Histoires nocturnes estivales

Manquer

Cet os est écrit pour un jeu du FoF, il fallait le rédiger sur le thème "Manquer" en une heure. Pour plus de précisions vous pouvez m'envoyer un mp.

- Vous croyez que Malefoy est retourné à Poudlard ?

Ils étaient dans la forêt de Dean depuis deux jours, et un Harry maussade avait posé la question d'un ton absent, en remuant un bâton en bois dans le feu qu'ils avaient fait. Ron le fixa les yeux écarquillés tandis que Hermione laissait échapper un couinement incrédule.

Ron grogna, et secoua la tête.
- Bordel Harry ! Me dit pas que la fouine te manque ?
Harry renifla d'un air agacé sans répondre tandis que Hermione plissait les yeux. Elle se pencha vers lui, comme pour observer ses réactions et elle murmura, avec une espèce de fascination stupéfaite.
- Tu ne lui en veux pas vraiment, n'est-ce-pas ? Pour les Mangemorts ? Tu t'inquiètes pour lui.

Elle claqua la langue en voyant les joues de Harry rosir et Ron laissa échapper un juron sonore.
- Tu as pris trop de coups sur la tête chez tes moldus mon pote !
Hermione lui lança une bourrade dans le bras, visiblement furieuse de son manque de tact. Mais Harry était trop concentré sur le feu, et trop perdu dans ses pensées pour avoir entendu et pour s'en vexer.

Harry soupira lourdement avant de fixer Ron.
- Si tu devais faire quelque chose d'horrible pour sauver ta mère Ron, le ferais tu ?
- Bien sûr !
- Même si tu devais tuer quelqu'un ?

Le rouquin détourna le regard, et plissa le nez, n'étant pas vraiment à l'aise avec le tour que prenait la conversation. Il préféra hausser les épaules, et Harry poursuivit, impitoyable.
- Ce n'est pas parce que sa mère ne ressemble pas à la tienne qu'ils ne s'aiment pas. Moi… J'aurais pu tuer pour sauver mes parents. Sans aucune hésitation.

Hermione lui posa une main sur l'épaule et secoua la tête.
- Malefoy…
Harry se redressa brusquement, coupant Hermione et les fusilla du regard.
- Vous avez des à priori sur lui. Parce qu'il est à Serpentard.
- C'est un abruti !
Ron avait les bras croisés sur sa poitrine, buté. Hermione restait silencieuse, observant Harry avec curiosité.
- S'il avait été dans n'importe quelle autre maison…
- Mais il est à Serpentard, et ce n'est pas une coïncidence.

Le brun plissa les yeux et se pencha vers Ron, avec une sorte de joie mauvaise.
- Le choixpeau voulait que j'aille à Serpentard Ron. Si tu ne m'avais pas parlé du meurtrier de mes parents qui sortait de cette maison… je serais chez les verts et argent. Serais-tu mon ami ? Je ne pense pas, n'est-ce-pas ?

Le choc laissa Ron muet quelques secondes, et Hermione ferma les yeux, comprenant que Ron allait se montrer buté. Harry était sur les nerfs depuis le début de leur fuite, furieux de la mort de Dumbledore, de la trahison de Rogue et de ce qui s'était passé avec Malefoy.
Le rouquin secoua la tête.
- Si c'est une plaisanterie, c'est pas drôle mon pote.
- Je suis terriblement sérieux.

Quelque chose passa dans le regard de Ron, et Hermione relâcha son souffle, se disant que pour une fois l'idiot insensible qu'elle appréciait tant allait faire preuve de suffisamment de réflexion pour éviter une dispute.
- Et bien. Tu as choisi Gryffondor non ? Ça règle la question.
Mais Harry n'avait pas envie d'en rester là. Il tenait visiblement à provoquer quelque chose, puisqu'il eut un sourire presque cruel.
- Non. Je n'ai pas choisi Gryffondor. J'ai juste refusé d'aller à Serpentard. Nuance. Je me moquais de la maison qui serait la mienne parce que tu m'as mis dans la tête que les Serpentard étaient mauvais.

Ron se redressa, les joues rouges.
- Ils le sont.
Harry se détourna, le visage vide de toute émotion.
- Tu devrais retourner chez toi Ron. Retrouver ta famille.

Perdu Ron la regarda, suppliant. Elle lui fit signe de ne rien dire, et elle prit une voix douce pour essayer d'arranger les choses.
- Quel est le problème Harry ?
- Qu'est-ce qu'on fait ici à se cacher ? Pourquoi je ne suis pas en train de le traquer pour le tuer ? Je n'ai pas peur de Voldemort…

A l'instant où il prononçait le nom, Hermione blêmit et elle chuchota.
- Le tabou…
D'un geste vif, elle dissimula leur campement avec leurs affaires et elle lança un sort sur Harry pour le défigurer. Elle n'avait pas le temps de faire mieux, pas alors qu'elle venait d'entendre les premiers bruits de transplanage près d'eux.
Ron s'était levé, baguette en main, et marmonnait en jurant, inquiet.

Ils se laissèrent capturer assez facilement. Hermione était pratiquement certaine que les rafleurs ne savaient pas qui ils étaient réellement. Elle préférait rester indemne pour maximiser ses chances de fuir plus tard. Si l'un d'entre eux prenait un mauvais sort qui les empêchait de courir, il leur serait compliqué d'échapper à leurs ravisseurs.
Les adolescents se laissèrent conduire en silence, alors que les abrutis de rafleurs riaient grassement du maléfice qui avait défiguré Harry sans le reconnaître. Heureusement, la cicatrice si célèbre avait disparu sous la peau rouge et presque à vif.

Lorsqu'ils arrivèrent devant un manoir immense, Hermione se tendit, et elle jura entre ses dents en voyant les armoiries qu'elle avait déjà eu l'occasion de voir.
Ils avaient été emmenés au Manoir Malefoy.

Ron semblait aussi catastrophé qu'elle tandis que Harry semblait détaché de tout, comme s'il n'était pas vraiment avec eux. Son comportement commençait à les inquiéter, surtout que Harry avait eu beaucoup de choses à traverser depuis la mort tragique de Sirius.

Le salon dans lequel ils arrivèrent aurait pu être magnifique sans la présence de Bellatrix Lestrange qui riait d'un air dément. Sa seule présence rendait la pièce… inquiétante.

En les voyant, elle s'approcha en sautillant et releva la tête de Hermione en l'agrippant par les cheveux.
- La sang-de-bourbe de Potter.
Ron connu le même sort et elle éclata de rire, ravie.
- Et le traître à son sang !

Face à Harry, elle plissa le nez et fixa les rafleurs.
- Qu'est-ce-que vous avez fait ?
L'un d'eux haussa les épaules.
- On l'a trouvé comme ça.
Furieuse, elle tapa du pied sur le parquet de luxe.
- Sans certitude, on ne peut pas le livrer au Maître. Il faut… il faut qu'il soit identifié.

Elle se pencha vers l'adolescent, jusqu'à ce que leurs nez ne se touchent, essayant de voir à travers les effets du maléfice. Puis, elle s'écarta et elle hurla le prénom de son neveu, d'un air strident qui les fit grincer des dents.

Drago Malefoy entra dans la pièce et Hermione maudit la malchance. Il était probablement la seule personne qui pourrait identifier Harry d'un coup d'œil. Elle nota les cernes sur le visage du blond, l'inquiétude au fond du regard gris et sa maigreur alarmante. Si Harry n'était pas au mieux de sa forme, c'était visiblement la même chose pour Malefoy.

A l'instant où il entra dans la pièce, ses yeux se verrouillèrent aux yeux de Harry, et il y eut un bref éclat dans leurs yeux. Visiblement le manque était réciproque. Et elle était plutôt certaine que Malefoy avait reconnu Harry.

Il s'approcha, pantin obéissant, et observa Harry sur l'ordre de sa tante cinglée. Pourtant, il jura ne pas être certain, et s'inquiéta de savoir ce qui avait blessé Harry.
Pas un des mangemorts ne remarqua les yeux verts de Harry si caractéristiques ou bien le fait que les deux garçons ne pouvaient pas se quitter des yeux.

Hermione fut arrachée à sa contemplation quand Bellatrix décida de la torturer, et elle entendit Ron hurler. Puis elle se perdit dans la douleur et dans ses propres cris.
Épuisée et hagarde, les larmes mouillant ses joues, elle tourna la tête en entendant des cris. Sur le moment, elle crut rêver en voyant Harry tenir Malefoy dans ses bras. Puis elle remarqua la baguette pointée sur le cou du blond.

De sa position, elle avait l'impression de voir les choses clairement. Le corps des deux garçons collés l'un à l'autre. Le bras de Harry enroulé autour de la taille du blond, et la main de Drago posée dessus, comme pour le maintenir en place.
La baguette qui le tenait en respect tremblait légèrement, et elle cligna lentement des yeux en voyant Harry enfouir son visage dans les cheveux du Serpentard.

Et Harry… Harry semblait revivre. Ses yeux brillaient comme jamais, comme si le fait de voir Malefoy, de le tenir contre lui avait suffi à atténuer le manque. Comme s'il se sentait mieux en le serrant contre lui.
Quand à Malefoy, il semblait inquiet. Mais pas inquiet parce que Harry le tenait. Inquiet pour Harry. Il déplaçait son corps de façon à toujours se trouver dans la ligne de mire de sa tante, comme pour s'assurer qu'elle ne pourrait pas toucher Harry…

La jeune femme gémit, alors que la pièce tournait, et elle se demanda depuis quand Harry leur cachait quelque chose d'aussi énorme. Ron se jeta sur elle, les yeux mouillés de larmes et il la prit dans ses bras. Puis, il retourna avec le groupe de prisonniers qui était remonté des cachots suite à Harry.

Alors qu'elle passait près de Drago, elle le fixa.
- Viens avec nous.

Elle vit l'expression de stupeur sur le visage du Serpentard, puis elle perdit connaissance.