L'Ambassadeur Maudit

6 Conclusion d'une moralité douteuse

Deux jours avaient passé depuis la discussion dans les tunnels de Gringotts. Au terme de longues heures de persuasion, Orpheus avait fini par convaincre Bicelmos d'accepter la proposition de Gérald ; le sous-secrétaire n'avait cédé qu'à contre cœur, après avoir pleinement saisi ce qu'impliquerait une possible tension entre sorciers et Détraqueurs à cause d'une affaire relativement insignifiante (Gérald avait révélé l'innocence de Black et l'injustice commise lors de sa condamnation).

À présent, ils marchaient dans les couloirs du ministère de la magie en direction du bureau d'Amélia Bones.

Cette dernière les accueillit avec un air soulagé :

"Vous en avez mis du temps, s'adressa-t-elle à Orpheus. Vous deviez simplement interroger les Détraqueurs d'Azkaban, vous savez.

- Il y a eu un souci avec l'un d'entre eux, expliqua le sorcier. Il s'était enfui pour tenter de retrouver le prisonnier qui lui avait échappé. Mais on l'a retrouvé et je lui ai dit que le ministère allait trouver une solution, donc c'est réglé maintenant.

- Oh, vraiment ? s'étonna la juge. Vous auriez dû le dire, on vous aurait aidé dans votre recherche !"

Bicelmos et Persefson tiquèrent et ouvrirent des yeux ronds : mais bien sûr ! Demander de l'aide ! Pourquoi n'y avaient-ils même pas songé ?

"Bon, c'est réglé maintenant, continua Bones. Et donc ? Vous avez appris quelque chose qui puisse nous aider ?"

Les Détraqueurs essayent de faire une révolution communiste, mais à part ça, rien, se retint de répliquer Persefson.

À la place, il dit :

"Eh bien, d'après leurs témoignages, Sirius Black n'avait probablement pas perdu toute sa magie ; il semblerait qu'il ait pris une apparence non-humaine pour fuir. J'en ai déduit qu'il pourrait s'agir d'un Animagus non déclaré, car les Détraqueurs sont presque insensibles aux âmes des animaux."

Il attendit en croisant les doigts, priant pour que son mensonge passe. Mais elle sembla davantage surprise par la révélation que Black était un Animagus que par autre chose.

Une fois le rapport terminé et qu'ils se retrouvèrent à nouveau dans le couloir, Bicelmos prit la parole :

"Vous savez, je ne me suis pas présenté à mon poste depuis plus d'une semaine et j'ai perdu mon travail."

(Chez les sorciers, certains fonctionnaires occupant des postes trop peu importants pouvaient être licenciées, surtout quand ils avaient une tronche de victime comme Leprechaun).

"Donc, continua-t-il, je me demande quand est-ce que Gérald va publier son roman. Que je puisse au moins payer mon loyer."

Persefson soupira en haussant les épaules.

"C'est un artiste, faut pas lui en vouloir si ça lui prend un peu de temps... Et en ce qui concerne ton travail, je pense pouvoir y remédier.

- Ah bon ? Comment ?

- Eh bien, j'ai toujours eu beaucoup de mal avec les papiers administratifs, et j'ai cru comprendre que tu étais doué pour classifier des dossiers inintéressants. Donc je peux te proposer de devenir mon secrétaire.

- Se...se...se...secrétaire ?"

Orpheus se tourna vers Bicelmos, étonné de le voir trembler.

"Tu n'es pas obligé d'accepter, tu sais...

- N...n...n...non... Ce n'est pas ça... c'est juste que... j'étais sous-secrétaire... Cette promotion est un immense honneur pour moi !"

Et il s'effondra sur le plancher, inconscient.

"Bien, messieurs, commença Amélia Bones en appuyant du regard chacune des vingt personnes présentes devant elles. Cette deuxième réunion spéciale est organisée pour que nous prenions une décision nette et claire. Comme nous l'avons appris grâce à l'aide apportée par Persefson, Black est probablement un Animagus - ou du moins, il est capable de passer inaperçu face à des Détraqueurs. D'autre part, nous ne savons pas quelle sera sa prochaine cible, mais le directeur Dumbledore m'a affirmé qu'il s'agirait de notre nouvelle célébrité, Harry Potter. Des remarques ?

- Ghaaaaah, prit Elphias Doge la parole, si c'est mon Dumblenouchet adoré qui l'a dit, alors c'est certainement vrai !

- Je ne puis qu'être d'accord avec Doge, renchérit Amos Diggory. Dumbledore a toujours raison.

- Et puis, il est si sexy, soupira un jeune employé abonné aux magazines pornos gays de Chez Barjow et Beurk.

- De toutes évidences, les preuves nous disent qu'il faut s'attendre à ce que Black tente une attaque contre le jeune Potter", résuma Smith, impassible.

Tous hochèrent la tête. Bones reprit :

"La solution la plus logique du point de vue de Black serait de s'attaquer à Potter chez son oncle et sa tante moldus.

- Oui, il va falloir surveiller son quartier, acquiesça Smith.

- L'ennui, ce sera lors de sa rentrée à Poudlard : le domaine est immense, même en déployant tous les Aurors dont nous disposons, nous ne couvririons jamais assez de surface... Et puis, voir des Aurors risquerait de créer un climat d'insécurité et de panique auprès des étudiants.

- Surtout une vague de révolte auprès des délinquants Nés-Mol... enfin, des Personnes d'Origine Non-Magique, intervint Taylor, qui travaillait dans la lutte contre la délinquance. Ils ont encore vandalisé un Portoloin il n'y a même pas deux jours... Les tensions avec les Aurors se creusent."

Les membres de la réunion spéciale demeurèrent plongés dans un silence dubitatif quelques minutes durant. Fatigué de ne trouver aucune solution convenable, Elphias Doge finit par intervenir :

"Et si on demandait conseil à Dumblenouchet ? Il trouverait sûrement un moyen, il est si intelligent, beau et parfait !

- Non, fit Bones en secouant la tête, nous devons trouver une solution par nous-même ou les gens risquent encore de nous traiter d'incompétents..."

Déçu, Doge se replongea dans ses pensées pour réfléchir.

Au final, ce fut un certain Pius Thicknesse, employé du Département de la Justice, qui proposa une idée :

"Et si on envoyait les Détraqueurs patrouiller autour de Poudlard ? Ils sont très nombreux et Black devra se retransformer en humain à un moment donné ou à un autre, pour réfléchir comme un humain et planifier son meurtre !"

Les membres du ministère testèrent mentalement la proposition : envoyer une horde de créatures des ténèbres dans une école avec gamins en pleine puberté, instables émotionnellement et incapables de se défendre ?

C'était brillant, pourquoi n'y avaient-ils pas songé plus tôt ?