Quand la pureté reste dans l'âme

Secrets de Poudlard

Bonjour et bienvenue pour ce 59ème chapitre !

Merci à tous pour vos retours. Eh oui, Magia est intervenue mais non, Dumbledore ne se réincarnera pas. Magia a déjà donnée "assez de chances" à cette âme et a bien dit que c'était sa dernière vie. A suivre… ;-)

Cela a été difficile de prendre une décision et j'ai imaginé tout un tas de choses quant à Dumby, mais… difficile de trouver LA bonne sanction, en vérité.

Je vous laisse lire la suite !

Lia

Quand la pureté reste dans l'âme

La noble et moderne famille Black

*~*°O°o°O°*~*O*~*°O°o°O°*~*

Chapitre 59 :

Secrets de Poudlard

*~*°O°o°O°*~*

Ewen Daniel Alexius Malfoy de Bridgewater, né le 15 mars 1985.

Ce fut les mots que lisait sans cesse un petit garçon âgé de six ans. Son père adoptif, Daniel Malfoy de Bridgewater né Londubat, lui avait expliqué ce qu'était l'adoption par le sang. Il avait accepté, même si les adultes doutaient de sa réelle compréhension. L'enfant avait alors bu une potion au goût fruité et s'était assoupi sur le canapé du salon sous les regards tendres de sa nouvelle famille.

Il ne les connaissait pas, mais il pouvait faire des câlins à sa nouvelle maman sans devoir lui donner son prochain repas ! Elle lui avait même offert des vêtements tout doux, et propres. Il avait pu boire un verre d'eau en entier sans devoir le partager… il avait des étoiles dans les yeux.

Sans compter que Daniel avait commandé par hibou express plusieurs choses pour l'enfant, dont quatre peluches ainsi que plusieurs couvertures et draps.

Oliver et Ethan avaient retrouvé leurs souvenirs d'Avant et étaient bien heureux que Dumbledore ne fut plus partie de leur monde sans quoi ils l'auraient fait souffrir… Daniel et Annabelle furent les plus choqués par tout ce qu'ils avaient vécus. Peu importait ce que disait les médicomages, ils s'étaient sentis impuissants devant Dumbledore et n'avaient pas été à la hauteur. Ils n'avaient pas été capable de protéger leurs enfants… ils avaient peur. Même si les psychomages leur disaient qu'ils n'auraient rien pu faire, que Dumbledore avait tout prémédité, ils étaient désarçonnés. Mais ils pouvaient et devaient revivre, à présent.

Ils avaient rejoint le manoir de Georges et Kattrin Londubat, tous deux âgés de 61 ans. Georges était le grand frère – de 4 ans plus âgé – de Borith Londubat, le défunt mari d'Augusta. Cette dernière leur rendait visite régulièrement, parlant de ses enfants et petits enfants. Elle avait eu Frank et Clementius, tous deux mariés et pères. Mais Daniel n'avait jamais su que Frank et Alice étaient en soins intensifs à Sainte Mangouste, et ce, depuis des années.

- Je… j'ose pas y croire… papa, maman…

- Hermione, ma chérie, fit Annabelle en la prenant dans ses bras. Je suis tellement désolée…

- Ce n'est pas de ta faute, maman, firent Oliver et Ethan. Vous n'aviez pas vu le coup venir…

- Toutes ces années de perdues…

- Maman, on est là maintenant, fit durement Ethan. Tous ensembles. On ne peut peut-être pas rattraper le temps perdu, mais on peut vivre le présent à fond. Et sincèrement… je suis heureux que cet homme ait perdu sa magie. Je sais que ce n'est pas bien de souhaiter la souffrance, mais nous, on vous a perdu à cause de lui.

- On ira à Poudlard ? demanda timidement Oliver, mettant ainsi fin à la précédente discussion.

- On verra… Minerva a beaucoup de travail pour réorganiser le château et je n'aimerais pas vous avoir loin de nous, fit Annabelle. Vous avez aussi énormément de choses à apprendre et à ratrapper.

- Pourquoi on n'irait pas tous ensemble ? Comme ça, Ewen rencontrera d'autres enfants…

- Nous verrons après les vacances de Noël, répondit Daniel. Je parlerai avec le professeur McGonagall.

Ils avaient retrouvé leur manoir, acheté conjointement par les parents Londubat et Bridgewater. Les elfes avaient continués à l'entretenir malgré leur absence prolongée, et n'avaient malheureusement pas réussi à retrouver leurs maîtres.

Des professionnels en sortilèges anciens et modernes étaient passés et avaient analysé la bâtisse afin de mettre sur parchemin tous les rituels et sortilèges actifs. Althus Black s'était même proposé pour placer certains charmes irlandais et les Mordinov avaient également proposé leur aide.

Après le procès, les familles Mordinov, les Prince, les Black et les Potter-Windsor avaient proposé leur aide aux familles Londubat et Lovegood afin de ne pas les laisser seules face à leur passé et à tout ce temps perdu, de peur qu'ils ne sombrent dans une dépression sans nom.

L'année 1992 ne pourrait que mieux commencer s'ils s'entraidaient les uns les autres, après tout…

.

*~*°O°o°O°*~*O*~*°O°o°O°*~*

.

Novembre 1991, Poudlard

- Professeur Docteur McGonagall ? fit une voix d'homme, au loin.

- Oui ?

Elle s'était retournée vivement, et avait un air épuisé sur le visage. Entre les différents spécialistes venant d'Irlande et d'Angleterre, sans compter la famille vampirique Mordinov qui testait les protections du château, autant dire qu'elle n'avait pas eu le temps de réellement se reposer.

- Je me nomme Kafeyn Fawley, du département de la Protection de l'Enfance. Puis-je m'entretenir avec vous quelques instants ?

- Oui, bien sûr, soupira la nouvelle directrice. Suivez-moi, nous allons dans mon bureau.

Les couloirs furent parcourus sans un mot de plus. Les membres du Ministère allaient et venaient au château et elle ne comptait plus le nombre de personnes qui faisaient les allers-retours.

Elle invita le jeune homme à s'asseoir. Son prénom l'avait fait sourire : elle se souviendrait toujours de cet élève de Serpentard. Il avait certes les valeurs de la maison verte et argent, mais il aurait tout aussi bien pu faire partie de Poufsouffle. Et aujourd'hui, il devait avoir une trentaine d'années tout au plus… un an de moins que Severus, lui semblait-elle.

- J'aimerais voir la liste de vos professeurs, afin de vérifier leurs casiers judiciaires. Je sais que vous n'avez pas encore décidé d'une date d'ouverture mais nous ne pouvons pas laisser les élèves sans soutien scolaire trop longtemps.

- Oui, mais le château n'est pas encore en état… tenez, la liste des professeurs qui étaient employés ici avant la disparition d'Albus Dumbledore.

- Euh… la famille Black ?

- Ils sont venus aider un peu lorsque nous étions au Ministère afin d'enseigner aux élèves à notre place, mais je doute qu'ils reviennent.

- Ils ont l'air plutôt qualifiés d'après les documents que je vois…

L'homme feuilleta durant quelques minutes les diverses copies de diplômes.

- Vous allez faire réélire un Conseil d'Administration ?

- Après l'ouverture, oui. Je vais d'abord dissoudre toutes les associations et conseils afin de repartir sur de bonnes bases. Trop ont été amadoués par Albus et je dois malheureusement faire le tri…

L'homme acquiesça. Beaucoup de personnes et de familles avaient été manipulées et corrompues par le vieil homme. Certaines décisions prises eurent des effets plus que néfastes sur la vie au château sans que les élèves ne le remarquent…

Mais beaucoup de monde était actuellement au château afin de rendre celui-ci plus sain. Des briseurs de sorts avaient déjà travaillés sur la Grande Salle : le plafond ensorcelé était lui aussi pourvu de plusieurs sortilèges de surveillance, épiant diverses conversations qui étaient enregistrées sur une sorte de bande son. Ils avaient justement trouvés, dans le Bureau Directorial, plusieurs fioles conservant les sons de discussions privées. Dumbledore avait ainsi pu entendre ces conversations, connaissant bien plus que quiconque chaque élève, jusqu'à leurs héritages et les personnes les plus faciles à manier.

Les runes gravées dans le sol de pierres avaient disparu au profit de nouvelles dalles – puisque Dumbledore avait gravé trop profondément dans les pierres plus âgées qu'eux tous – et les murs avaient été rénovés dans tout le château. Étrangement, et ce depuis le départ du Directeur, les escaliers n'en faisaient plus uniquement à leur tête. Ils répondaient aux demandes des personnes voulant aller dans tel ou tel couloir. Comme si le château avait une âme et comprenait ce qu'il se passait.

Les escaliers de marbre montant au premier étage avaient été rénovés, et des salles supplémentaires étaient apparues.

Minerva avait été plus que surprise de ce fait. A sa connaissance, le château comprenait six tours : la tour d'Astronomie, la tour du bureau et des appartements de Dumbledore, la tour Nord qui était consacrée à Trelawney, la tour de Gryffondor, la tour de Serdaigle et la tour Ouest où se trouvait la volière. Mais depuis que le château revivait littéralement, deux nouvelles tours aussi larges que la tour de Gryffondor avaient trouvé leur place au sein du bâtiment.

Et alors que les spécialistes en sortilèges s'étaient alignés devant la façade de l'école, Minerva observait les divers changements.

Un liquide visqueux et sombre coulait le long des murs alors que tous les sorciers – au nombre de vingt – prononçaient divers charmes et sortilèges. Une vague de poussière dévala également les murs et on entendit plusieurs bruits sourds. Un Langue-de-Plomb demanda l'évacuation immédiate du château alors que les autres continuaient leurs chants dans des langues oubliées.

Les autres sorciers du Ministère allèrent donc dans le parc, aidant ou observant leurs collègues qui nettoyaient les murs extérieurs de tous sortilèges mauvais.

Le sol trembla légèrement. Il y eu un « pop », et tous eurent le souffle coupé. Une serre venait d'apparaître à leur droite, faisant un angle droit à la Grande Salle. Mais les changements ne s'arrêtèrent pas là.

Le portail, jadis fin et noir, se transforma sous leurs yeux. Une arche en pierres blanches s'était formée, entourée de branches de ce qui devait être un rosier. Le chemin partant du portail jusqu'aux Grandes Portes se divisait en trois branchements. L'un allait vers le lac, sur la droite, l'autre zigzaguait entre les arbres et rejoignait le grand parc puis le dernier, entouré de fleurs et d'arbres, faisait quelques courbes avant d'arriver aux portes du Château. Minerva eut un sursaut lorsqu'elle vu que le terrain de Quidditch avait disparu et en fit la remarque.

- Non, il n'a pas disparu, Mrs. McGonagall, il a juste retrouvé son endroit originel, derrière la Grande Salle, fit doucement Bernd Beasley, un des Langues de Plombs.

Elle ne répondit pas, trop perdue dans les yeux dorés qui l'observaient en souriant sereinement.

- Poudlard reprend vie, et ce, grâce à vous.

- Mais… je… vous faîtes le travail…

- Selon vos demandes, Mrs. McGonagall. Selon vos demandes. Sans cela… Poudlard aurait fini par dépérir.

- Professeur McGonagall ! Madame la Directrice ! fit alors un Auror, essoufflé.

- Qu'y-a-t-il, Lord Piet ?

- Poudlard nous a donné accès à certaines parties cachées depuis des décennies et… j'ai eu l'insigne honneur d'accéder aux appartements de Salazar Serpentard, fit-il plus bas.

- Comment ? fit Minerva.

- L'Histoire nous dit que les fondateurs ont vécu au château, il me paraît évident que leurs appartements y soient encore… fit un des membres du Ministère.

- Mais… il y a un mais, fit l'Auror.

- Continuez, demanda Minerva.

- Ils abritent, dans une grande salle au premier sous-sol, un basilic endormi depuis quelques siècles… sur la porte est écrit que c'était le fidèle compagnon de Salazar Serpentard…

- La légende veut que Poudlard offre ses connaissances à qui veut apprendre, mais la seconde partie reste oubliée : chaque maison est représentée par l'animal de compagnie des fondateurs, et ceux-ci se trouvent très certainement au château, en train de dormir à poings fermés… murmura un des Langues-de-Plombs.

- Nous nous trouvons donc avec la possibilité de voir un basilic, un lion, un blaireau et un aigle, fit Minerva qui contenait mal sa surprise et son ironie.

Dépassée par les évènements, elle préféra quitter le parc et entrer dans la bâtisse, rejoignant rapidement son bureau. Elle s'affala littéralement sur son fauteuil avant de soupirer, mais la cheminée la coupa dans son souffle…

- Minerva ?

- Oh, Severus !

- Cela fait une semaine que vous ne répondez à aucun message, tout se passe bien ?

L'actuelle directrice soupira pour ce qui devait bien être la centième fois de la journée. Elle résuma brièvement les nouveautés, les informations et les secrets que dévoilait le bâtiment peu à peu. Poudlard était doté d'une vie bien à lui, omettant ou offrant ses secrets à quiconque le respectait…

- Et pourrions-nous nous tutoyer, Severus ? J'avoue que cela me fatigue… tant de distance entre professeurs…

- D'autant plus que vous êtes la directrice, maintenant, répliqua Severus avec un petit rictus.

- Croyez-moi, bien que j'apprécie l'absence d'Albus qui pourtant donnait une certaine impression de protection et de sécurité au sein du château, je préfèrerais être une simple professeur… Je fais la liste de tous les cours qui ont été annulé ces derniers siècles, et douce Magia qu'il y en a !

- Par exemple ?

- Les cours de mise en relation de la botanique à la confection de potion, les cours d'adaptation pour les nés-moldus, les cours pour les cracmols et la gestion de leur magie, les leçons de duel, les leçons de bienséance, les cours de danse pour les bals, les cours de musique, les cours de mathématiques obligatoires en première et deuxième année… et bien d'autres. Enfin, il me faudra également trouver un remplaçant pour gérer Gryffondor, et…

- Et ?

- Pourriez-vous devenir mon adjoint, Severus ?

- Ne devions-nous pas utiliser le tutoiement ?

.

*~*°O°o°O°*~*

.

Severus Snape était actuellement dans la tour sud du Château, placée en face de la tour Nord, celle utilisée pour la divination qui était placée juste avant la Grande Salle. Il observait le paysage tout en réfléchissant à la nouvelle organisation du château. Plusieurs salles avaient été découvertes et les étages dévoilaient la plupart des secrets que Poudlard avait enfoui au plus profond de ses fondations.

La vue de la Tour Sud donnait sur le chemin qui zigzaguait le long du bâtiment et sur les grilles du Domaine.

La tour faisait cent mètres carrés de diamètre sur chaque étage, au nombre de dix. Les nouveaux appartements de Severus étaient au rez-de-chaussée, protégés par un mur que lui seul – et les personnes qu'il y autorisait (les préfets, les responsables de maison et la directrice) – pouvait traverser. Il y avait ensuite un immense tableau complexe qui protégeait définitivement les appartements de toute entrée indésirable.

Le rez-de-chaussée au sud du château comprenait donc ses appartements, sans compter le premier étage de la tour. Le contour de la tour était consacré à d'autres salles de classes et la salle commune des Serpentard était quant à elle placée au deuxième étage de cette même tour. Les élèves de cette maison auraient donc, dorénavant, accès à la tour par le rez-de-chaussée et le deuxième étage.

Leurs escaliers descendaient jusqu'au sous-sol dont les fenêtres donnaient sous le lac à l'ouest du château. Cette pièce était devenue une salle de travail. Ils avaient, de là, un accès direct aux couloirs du rez-de-chaussée puis au second étage. Le troisième étage de la tour était séparé en deux : côté ouest pour les garçons, côté est pour les filles, tous élèves de première année et deuxième années. Les troisièmes années étaient au quatrième étage de la tour, les quatrièmes au cinquième, et ainsi de suite. Les septièmes avaient quant à eux le huitième, neuvième et dixième étage pour eux tout seuls ayant des chambres en duo ou même individuelles selon la volonté des élèves.

Les professeurs présents au château en Novembre et Décembre avaient été impressionnés par la métamorphose du château. Toutes les tours pour les quatre maisons étaient agencées à peu près de la même façon. Restait encore l'aménagement, l'achat du mobilier et de la décoration puisque Poudlard avait, apparemment, « avalé » tout le mobilier des anciennes maisons. Seuls restaient certains vieux meubles de bois massifs par-ci, par-là.

Les Gryffondors avaient à présents une tour entière à leur disposition : la même qu'auparavant, certes, mais qui avait tout de même bien changé. Elle était située à l'ouest, à droite de la tour Nord et donnait sur le lac ouest ainsi que sur le terrain de Quidditch que l'on pouvait apercevoir. Le rez-de-chaussée et le premier étage étaient aussi réservés à la direction de maison. L'entrée se faisait par contre au troisième étage du château.

Les Serdaigles étaient maintenant placés dans la Tour Est, placée à gauche des grandes portes du château, en diagonale par rapport à la tour Nord. Les appartements de la direction de maison étaient quant à eux placés au premier et une partie du deuxième étage de la tour, les élèves entraient au quatrième étage et avaient accès à un sous-sol qui était une salle de souvenirs – dont seuls les Serdaigles auraient connaissance – le rez-de-chaussée était une grande salle de travail avec un coin jeux de sociétés, puis l'escalier en colimaçon donnait directement au quatrième étage qui se trouvait être la salle commune. Le troisième étage était réservé aux première années qui devaient redescendre à partir de la salle commune, le cinquième étage était réservé aux deuxièmes années, le sixième aux troisièmes années et ainsi de suite jusqu'au 10ème étage qui lui était réservé aux septièmes années. Cette tour était l'une des plus hautes du domaine. Le dixième et le onzième étage étaient pour les chambres des septièmes années puis le douzième étage était en réalité LE domaine commun des septièmes années de Serdaigle. Ils avaient même leur propre entrée au septième étage, via un accès qui sera gardé secret par ces mêmes élèves…

Les Poufsouffles devaient également changer leurs habitudes. Alors que Serpentard était dans la seule Tour sud du château, la tour des Poufsouffles était quant à elle à l'extrémité de l'aile droite du château, à droite de la tour d'Astronomie. Cette partie du château était jadis connue pour les serres qui maintenant étaient placés de chaque côté – sud et nord – de cette aile. La tour de Poufsouffle faisait onze étages de hauteurs alors que celle d'astronomie en avait treize.

Le Domaine se retrouvait donc avec neuf tours… car au sud de la tour des Gryffondors il y avait une tour bien plus large, réservée aux appartements privés de la plupart des professeurs et employés du château. Certains avaient certes leurs appartements quelque part dans cette immense bâtisse, mais la plupart seraient, dans le futur, dans cette tour bien confortable.

Au sud de cette tour il y avait encore la tour ouest, au quatrième étage de celle-ci se trouvait la volière. La tour Directorial était quant à elle à l'opposé de la tour ouest, donc à l'est et donnant sur le parc du château ainsi que sur la forêt interdite. Placée au sud de la tour des Serdaigle, elle était l'une des plus petites tours du château ne comprenant que huit étages, soit un de plus que le bâtiment général.

Poudlard avait toujours sept étages et avait encore beaucoup de secrets…

Severus inspira fortement avant de quitter les lieux. Il avait promis à Minerva de la rejoindre dans la Salle des Professeurs afin de lire quelques candidatures pour les postes à pourvoir. Les professeurs Sinistra et Flitwick étaient également de la partie.

.

*~*°O°o°O°*~*O*~*°O°o°O°*~*

.

Ce fut avec un sourire non feint que Hardwin serra Severus dans ses bras. Lord Prince grimaça dans le dos de son ami qui se moquait doucement.

- Je suis heureux de ta décision !

- Je vois ça, fit Severus.

- Qu'est-ce qu'il se passe, ici ? demanda timidement Harry.

- Oh, ton cher et tendre parrain va passer la semaine ici. Nous allons mettre en place un petit emploi du temps pour le laboratoire.

- Tu ne retournes pas à Poudlard ?

- Bien sûr que si, petit ange, fit Severus en s'accroupissant.

Harry s'approcha et se fondit dans l'étreinte de l'homme en noir.

- Minerva a besoin de notre aide pour le collège, mais j'y serai moins présent. J'ai demandé de pouvoir me concentrer sur les sixièmes et septièmes années afin d'également avoir le temps de gérer le laboratoire avec ton père.

- Hm.

- Et de m'occuper de toi, bien évidemment.

- C'est vrai ? fit Harry en quittant les bras protecteurs.

Il fixa un instant les yeux onyx et fut satisfait d'y voir une lueur sincère. Son parrain n'était pas très présent et il n'avait pas souvent la possibilité de passer du temps avec lui. Mais il allait enfin pouvoir l'avoir plus souvent auprès de lui…

- Bien sûr, petite souris !

- Je ne suis pas une souris, répondit Harry en croisant les bras devant son torse.

- Bien sûr que si, répliqua Hardwin. Tu es notre petite souris ! Allez, file dire à maman qu'on a faim.

- Oui, oui papa… fit Harry en soupirant.

Le rire de son père le suivit jusqu'au salon où il trouva sa mère en train de lire.

- Maman ?

- Oui, petit cœur ?

- Papa et Sev' ont faim.

- Pauvres chéris, fit-elle en haussant un sourcil.

- On dirait Severus, maman.

- Je sais ! Je présume que l'on doit faire à manger, alors ?

- Oui… on pourrait demander à Niklas et Alekzandra de venir aussi ? Audrey et Tomek sont en vadrouille avec la famille d'Arsene à Moscou…

- Alekz est chez Andromeda pour le week-end, non ?

- Oui…

- Je vais leur demander. Tu préviens les elfes pour le repas de midi ?

- Oui !

Harry sautilla jusqu'aux cuisines.

- Abey ?

- Harry ! Abey est là ! Comment va Harry ?

- Bien, merci, et toi ?

- Ça va, fit l'elfe toujours gênée par autant de bonté dans la magie de l'enfant.

- Tu as l'air fatiguée, fit Harry en penchant la tête sur le côté.

- Euh…

- Qu'est-ce qu'il y a ? demanda doucement Harry.

- Je ne sais pas si Maîtresse Elizabeth sera contente… fit l'elfe en reniflant subitement.

- Hey, maman t'adore ! Dis ce qu'il ne va pas, on trouvera une solution…

- Oh, Maître Harry…

- Abey, s'il te plaît.

Les yeux verts d'Abey fixèrent alors ceux de Harry et l'elfe baissa à nouveau la tête.

- Abey, fit alors une douce voix.

La main d'Elizabeth, qui venait d'arriver derrière son fils, caressa la joue de l'elfe.

- Dis-moi, je ne me mettrai pas en colère, promis.

- Ab… Abey attend des enfants, Maîtresse Elizabeth…

- Oh mais c'est merveilleux ! s'écria la mère de famille.

Harry pris d'office la petite elfe dans ses bras qui laissa échapper un hoquet de surprise. Elizabeth les entoura de ses bras et frotta le dos de l'elfe.

- Ma belle, nous irons voir Ornelia, d'accord ? Une de ses elfes saura certainement te conseiller, vu que tu n'as pas eu d'enfant jusqu'ici.

- Merci… merci… Abey ne sait pas comment dire merci…

- Bah, tu mets un m, après un e, après un r, un c et un i puis ça fait merci ! fit joyeusement Harry alors que sa mère levait les yeux au ciel.

- Bon les enfants, ce n'est pas tout mais il faut faire à manger ! Abey, va te reposer s'il te plaît ma princesse. Tu as l'air épuisée et tu as besoin de repos.

- Mais…

- Ne t'inquiète pas, je vais demander à Rusty et Seena et Willow. On va s'en sortir. File !

L'elfe disparu.

- Maman, qui est le papa ?

- Un des elfes de Severus, je pense.

- Oèn ?

- Probablement ! fit-elle avec un clin-d'oeil.

La famille Tonks ainsi que Niklas arrivèrent une demi-heure plus tard. Ils se régalèrent durant une bonne heure avant de décider du plan de la journée. La pluie et la neige à l'extérieur ne donnait pas vraiment envie de se balader mais les adultes devaient se rendre en Angleterre afin de rendre visite à Abraham Potter.

.

*~*°O°o°O°*~*O*~*°O°o°O°*~*

.

Dimanche 1er décembre 1991,

Manoir Liberty Charms

Severus préparait une potion de soin dans les sous-sols des Potter. Harry l'observait tout en découpant minutieusement quelques ingrédients.

- Tu t'améliores, ne pu s'empêcher de faire remarquer Severus.

Harry acquiesça. Il appréciait ces moments de calme, et observer son parrain confectionner des liquides tous plus étranges les uns que les autres. Ça le fascinait, même s'il ne comprenait pas la passion de Severus Snape.

Il était aussi certain que Severus ne le laisserait pas toucher des ingrédients dangereux avant un certain moment…

- Tu veux touiller un peu ?

- Je ne veux pas faire exploser la maison, répondit Harry d'un ton morne.

- Harry… je suis désolé de m'être emporté comme ça la dernière fois.

- Non.

- Si, Harry. Ne remet pas en cause ma parole, fit Severus d'un ton plus dur qu'il ne le voulait.

Il appréciait l'enfant, il ne pouvait pas dire l'inverse. Mais Harry avait encore tellement à apprendre…

- Sev ?

- Oui, petit ange ?

- Tu… tu peux m'apprendre à faire des potions ? Des toutes simples… tu sais, ça fait un peu bête d'être le fils et le filleul d'hommes super bons en potions alors que je ne sais pas vraiment en faire…

- Tu te débrouillais pourtant très bien avec les kits pour enfants, que s'est-il passé ?

- Je… Je ne sais pas. J'aime beaucoup les sortilèges et je me suis plutôt concentré là-dessus.

Bien qu'ayant ratrappé toutes les lacunes qu'il avait pu accumuler chez les Dursley, Harry avait toujours quelques difficultés à apprendre des choses différentes en même temps. Rien n'avait pu aider, jusqu'à maintenant.

- Viens, je sais que tu as déjà vu quelques bases, je vais t'apprendre comment couper les ingrédients un peu plus complexes que ceux-ci et à faire une ou deux potions, d'accord ?

- Tu… tu veux vraiment bien ?

Severus leva les yeux au plafond.

- Oui.

Le dimanche fut donc une journée studieuse au manoir des Potter. Philipp les avait rejoints quelques minutes plus tard et ils avaient revu les bases des potions « pour les grands ». Si Harry n'avait pas le don inné de sa mère, son frère lui était réellement doué. Mais Harry prenait plaisir à écouter Severus qui leur expliquait tout en détails, partant de la pousse d'un ingrédient jusqu'à ses propriétés dans le mélange concerné. Accrochés aux lèvres de leur professeur imprévu, ils ne virent pas les heures passer.

.

*~*°O°o°O°*~*

*~*°O°o°O°*~*O*~*°O°o°O°*~*