Quand la pureté reste dans l'âme

Christmas 1989 Part II

Bonjour tout le monde !

Bien bien, entre deux éternuements, quelques cadavres de paquets de mouchoirs et tout et tout, voici un nouveau chapitre pour vous !

Merci à tous pour vos reviews !

Clefto : de rien :m xD

Emy34 : bienvenue ici ! Il va y avoir un petit récap' dans un des chapitres suivants, si tu as une question précise n'hésite pas, je répondrai ! Vu tous les personnages créés, j'ai peur que si je vais un récap à chaque chapitre, que cela prenne au moins dix pages XD

Bonne lecture !

Quand la pureté reste dans l'âme

La noble et moderne famille Black

*~*°O°o°O°*~*O*~*°O°o°O°*~*

Chapitre 23 :

Christmas 1989

Part II

*~*°O°o°O°*~*

Harry avait enlevé délicatement le papier cadeau, comme pour ne pas l'abîmer, et en sortit un grand mug. Abigaelle fit apparaître un pichet de chocolat chaud et le mug noir se transforma sous ses yeux : des moustaches blanches avaient poussées sur les côtés et la anse semblait plus agréable à tenir. Sur le mug apparaissait un joli paysage avec Salazar qui courait dans l'herbe et le prénom de Harry qui pouvait changer de couleur selon son humeur.

Salazar le rejoignit justement, lui apportant lui-même un paquet dont il tirait les ficelles sous le regard amusé des autres.

Harry remercia sa sœur, le regard brillant, et caressa son chat avant d'ouvrir le second paquet.

- C'est Salazar qui l'a choisi ! fit Elizabeth alors que son fils ouvrait délicatement le paquet.

- Une couverture ?

- Une couverture douce, chaude en hiver et qui te rafraichira en été. Il y a aussi une sorte d'ouverture pour que Salazar puisse se mettre dedans s'il a froid.

- Tiens, un autre cadeau t'attends, fit Severus en montrant un grand paquet qui était posé contre le tronc du sapin.

Le papier, digne de Severus, était d'un vert émeraude sur lequel étaient dessinés plusieurs sapins et la neige tombait tranquillement sur le sol.

Harry ouvrit alors les divers cadeaux qui venaient de son professeur privé de potions. Severus lui avait ainsi offert une peluche à l'effigie de Salazar, une dizaine de petits carnets dans lequel il pourrait écrire et ainsi communiquer avec ses amis, à l'écrit. Il y avait également des vêtements, des chaussettes, un long gilet noir et un petit livre le conseillant sur les différents gels de coiffages pour ses cheveux indomptables.

Il eu aussi un petit cadre avec une photo de ses parents et un livre de potions avec les annotations de sa mère.

Il se blottit alors contre Severus qui, mal à l'aise, supplia son ami du regard.

Hardwin, finissant par avoir pitié de son ami, invita Harry à ouvrir les autres cadeaux.

Surpris, il vit les autres cadeaux sur lesquels son nom était inscrit. Les Mordinov lui offraient ainsi une collection de livres sur les sortilèges, des plus faciles aux plus complexes. La famille de Lianna s'était mise d'accord sur un livre précieux : Les Différentes Magies du Monde.

Ensuite, ce fut le tour des adultes. Elizabeth fut enchantée du nouveau vase qui changeait de couleur et de forme par magie selon la taille du bouquet, et Hardwin était heureux du porte-fioles qu'il avait reçu de son fils.

Il y eut un nouveau service à thé pour Eulia, des couvre-lits, des draps, des grandes serviettes de bain, des produits de bains et des crèmes diverses. Beaucoup de livres sur les sortilèges rares et rituels de protection aussi. Puis vint le tour de Severus, qui eut droit à une chaîne qui servait de Portoloin éternel, le ramenant dans un endroit familial sûr et secret. Il eut aussi deux nouvelles robes de sorciers mettant son corps plus en valeur, à son plus grand regret. Elizabeth l'enjoignit à en essayer une immédiatement et il ne put refuser. Il était alors revenu quelques minutes plus tard, avec une chemise blanche, un gilet chaud et un pantalon noir. Sa cape était verte émeraude et une chaîne argentée liait le haut de la cape avec le gilet et la chemise. Il avait enfilé des bottes noires, plus chaudes et neuves, que lui avait offertes Hardwin.

Lorsqu'il retira la cape, sur la demande de Lianna, ils purent voir que le gilet laissait transparaître les bras musclés du jeune homme qui pourtant s'habillait toujours de vêtements larges et dépourvu de beauté.

- Tu es un Lord, maintenant, annonça Sergej. Et je pense que ton oncle et ta grand-mère sont également heureux que tu ais une garde-robe plus convenable.

Le rire d'Ornelia se fit entendre.

- C'est certain, Lord Mordinov. Merci infiniment ! Je n'aurais jamais osé faire ceci, par crainte qu'il ne veuille plus nous revoir.

Severus, gêné, préféra changer de sujet et annonça qu'il avait encore un cadeau à ouvrir.

Le paquet était lourd et grand. Il enleva le papier cadeau doucement, ayant l'impression que ce qu'il contenait quelque chose de précieux.

Il découvrit alors la couverture du livre, couverte par un tissu de velours rouge et violet.

« Grimoire des Secrets Botaniques

Pour les potionistes en herbe »

Parution : Octobre 1298

Imprimerie : les elfes Ouaya d'Irlande

Résumé : Certaines plantes ont été dénigrées des siècles durant. Mais ces mêmes plantes ont en réalité des trésors cachés, contiennent des propriétés, selon leur utilisation, dont on n'aurait jamais osé espérer l'existence. Ceci est un trésor. Cela sera le dernier des dix grimoires écrits et publiés sur ce thème qui se transmet généralement de génération en génération. Ce sera le dernier exemplaire des dix grimoires perdus. »

Nous, Aiden-Ignotus Potter (1214-1315) et Euphelia Prince (1263-1342), ma belle-fille. »

- Qui… a trouvé cela ? fit Severus qui n'arrivait, pour une fois, pas à cacher son émotion.

Une main se leva timidement, attirant par la même tous les regards malgré lui.

Harry avait rougit et Hardwin lui caressa le dos.

- Tu es le premier, à part Elizabeth, qui a réussi à briser l'énorme carapace que porte notre Severus préféré ! Bravo, petit ange, tu es un amour.

Severus, n'en revenant pas, fit le lien avec leur sortie et le regard du gérant bourru qui avait offert une énorme remise sur les achats de l'enfant.

Il s'approcha alors, lentement mais déterminé, et offrit une de ses rares étreinte à l'enfant tout en le décoiffant.

- Merci, Harry, fit-il en se détachant de lui et le prenant par les épaules. C'est un magnifique cadeau.

- C'est euh… de rien… enfin, je veux dire… je t'en prie.

Hardwin sourit à la vue de son fils qui se sentait tout autant mal à l'aise que Severus, et ouvrit son dernier cadeau.

- Harry ?

- Oui papa ?

- Tu as un don pour dénicher les belles choses ! Ce carnet indéchiffrable va certainement me donner du boulot mais punaise… merci fils, je t'aime, fit-il en serrant à son tour son fils contre lui. Merci, petit ange, et joyeux noël.

Fred et George, étonnés, reçurent également quelques petites choses : deux livres sur les meilleures blagues des Sans-Pouvoirs, un livre sur les potions russes destinées à faire les quatre cents coups, et des tenues de soirées toutes neuves. Lianna avait demandé à Edouard d'aller en acheter rapidement chez une amie qui avait accepté d'ouvrir sa boutique pour dix minutes, puisqu'elle appréciait grandement Lianna. Edouard y avait aussi acheté quelques vêtements neufs, car les deux jeunes semblaient revêtir des vêtements délavés et vieux jeu.

Ornelia, Silius et Léto Prince eurent des boîtes de chocolats et quelques livres sur les différentes cultures du monde de la part des Mordinov et des Black.

Orion et Walburga eurent également leur lot de surprises : Andromeda avait acheté de belles nappes pour eux, et Ted leur avait offert quelques livres sur les coutumes anglaises des sans-pouvoirs. Il leur avait aussi offert un abonnement à une librairie magique. Nymphadora et Alekzandra avaient offert une montre à gousset à Orion puis une chaîne en or à Walburga.

Andromeda et Ted eurent tout un lot de livres, de bibelots et de boîtes de friandises russes et irlandaises.

Il y eut ensuite les danses de salon, les enfants qui se défoulaient et apprenaient par la même les pas de danse que leur montraient les adultes. Ornelia eut le plaisir de danser avec Sergej, Severus et Philipp qui, du haut de ses sept ans, n'en menait pas large.

Alekzandra et Lukas discutaient de sortilèges de soin et les autres jouaient aux échecs alors que Harry, un peu à l'écart, caressait Salazar et Eizan qui s'étaient réfugiés sur ses genoux.

- On peut être avec toi ? demanda timidement Niklas. Tu as le droit de dire non, si tu veux être au calme.

- Nan c'est bon, venez, fit-il en se déplaçant du canapé afin de laisser Audrey et Niklas s'asseoir.

- Tu vas aller à l'école en Irlande, dans deux ans ? demanda Audrey.

- Je… sais pas. Mon père ne m'en a pas encore parlé.

- J'espère que l'on pourra choisir notre école, fit Niklas. Même si j'aime beaucoup la russie, j'aimerais bien aller à l'école avec Jania, Leonius et toi.

- Oui, ce serait cool, répondit Audrey. Au moins on se connait et on pourra se soutenir, si on est tous ensemble.

Alekzandra les rejoignit et approuva Niklas. Ils seraient bien, tous ensemble.

Fred et George repartirent pour Poudlard avec Severus avant le repas de midi. Un elfe les ramena dans leur dortoir et ils firent semblant d'avoir dormi une grande partie de la matinée.

Ils avaient été agréablement surpris par l'atmosphère et l'accueil des amis du professeur le plus détestable de Poudlard et la matinée avait réellement été une des meilleures qu'ils avaient eu la chance d'avoir.

Lorsque les jumeaux descendirent des dortoirs, ils virent leur grand frère devant le sapin, y déposant deux paquets.

- Charlie ? Tu n'es pas à la maison ?

- Si, mais je viens de rentrer. Maman a… énervé papa on va dire. Elle a dit que vous n'aviez pas été assez sage pour recevoir des cadeaux cette année, et Percy non plus.

- Comment a réagit Percy ? demanda Fred.

- Il est pourtant exemplaire.

- Il est reparti en haussant les épaules, mais il est bien entendu blessé. Papa m'a demandé de vous amener ses cadeaux qu'il a acheté lui-même à l'insu de maman. Mais je dois vous parler. On peut y aller ?

Par « y », ils comprirent où leur frère voulait aller.

Ils prirent quelques passages secrets dont Minerva et Severus leur avaient appris l'existence et arrivèrent chez leur professeur de Potion.

- Que faites-vous là ? fit-il en soupirant. Monsieur Weasley, ne deviez-vous pas être chez vous pour les fêtes ?

- Si, mais mon père m'a renvoyé ici, répondit Charlie. Cependant… il s'est passé quelque chose et… hésita le jeune homme en observant les alentours.

- C'est bon, entrez tous les trois, grogna Severus pour la forme.

Les garçons prirent place dans le canapé alors que Severus allait leur chercher des boissons.

Charlie raconta brièvement ce qu'il s'était passé la veille et tendit les cadeaux aux deux gryffondor.

Fred et George découvrirent alors des vêtements neufs, réduits. Des sous-vêtements, des pulls et t-shirt ainsi que des pantalons fins pour l'été. Ils avaient déjà eu deux pulls et deux pantalons neufs de la part des Winsor et ne s'attendait absolument pas à ce que leur père leur offre ceci.

- Il a offert la même chose, à peu près, à Percy.

- Maman va s'en rendre compte, qu'il manque cet argent.

- C'est probable, mais elle n'a pas accès à tous les comptes de la famille, d'après papa. Il serait par contre judicieux de ne pas amener ces vêtements à la maison…

- Mais… intervint Snape. Pourquoi cela vous surprend autant ?

Fred et George, gênés, regardèrent Charlie qui se dévoua.

- Depuis qu'oncle Fabian ne vient plus nous voir, notre mère a décrété que nous devions nous habiller avec les vêtements de nos frères. Elle fait toujours attention à réparer et renforcer le tissu, mais… au mieux, nous avons des vêtements de seconde main. Etrangement, elle considère les vêtements neufs comme dégradant, disant que seuls les mauvais sorciers s'affichent avec des nouveaux vêtements tous les jours et que les nôtres sont très bien comme ça.

- Hm, fit Snape. Au point où nous en sommes… réfléchit Severus. Je prends la décision de vous donner une chambre, au Manoir Silverstone. Bien entendu, vous ne pourrez pas y amener des amis, mais ce sera votre repère si vous avez besoin de souffler et d'y cacher vos nouvelles affaires. Une grande famille ne doit pas être simple à gérer.

- Oh, on gère, fit Charlie, mais notre mère a crisé lorsqu'elle a appris que Bill s'en allait. Elle voudrait que l'on reste tous au terrier, mais c'est assez… étouffant et surtout, on entend toujours tout ce qu'il s'y passe, peu importe dans quelle pièce on est. Alors quand elle saura que je veux partir à mon tour, mes frères vont avoir du mal à la supporter. Sans compter que Percy s'éloigne de plus en plus de la famille et je crois que Dumbledore n'y est pas pour rien.

- Il ne faut pas voir le mal partout non plus, grand frère. Percy a toujours été… spécial.

- Et l'argent que gagne votre père, où va-t-il ? demanda brusquement Snape.

- Dans la nourriture et on ne sait pas où, avoua Charlie. Je crois que papa ment sur son salaire et en place une partie dans les coffres auxquels maman n'a pas accès. Notre mère semble toujours prendre les décisions familiales et papa s'est étrangement plié à ces ordres, ces dernières années. Sans compter que… j'ai entendu Dumbledore promettre une certaine somme à maman si elle accueillait Harry quelques fois à la maison après son entrée à Poudlard, fit-il en observant la réaction de ses frères.

- T'es sérieux, là ? fit George. Mais Harry…

- N'est pas du tout à l'endroit que pense le professeur Dumbledore, intervint Snape. Albus Dumbledore avait confié Harry Potter à la détestable sœur de Lily Potter. Sa famille déteste tout ce qui touche à l'anormal, dont la magie bien évidemment. Mais tout cela… vous l'apprendrez au fur et à mesure. Pour notre sécurité à tous, je préfèrerais que vous taisiez ce sujet, compris ?

- Oui, professeur, répondirent les trois frères.

- Et pour Bill et notre père, professeur ? demanda Charlie.

Severus se frotta le front.

- Je demanderai à Lord Potter ce qu'il en pense, mais aussi aux Mordinov. Je vous tiendrai au courant grâce à l'un de mes phénix, mais s'il vous plaît, soyez prudents. Ne vous faites pas repérer et ne vous inquiétez pas de ces choses. D'accord ?

- Merci, monsieur, répondirent les jumeaux.

- Et Charlie, que souhaites-tu faire comme études, après Poudlard ?

- J'aurais aimé étudier les dragons en Roumanie, mais je n'ai pas encore pu faire mes dossiers pour les bourses scolaires.

- Il y a une école en écosse, il me semble ?

- Sans vouloir vous offenser, professeur, elle est beaucoup trop chère pour moi et ce n'est pas ma mère qui me soutiendra dans ce projet. Pour elle, nous devrions tous entrer au Ministère.

- Ne vous inquiétez pas de ces choses, nous verrons en temps voulu pour ce qui est des bourses anglaises, mais en tant que Lord, et comme je demanderai à mes elfes de préparer vos chambres dans un futur proche, vous pourriez étudier où bon vous semble et dormir au manoir. Les elfes se sentiront moins seuls. Enfin, nous en reparlerons quand… je vous mettrai en retenue, fit Snape avec un sourire sadique alors que les jumeaux rirent. Maintenant dégagez d'ici, j'aimerais manger le repas de midi dans la Grande Salle si vous n'y voyez pas d'inconvénients, jeunes gens. Sinon Dumbledore va se demander si je ne suis pas tombé dans un chaudron !

Les enfants disparurent alors par le passage secret et Severus se dirigea vers la Grande Salle. Les couloirs froids et humides n'étaient guères chaleureux malgré les décorations de Noël et Severus frissonna. Il aurait bien aimé rester en Russie, avec sa famille, finalement… peut-être qu'un jour, il pourrait se permettre de passer du temps avec les gens qu'il appréciait au lieu de douter des plans d'un vieil homme rusé et manipulateur…

.

*~*°O°o°O°*~*O*~*°O°o°O°*~*

.

Le premier jour de Noël était passé joyeusement. Les enfants jouaient dans le parc de Poudlard, et les autres étaient avec leurs familles, loin des études et des couloirs froids de l'école.

Severus, lui, lisait le livre que lui avait offert Harry tout en se servant d'un dictionnaire offert par Hardwin et Pomona sur les plantes communes.

Une idée germait dans son esprit, et il regretta de ne pas avoir fait de grande école de potion. Il avait certes pu aller dans une école spécialisée et surtout gratuite, et avait eu la chance d'accéder au diplôme de Maître des potions, certes, mais seulement parce qu'il avait fait trois ans d'études après Poudlard et qu'il avait été le meilleur de la classe. Il aurait pu faire plus et tenter d'atteindre un niveau plus élevé. Il soupira en tournant la page qu'il venait d'étudier.

La feuille de pissenlit, cuite dans de l'eau avec un taux élevé en fer et à plus de cent degrés, pouvait avoir certaines vertus intéressantes. Cela dépendait bien entendu de plusieurs choses comme la qualité des ustensiles, le chaudron, la quantité et la qualité d'ingrédients qui devaient y être ajoutés.

Léto Prince lui avait donné une épaisse enveloppe violette, en début de journée, mais il ne l'avait pas encore ouverte. Il se leva alors, et la prit avant de prendre place dans son canapé.

« Severus,

Je me doute que tu ne liras pas immédiatement ce courrier, mais si tu ne le fais pas d'ici fin décembre, je viendrai te botter ce qui te sert de fesses.

Tu as des idées fabuleuses en Potions et Hardwin m'a informé que votre projet prenait réellement forme. C'est un grand projet, mais pour que cela aboutisse réellement, j'ai une proposition à te faire.

Les potions familiales t'aideront, certes, à te faire une place dans la société. Mais je connais l'existence de la potion tue loup, que tu as créée l'an dernier, et je suis certain que ce n'est pas la seule qui germe dans ton esprit.

Alors, comme tout bon maître en potion, ta famille t'offre des cours accélérés à l'École Supérieure d'Arts des Potions et des Plantes d'Irlande du Nord. L'ESAPPI est une école de renommée internationale et tu as un rendez-vous le premier dimanche de Janvier avec la directrice de l'établissement. La plupart des élèves sont plus jeunes que toi, mais je sais que tu sauras t'intégrer au vu de tes connaissances spectaculaires que le professeur Dumbledore t'a empêché de faire évoluer.

Ton cousin éloigné,

Lord Léto Arménium Nicholas Prince »

Il réfléchit un instant. Ce n'était pas une mauvaise idée en soit. Il savait que l'école mentionnée était l'une des plus réputée.

Il lu la fiche d'information, avec un léger sourire.

L'ESAPPI vous propose un cursus spécialisé pour les adultes ayant déjà le niveau de Maître en Botanique ou en Potion et ayant la volonté de poursuivre, durant leur carrière, leurs études.

Ces cours avancés vous mèneront au diplôme final suivant :

« Manitou International Apte avec Ordre d'Ulysse, Maître en Art des Potions et en Botanique, Ordre de Merlin et d'Athéna »

Abréviation autorisée du diplôme final : MIAOU MAPBOMA

Détails des semestres et des examens de clôture pour ceux qui arrêteraient à mi-parcours :

Semestre Premier :

1ère partie (3 mois) :

Les lundis, de 05h à 06h30 Enseignements sur la radioactivité mondiale

Les mercredis, de 20h30 à 22h00 Enseignement approfondi sur la botanique

Les jeudis, de 20h30 à 23h Prise de connaissance sur les différents poisons

2ème partie (3 mois) :

Les mardis, de 20h00 à 22h00 Potions de décontamination

Les vendredis, de 20h15 à 22h00 Botanique : Plantes dangereuses

Les samedis, de 10h à 12h Tests sur animaux malades

Partiels à prévoir deux fois par mois, toute matière confondue

Diplôme : BASTARD

Botanical knowledge with deadly Accuracy, Senior Tester of Anti-inflammatories and Radioactive Decontaminations (1er Semestre)

Semestre Deux :

1ère partie (3 mois) :

Les mardis, de 20h30 à 22h30 : cours sur la compatibilité entre ingrédients, les erreurs à ne pas commettre

Les jeudis, de 20h30 à 22h30 : créativité & potions anciennes

Les dimanches, de 15h à 18h : Botanique

2ème partie (3 mois) :

Les mardis, de 20h30 à 22h30 : Médicomagie et Potions

Les jeudis, de 20h30 à 22h30 : Rituels à base de plantes et potions

Les dimanches, de 15h à 18h : Botanique

Partiels à prévoir deux fois par mois, toute matière confondue

Diplôme : PAIN

Potion Administrator for International Naturopathy

Semestre Trois :

1ère partie (3 mois) :

Les lundis : de 05h à 06h30 : Potions & imagination

Les mercredis : de 20h30 à 22h00 : Les plantes et les arbres, secrets des saisons

Les dimanches, de 13h à 16h : Botanique

2ème partie (3 mois) :

Les mardis, 05h à 06h30 : L'Art des Potions dans le monde

Les jeudis, de 04h à 06h15 : Botanique et Potion

Un samedi sur deux, de 18h à 23h : Partiels sur les semestres précédents

Partiels à prévoir deux fois par mois, toute matière confondue

Diplôme : DUMB

Doctorat Universel en Magie des potions et en Botanique

Semestre Quatre :

1ère partie (3 mois) :

Les mardis, de 20h30 à 23h00 : rituels anciens, potions à base sanguine, vieille magie

Les mercredis : de 20h30 à 22h00 : Sciences du corps humain et des Liquides

Les dimanches, de 13h à 16h : Potions avancées

But : ouverture d'esprit

2ème partie (3 mois) :

Les lundis, de 21h à 23h : Création et ingrédients dangereux

Les mercredis, de 20h30 à 23h : Débats et partage d'idées en Potions

Les vendredis, de 05h à 06h30 : Potions & découvertes actuelles

Partiels à prévoir deux fois par mois, toute matière confondue.

Titre final : MIAOU MAPBOMA

Manitou International Apte avec Ordre d'Ulysse, Maître en Art des Potions et en Botanique, Ordre de Merlin et d'Athéna

- Décidément, les noms des diplômes sont toujours aussi… étranges et déplacés, fit Snape en grimaçant.

Mais l'idée lui plaisait. Restait à voir comment il pourrait s'organiser. Bien sûr, il avait des elfes et des phénix, mais sur d'aussi longues distances et aussi souvent… ce n'était peut-être pas une très bonne idée.

Son esprit le dirigea vers la potion qu'il tentait, en vain, de confectionner afin de soigner Regulus Black. Cet homme, dans le coma depuis presque dix ans. Son état physique n'était certes pas aussi gravissime que son état psychique, mais il ne fallait rien oublier.

Si la potion causait trop d'effets secondaires, son système immunitaire ne serait certainement pas assez fort pour les combattre. Et les magies qui agissent sur l'esprit seraient généralement calmantes. Ce n'était absolument pas l'effet recherché.

Un kiné passait régulièrement, faisant faire au corps de Regulus des mouvements et les elfes les reproduisaient tous les jours. Depuis quelques semaines… Mais il était resté bien trop longtemps sans bouger pour qu'il n'y ait aucune séquelle.

Non, il fallait un traitement qui fasse revenir des souvenirs, des bribes de consciences à l'état suivant. Regulus semblait s'être enfermé dans un monde où personne ne pouvait le rejoindre.

.

*~*°O°o°O°*~*

.

Alekzandra venait de dire au revoir aux derniers membres de sa famille. Tous étaient partis rejoindre leurs maisons, leurs manoirs ou palais.

Une larme à l'œil, à cause du grand vide qui se faisait subitement sentir, elle alla s'asseoir en face de la cheminée, une couverture sur les genoux.

- Papa ?

- Coucou ma princesse. Tu as l'air triste, qu'est-ce qui ne va pas ?

- Ils me manquent déjà… fit-elle tristement.

- Tu vas les voir plus souvent ma puce, je te le promets, fit Sergej en s'asseyant à ses côtés.

- Et Harry ?

- Quoi, Harry ?

- Il… Quand est-ce que tu vas retirer cette ombre dans son âme ?

- Laissons-le vivre un peu, petit soleil.

- Mais n'est-ce pas dangereux ? Si cet homme revient à la vie, ne pourra-t-il pas accéder à tous nos secrets et détruire Harry de l'intérieur.

Sergej Mordinov sembla réfléchir, puis soupira.

- Si. Définitivement si, et je ne peux pas te mentir. J'en ai parlé avec Hardwin, il aimerait aussi le faire le plus rapidement possible mais… Il va falloir l'annoncer à Harry et le rituel n'est pas aussi facile que de te préparer un chocolat chaud.

- Papa… parle à Harry. Il te fait confiance, je le sais. Sinon il ne se serait pas senti aussi bien ici.

- Il avait sa famille et…

- Nous sommes sa famille. Il a d'ailleurs bien parlé avec Nad' et Niklas. Il semble apprécier Audrey aussi. Ils ont même demandé si nous ne pouvions pas aller dans la même école…

- Oh.

Effectivement, ce n'était pas rien. Les Driomow et les Mordinov étaient généralement distants avec les personnes qu'ils ne connaissaient pas. Mais soit.

- Je parlerai avec Harry la prochaine fois que je t'amène à Liberty Charms, d'accord ?

- Merci, papa. Ca l'aidera pour l'occlumancie aussi.

- J'en suis certain. Il sera un garçon puissant.

- Je n'en doute pas. Il a juste besoin d'une famille.

Sergej sourit à cette phrase, semblable à celle qu'Elizabeth et Lianna avaient prononcée le matin même.

Harry Potter avait retrouvé sa famille. Il s'adaptait, doucement mais sûrement. Sa venue avait changé la vie déjà planifiée de cette grande famille mais pour rien au monde ils ne reviendraient en arrière.

Lianna était moins renfermée sur elle-même, passait plus de temps avec ses amis lorsque Sergej travaillait. Alekzandra pouvait voir du monde régulièrement et tout ce mélange de cultures ne pouvait qu'être bénéfique pour l'éducation des futurs adolescents.

Les adultes étaient toujours impressionnés des questions que leurs posaient les enfants : simples, claires, précises et… ils avaient acquis une certaine maturité malgré leurs moments de jeux où ils retrouvaient leurs enfants blagueurs.

Lianna avait aussi remarqué que les jumeaux Weasley avaient tout de suite apprécié Alekzandra et qu'ils avaient partagé quelques anecdotes concernant des blagues en tout genre.

Walburga et Orion, habituellement réservés, avaient aussi profité de ces deux jours. Ils avaient pu discuter avec des personnes presque aussi âgées qu'eux et partager beaucoup de choses.

Noël 1989 était passé. Une nouvelle année, bien moins calme, allait débuter. Et cela, peu de monde le savait.

.

*~*°O°o°O°*~*

*~*°O°o°O°*~*O*~*°O°o°O°*~*