard, ils se mettaient au travail sur le couple sous les regards angoissés d'Augusta, de Neville et d'Harry.

Loki, lui, réfléchissait sur un autre sujet. La prophétie lui avait toujours été trop précise pour sa logique. Deux enfants nés à un jour d'écart, soit. Leurs parents avaient affronté Voldemort trois fois chacun, certes. Mais les mères étaient les marraines de l'autre ? Il y avait trop de coïncidences pour que ce soit le hasard. Harry et Neville avaient des liens bien plus tangibles qu'on voulait faire croire.

-Est-ce que vous auriez du papier et un stylo ? demanda Loki à l'accueil

Une lettre pour le département des Mystères et une autre pour les gobelins plus tard, Loki se dirigea vers le chef de la congrégation.

La sécurité d'Harry avant tout.

§§§§§

Ginny Weasley était déçue de ses vacances.

Certes, ils avaient pu gagner deux jours supplémentaires, puisque leur père avait été blessé lors d'une mission pour l'Ordre du Phénix et que le directeur leur avait permis de rejoindre le QG avec Harry, mais ce n'était pas pour autant que tout s'était bien passé.

Elle avait été surprise qu'Harry n'ait pas insisté avec son tuteur pour pouvoir rester avec eux pendant toutes les vacances. Il n'avait même pas traîné des pieds quand il avait appris la nouvelle ! Pourtant, il avait toujours adoré passer des vacances avec eux ! Autant pour son plan pour enfin sortir avec lui …

Ce qui la dérangeait également, c'était le fait que Loki Potter refuse que le professeur Dumbledore prenne en charge Harry. Pendant l'été, juste après qu'ils aient appris le changement de garant, le vieux sorcier en avait discuté avec eux et les avait longuement interrogés Ron et elle pour savoir s'il y avait un adulte proche d'Harry qui aurait donné de mauvaises idées au brun, comme remettre en cause tout ce qu'il avait fait pour lui. Le frère et la sœur avaient accepté de poser subtilement des questions sur le nouveau venu mais Harry avait été muet comme une tombe. Pire, quand ils commencèrent à contester ce que Loki faisait à l'égard de son nouveau pupille, ce dernier leur envoyait dans les dents qu'eux-mêmes obéissaient sagement aux ordres de leurs parents alors il ne voyait pas pourquoi est-ce qu'il ne pouvait pas en faire de même avec son propre tuteur. Une seule fois, Ron avait dérivé sur les Dursley et Harry lui avait froidement répondu que ce n'était pas son problème et qu'il ne serait jamais concerné. Son frère avait boudé, mais son meilleur ami l'avait ignoré pendant des jours.

Ginny n'avait qu'un seul but, devenir la future lady Potter. Contrairement à ses camarades, elle avait deux avantages certains : Harry ne fréquentait qu'un groupe restreint d'élèves et grâce à son frère qui était son meilleur ami, elle en faisait partie. Quand Harry était arrivé au bal de Noël au bras de Parvati Patil, elle avait compris qu'il était prêt à s'intéresser aux filles. Elle avait sagement attendu la fin de l'année scolaire et comptait se rapprocher de son futur époux lorsqu'il viendrait passer ses vacances à la maison.

Mais Loki Potter était intervenu, retirant tout droit à Albus Dumbledore de donner des ordres à Harry, y compris d'aller chez les Weasley. Empêchant efficacement Ginny de commencer à séduire Harry dans les règles de l'art.

La rousse ne s'attendait pas à ce qu'Harry change autant en presque deux mois. Alors qu'il se rangeait toujours de leur côté, le brun prenait maintenant leurs affirmations avec précaution. Pire, il ne semblait plus faire aveuglément confiance au professeur Dumbledore et dans une moindre mesure, à eux, puisqu'il n'avait rien révélé de ce qui s'était passé entre le moment où ils s'étaient séparés sur le quai de la gare fin juin et celui où il était arrivé pour le dîner au manoir Black courant août.

La rentrée des classes n'avait rien changé mais pour une raison que Ginny ne comprenait pas, elle s'était attirée avec Ron l'inimité de Loki Potter, devenu professeur de défense et, elle se rendait compte désormais – bien aidée par les remarques presque malveillantes de Fred et de Georges – du mépris d'Harry à force de lui demander d'intervenir en leur faveur auprès de son tuteur, tout en remettant en cause ses recommandations à son encontre et surtout, en lui assurant que le professeur Dumbledore avait toujours veillé sur lui.

Quand elle s'était réveillée le lendemain de son arrivée au manoir Black, Ginny avait prévu beaucoup de choses pour attirer l'attention d'Harry sur elle mais son départ avait tout gâché. Comme Ron, elle lui avait écrit pour qu'il revienne mais elle n'avait toujours pas eu de réponse. Elle avait eu dans l'idée d'utiliser Hermione pour qu'elle réussisse à le convaincre de sortir avec elle mais le lendemain du départ d'Harry, le professeur Dumbledore était revenu assez bougon en arguant qu'Hermione avait refusé l'invitation.

Et le soir de Noël, l'ambiance était morose, de l'avis de Ginny. Ses parents et Sirius discutaient à voix basse entre eux, Fred et Georges complotaient dans leur coin, ne restaient que Ron et elle qui boudaient parce que leurs meilleurs amis n'avaient pas daigné être là.

Tristes vacances.

§§§§§

Hermione avait eu la surprise de voir Loki Potter sonner à la porte de chez elle le soir même où elle avait quitté Poudlard.

Flash-Back

-Loki Potter, professeur de défense de votre fille Hermione, se présenta Loki. Enchanté de faire votre connaissance.

Hermione avait fait entrer son professeur en attendant que ses parents ne la rejoignent dans le salon. Dès qu'Helen et John Granger entrèrent, Loki s'était levé et s'était présenté. Les parents d'Hermione lui rendirent la politesse et tous s'assirent.

-Potter ? fit John. Auriez-vous un lien avec l'ami d'Hermione, Harry ?

-Il s'agit d'un membre de ma famille, répondit Loki. Mais pour être plus précis, je suis son garant magique, l'équivalent d'un tuteur. Que vous a dit votre fille sur la situation d'Harry ?

-Nous ne l'avons pas vu depuis cet été, s'excusa Helen. J'imagine qu'elle a estimé qu'il ne serait pas correct de parler de ce sujet par lettre.

Les trois adultes se tournèrent vers la jeune fille qui rougit.

-Pour résumer, Harry était sous la tutelle de sa tante du côté de sa mère et vivait dans sa maison avec son mari et leur fils, expliqua Loki. Puisqu'il était un sorcier né de deux sorciers vivant dans une famille moldue, le Magenmagot a désigné un garant pour qu'il s'assure qu'il connaisse sa nature de sorcier. Ce garant était Albus Dumbledore.

-Le directeur de l'école ? intervint John

-Exact, confirma Loki. Toutefois, au quinzième anniversaire d'Harry, la Magie avec un grand M est intervenue et a estimé que le directeur Dumbledore n'était plus à la hauteur de sa charge et m'a nommé garant magique d'Harry. Dès que ma magie a réagi, je me suis à la recherche de ce jeune homme et je l'ai retiré de la garde de ses anciens tuteurs.

-Vous ne connaissiez pas son existence ? s'étonna Helen

-Non, répondit Loki. Je m'étais toujours considéré comme étant le dernier Potter vivant jusqu'à ce que la Magie me dise le contraire.

-Quel est le rapport avec nous ? demanda Helen

-Oh, il n'y en a pas, sourit Loki. Vous m'avez simplement demandé mon lien avec le camarade de classe de votre fille.

John éclata de rire.

-Parlons peu mais parlons bien, sourit John. Hermione a quitté l'école ce matin donc il est surprenant que vous souhaitiez la voir aussi rapidement. A moins que vous ne vouliez nous annoncer vouloir officiellement courtiser notre fille.

-Papa ! s'indigna Hermione

-Il est vrai que votre fille possède des qualités que j'aimerai retrouver chez ma moitié mais à mes yeux, elle n'est que la meilleure amie de mon fils, répondit Loki.

Hermione se promit de répéter ces mots à Harry dès qu'elle le pourrait.

-Mais je viens pour une toute autre raison, continua Loki. En vertu du lien entre Hermione et Harry, j'aimerai vous inviter pour un dîner le 27, si vous n'avez rien de prévu.

-Ce serait avec plaisir, sourit Helen après concertation visuelle avec son époux.

-Parfait, fit Loki. En attendant, je peux vous proposer de passer la soirée chez moi. Je ne sais pas si vous avez déjà eu l'occasion de visiter une maison magique.

-Non, avoua John. Mais nous comptions sortir ce soir.

-Ne vous inquiétez pas, sourit Loki. J'avais le même programme avec Harry. Je voulais simplement lui faire une surprise et faire en sorte que nos deux familles boivent un verre ensemble. Pas de contrainte.

-Eh bien, pourquoi pas ? fit John

-Si vous nous laissiez quelques minutes pour nous préparer, fit Helen.

-Je vous attends, dit Loki.

Une demi-heure plus tard, la famille Granger descendit dans le salon, prête à partir. Mais Loki se tourna vers Hermione.

-J'imagine que vous n'avez rien trouvé concernant les protections des maisons sorcières, commenta Loki.

-Comment vous le savez ? s'étonna Hermione

-J'ai eu besoin de faire quelques recherches moi aussi et c'est fou le nombre de sujets qui ne sont pas traités par la bibliothèque de Poudlard, plaisanta Loki. Tenez.

Hermione prit le parchemin et lut l'incantation latine. Elle fit très vite la traduction.

-C'est pour protéger mes parents ? balbutia Hermione

-C'est temporaire, précisa Loki. Disons que si quelqu'un force la barrière, une alerte sera envoyée vers les aurors. L'incantation a été distribuée à toutes les familles sorcières sous la protection d'un clan Sang Pur durant la première guerre. Je suis certain qu'Harry voudrait que votre famille soit protégée.

Hermione refoula ses larmes pour réciter l'incantation avec toute sa conviction. Quand elle eut fini, une onde de magie traversa la maison.

-Allons-y maintenant, fit Loki. Ma voiture nous attend devant.

Fin Flash-Back

Le couple Granger n'avait attendu que quelques minutes après être monté dans la voiture pour interroger Loki au sujet de ses connaissances sur le monde normal. Le voyage fut donc très joyeux et la famille moldue fut surprise d'arriver.

-Où sommes-nous ? demanda John

-Il s'agit d'un domaine magique nommé les Abysses, répondit Loki en garant la voiture après avoir passé le portail principal. Après, géographiquement parlant … aux alentours de Leicester, je crois. Ce n'est pas précis puisqu'en cas de danger pour Harry et moi, il peut se déplacer. Par exemple, cet été, il se trouvait dans le Surrey, au moment où j'ai récupéré Harry, et quand il est parti pour l'école, il était ici. Sauf cas exceptionnel, je ne choisis pas.

Loki disparut quelques instants pour revenir à bord d'une calèche découverte tirée par un abraxan.

-On dirait ce qui tirait le carrosse des élèves de Beauxbâtons, s'exclama Hermione.

-C'est un abraxan, confirma Loki. Sa harde ne pouvait pas l'emmener avec elle à cause d'une grave blessure à l'aile. L'intendant du domaine s'est proposé de le soigner jusqu'à ce qu'il soit guéri et il a accepté. Quand il a appris que j'aurais des invités, il a voulu pavaner et se dégourdir les jambes. Bon, il n'a pas apprécié la calèche mais je lui ai fait comprendre que vous n'aviez pas son endurance. Et j'ai dû lui promettre un kilo de pommes. Mais monsieur s'était bien gardé de me dire qu'il n'avait plus droit à cette friandise depuis qu'il avait vandalisé notre verger. Je me suis pris une soufflante de mon intendant !

L'abraxan releva la tête en reniflant tandis que la famille explosait de rire devant l'air bougon de leur hôte. Ils finirent par grimper dans la calèche qui commença à avancer à travers les arbres.

-Les domaines sorciers sont comme cela ? demanda Hermione

-Aucune idée, haussa des épaules Loki. Personnellement, je n'ai pas encore réussi à en faire le tour et je doute de pouvoir le faire un jour. Du moment qu'il y a assez de place pour tous les habitants et qu'Harry puisse s'éclater comme un enfant de son âge, je m'estime satisfait.

-Vous n'avez pas de famille ? s'étonna Helen

-Harry est ma famille, déclara gravement Loki. Je refuse qu'il croie autre chose.

-Professeur ? fit Hermione

-Allons, ici c'est Loki, sourit Loki.

-Loki, reprit Hermione. Où se trouve Harry ? Il est parti depuis deux jours et je croyais qu'il était avec vous.

-C'est logique, concéda Loki. Il s'avère que par un concours de circonstance, Harry est parti avec les Weasley hors de l'école.

-Sans votre permission, devina Hermione.

-Je ne me prononcerai pas sur ce point, déclara Loki.

Hermione comprit que la réponse était positive. Comme le professeur était resté stoïque durant les deux derniers jours, il devait quand même savoir où se trouvait son pupille. Si les Weasley étaient inclus, il n'y avait pas trente-six mille solutions : Harry se trouvait au QG de l'Ordre du Phénix. Elle ne se faisait pas d'illusions concernant les relations entre Loki et le professeur Dumbledore donc l'histoire était loin d'être terminée.

La brune dut interrompre ses réflexions car ils arrivaient en vue d'un splendide manoir. La calèche s'arrêta docilement devant le perron et galant, Loki aida Helen et Hermione à descendre.

-Bienvenue aux Abysses, présenta Loki. Voici Lorean et Sina, en charge de tout le domaine.

Deux adultes inclinèrent respectueusement la tête.

-Je vous présente John, Helen et Hermione Granger, reprit Loki. Hermione est une des camarades de classe d'Harry.

-Soyez les bienvenus aux Abysses, sourit Lorean – l'homme, nota Hermione – et nous vous souhaitons une agréable soirée.

-La collation sera dressée dans le salon d'hiver, informa Sina – la femme – et est prête à être servie. Par ailleurs, seigneur Loki, il est bientôt dix-neuf heures.

-Déjà ? sursauta Loki. Il va falloir que je me dépêche un peu. Je suis au regret de devoir vous laisser entre les mains expertes de Lorean et de Sina, une course à faire. Je ne devrais pas tarder.

Et Loki transplana aussi sec.

-Si vous voulez bien me suivre, des rafraichissements vont vous être servis dans le salon d'hiver, sourit Sina.

-Vous vivez ici depuis longtemps ? demanda Hermione

-Depuis que les seigneurs Loki et Harry se sont installés ici, répondit Sina.

-C'est un domaine des Potter ? s'étonna Hermione. Je pensais qu'ils n'avaient que Godric's Hollow !

-Le clan Potter est l'un des plus riches de la Grande Bretagne sorcière et magique, expliqua Sina. Cette maison à Godric's Hollow ne peut être la seule qu'il possède. Pour ce qui est des Abysses, le propriétaire légitime est Loki en personne. Si vous voulez savoir comment, c'est à lui qu'il faut poser la question.

-Hermione ! gronda Helen. Cesse d'être impolie !

-Je comprends qu'on puisse se poser des questions, même si les formes n'y sont pas, rit Sina.

-Toutes mes excuses, rougit Hermione.

-Excuses acceptées, répondit Sina.

Elle leur servit la boisson qu'ils désiraient et ils s'installèrent.

-Pardonnez-moi si je me montre grossière, mais je m'attendais à ce qu'il y ait des elfes de maison, fit Hermione.

-C'est une pratique sorcière, pointa Sina, et nous sommes sur un domaine magique.

-Ce n'est pas la même chose ? demanda Hermione, perdue

-Loin de là, répondit Sina. Seuls les sorciers forcent les elfes de maison à œuvrer dans un domaine qui ne leur correspond pas forcément, généralement en tant que domestique. Nous faisons en sorte qu'ils soient employés dans un domaine aussi proche que celui auquel leur magie aspire. Actuellement par exemple, deux elfes de maison en service s'occupent des écuries.

Hermione garda ses réflexions pour elle. Le spectre de la SALE flottait toujours autour d'elle mais avec ce qu'elle venait d'apprendre, elle se rendait compte qu'elle n'en savait pas assez pour émettre un jugement sur les conditions de vie des elfes de maison.

Ils continuèrent à discuter tranquillement sur les merveilles que recelait ce manoir jusqu'à ce qu'une demi-heure plus tard, Lorean entre dans la pièce.

-Les seigneurs Loki et Harry ne vont pas tarder, annonça Lorean.

Quelques instants plus tard, la porte s'ouvrit.

-Hermione !

-Harry !

Les deux adolescents se jetèrent dans les bras l'un de l'autre avant d'éclater de rire.

-Et dire que cela ne fait que deux jours ! rit Hermione

-Ce sont deux jours de trop ! répondit Harry

-Bref, est-ce que tu te souviens de mes parents, Helen et John ? demanda Hermione en les dirigeant vers eux

-Je les ai rapidement croisés sur le quai de la gare, répondit Harry. Harry Potter, enchanté de faire votre connaissance.

-C'est réciproque, sourit John. Hermione ne fait que parler de vous.

-En mal, j'imagine, sourit Harry.

-Disons que si elle ne se retenait pas, elle vous assommerait avec l'un de ses livres fétiches pour que vous arrêtiez de vous mettre dans les ennuis, pouffa Helen.

-Tiens, c'est une idée que je vais retenir, lança Loki.

Tout le monde éclata de rire.

-Allez, Harry, monte tes affaires, fit Loki. Je suppose que tout le monde a soif. Moi, c'est certain.

Dix minutes plus tard, tout le monde bavardait gaiement. Soudain, une vibration secoua le corps d'Hermione, ce qui fut noté par Harry et Loki.

-Qu'est-ce qui se passe ? s'inquiéta Harry

-Je ne sais pas, fit Hermione, la panique montant en elle.

-Moi si, fit Loki. Vous vous souvenez de l'incantation que je vous ai donné ? Voici ce qui arrive quand un sorcier tente de la passer.

-Il a pu entrer dans la maison ? demanda John

-Pas sans alerter les voisins et les aurors, répondit Loki. Lorean ?

-J'envoie quelqu'un, répondit Lorean.

-Merci, sourit Loki. Continuons, voulez-vous ?

Ils passèrent dans le jardin pour profiter de la nuit claire.

-Alors, Lorean ? demanda Loki

-La maison n'a subi aucun dégât et le sorcier n'a pas pu entrer, répondit Lorean. Toutefois, il a laissé une contrainte magique spécifiquement dirigée sur la famille Granger pour qu'elle envoie mademoiselle au QG. Consigne bien évidemment annulée.

Loki garda un silence songeur pendant que Lorean se retirait.

-Loki ? appela Hermione

-Oui, mademoiselle Granger ? répondit distraitement Loki

-Est-ce qu'on peut connaître les sorts qu'ont reçu des moldus ? demanda Hermione

-Précisez votre pensée, fit Loki.

-L'année dernière, j'écrivais très souvent à mes parents et ils me répondaient toujours que je leur manquais également, déclara Hermione. Nous avions prévu de partir à l'étranger pour les vacances mais à peine dix jours après mon retour, ils ont accepté presque sans sourciller que le professeur Dumbledore m'emmène rejoindre les Weasley pour le reste des vacances.

-Et vous pensez qu'il y a de la magie là-dessous, fit Loki. Ce n'est pas impossible. Et ça confirmerait mes propres soupçons …

Loki se redressa une minute plus tard.

-Nous allons faire un petit tour chez les gobelins, décida Loki. Avec votre permission, ils vont vous examiner et si les doutes de votre fille sont avérés, ils vous fourniront sûrement des artefacts pour éviter que ça se reproduise. Dans le même temps, ils protègeront votre maison et votre lieu de travail pour qu'on ne vous y attaque pas. Bien entendu, nous prendrons tout en charge.

-Mais … protesta Hermione.

-Ecoute Hermione, fit Harry. Je suis d'accord avec Loki. Si nous n'étions pas amis, je ne crois pas qu'on essaierait de te manipuler pour avoir le contrôle sur moi. Si je suis la logique de Loki, on voulait que tu sois au QG pour que je me sente obligé d'y rester parce que tu y étais. C'est à cause de moi si tes parents sont en danger et il est hors de question qu'ils prennent plus de risques.

-Jeune homme, intervint John. Pourquoi ne pas prévenir les autorités compétentes pour cela ?

-Parce que le problème est là, ricana Loki. Les autorités compétentes sont elles-mêmes manipulées pour le plus grand Bien. Je préfère m'en charger moi-même.

Le couple se regarda avant de se tourner vers leur fille.

-C'est ta décision, déclara Helen.

-Alors faisons-le, décréta Hermione.

Quelques minutes plus tard, Cracrock les recevait.