Quand la pureté reste dans l'âme

Barba tenus sapientes

Bonjour tout le monde !

Bien, vous l'aurez compris, nous rentrons dans le vif du sujet : Dumbychou que l'on adore tous !

Quand la pureté reste dans l'âme

La noble et moderne famille Black

*~*°O°o°O°*~*O*~*°O°o°O°*~*

Chapitre 51 :

Barba tenus sapientes

Sage à mesure de la barbe. Sage en apparence seulement.

*~*°O°o°O°*~*

Comme convenu avec son avocat, Dumbledore s'était présenté au rendez-vous. Albus dut rédiger un courrier d'excuse au Lord Irlandais ainsi qu'aux familles concernées. Il ne trouvait pas cela nécessaire, car le monde entier était censé savoir qu'il œuvrait pour le Plus Grand Bien.

Mais son avocat avait insisté, alors soit.

Cependant, le second rendez-vous n'eût pas la même issue. Il s'était rendu au rendez-vous, dans la salle numéro sept pour il ne savait exactement quelle raison. Albus Dumbledore prit connaissance de cinquante pourcents des chefs d'accusations, tous plus dénués de sens les uns que les autres d'après Dumbledore qui n'en comprenait ni le but, ni la raison.

- Où comptez-vous aller comme ça, Lord Dumbledore ? fit alors la secrétaire qui surveillait les allées et venues dans le département.

- Eh bien, voyez-vous, je me dois de retourner à Poudlard, fit aimablement Albus.

- Eh bien, voyez-vous jeune homme, vous ne sortirez pas d'ici avant la fin de votre procès.

Albus revint alors vers le bureau d'accueil en fronçant les sourcils.

- Sans vouloir vous offenser, ma chère amie, j'ai d'autres choses à faire que de rester dans cet établissement, et de m'encombrer de thème aussi futile qu'un procès qui n'aurait aucun sens. Gardien, merci de me rendre ma baguette.

- Non, Sir, cela me paraît parfaitement impossible car celle-ci est partie en salle d'examen.

- Je vous demande pardon ? demanda Dumbledore qui laissa transparaître son énervement.

Son visage prenait une légère teinte rosée alors qu'il réfléchissait à toute allure. Sa baguette ? Sa baguette ? En salle d'examen ? En quel honneur ?

- Je disais, Lord Dumbledore, repris aimablement l'agent de sécurité, que votre baguette se trouve actuellement au centre d'examen du Département des Langues-de-Plomb.

Dumbledore tenta de ne pas montrer son agacement. Comment osaient-ils ? Soit. Il n'avait pas besoin de sa baguette pour faire de la magie et cet homme allait l'apprendre à ses dépends. Dumbledore bougea discrètement sa main dans sa robe afin de rendre l'homme confus.

- Les sortilèges des détenus sont bloqués par un bouclier intégral, mon cher, fit une voix dans le dos du Directeur de Poudlard.

- Mrs Bones, je crois qu'il y a une erreur. Je…

- Vous êtes, dès maintenant, un détenu, Lord Dumbledore. D'autant plus que vous venez d'attenter à la vie d'un de nos agents, ce que je ne peux pas accepter au sein de ce tribunal et encore moins de votre part, mon cher.

Dumbledore, la bouche entrouverte, s'apprêtait à répliquer quelque chose. Pourquoi Fumseck ne répondait-il pas à son appel ? Et comment pouvait-elle l'accuser de la sorte, devant autant de personnes ?

- Auror Londubat, Auror Maugrey, amenez-donc notre détenu en salle préventive.

Coleen et Alastor qui s'étaient retournés à l'appel de leurs noms observèrent la directrice du département ainsi que Dumbledore d'une étrange manière.

Ecrouer Dumbledore, vraiment ? Ce n'était certainement pas très diplomatique… Mais le Mage Blanc n'eut guère d'autre choix que de suivre les deux Aurors jusqu'à une des salles du département. D'ailleurs, pensa le vieil homme, que faisaient les Aurors en dehors de leur propre département ?

.

*~*°O°o°O°*~*

.

Albus était assis sur un fauteuil pour le moins inconfortable. Il caressait sa barbe, pensif. Il avait été accusé d'actes prémédités sur certains individus dont il ne connaissait même pas l'identité, de manipulation et de non-assistance à personne en danger. Et il ne voyait absolument pas ce qu'il aurait pu faire de mal et surtout ce qui aurait pu arriver jusqu'aux oreilles du Ministère. Cela le dépassait. Il attendit longuement une visite, la venue de son avocat ou d'un Auror, mais rien ne vint.

Il fit alors une liste de choses qu'il faudrait modifier au Ministère : l'organisation, le traitement des affaires urgentes au lieu de s'occuper de telles stupidités comme celles dont il était accusé, à tort. Il avait également annoncé la disparition du petit Harry Potter, certainement kidnappé par le meurtrier Sirius Black mais son avocat lui avait rit au nez. Très étrange…

Il était pourtant le grand Albus Dumbledore, responsable de l'Ordre du Phénix durant les Temps Sombres ainsi que le mentor et le conseiller d'un bon nombre de personnes, et cela également au sein du Ministère.

Albus Dumbledore finit par s'assoupir, plusieurs heures plus tard, et remarquera une plume rouge posée sur ses genoux, à son réveil.

.

*~*°O°o°O°*~*O*~*°O°o°O°*~*

.

Mercredi 16 octobre 1991

Salle d'audience, procès publique

Ministère d'Angleterre

Londres

Mrs. McFlowers, Mrs. Bones et Lord McKinnon avaient fait leur entrée avant tout le monde dans la salle d'audience publique. Des journalistes de la Gazette mais aussi d'Irlande et de Russie étaient présents et photographiait les nouveaux venus.

Plusieurs membres du Ministère firent ensuite leur entrée, rapidement suivis d'un grand nombre de personnes. La Ministre de la Magie prit ensuite place près d'Amélia Bones, et Albus Dumbledore fit son entrée.

Son visage laissa transparaître de la surprise durant quelques secondes. Il ne s'attendait pas à voir autant de monde sur le banc des personnes qui seraient contre lui. Il n'en connaissait même pas la moitié ! Comment pouvaient-ils…

- Lord Dumbledore, fit une voix masculine. Nous vous attendions. Merci de prendre place sur le banc des accusés.

Son avocat, Lord Turner, l'invita à le suivre. Ce fut alors avec mauvaise grâce qu'il lui emboîta le pas. Il prit place sur le banc des accusés et observa les personnes présentes dans la salle. Il y avait quelques membres du Magenmagot ainsi que la quasi-totalité des employés du département de la Justice.

Il aperçut l'actuelle Ministre de la Magie se lever de son siège. Il eut un léger sourire. Cette petite femme au visage d'ange ne fera certainement pas long feu…

- En tant que Ministre de la Magie je déclare en ce jour du mercredi 16 octobre 1991 le procès public contre Lord Albus Perceval Wulfric Brian Dumbledore né le 15 août 1881, ouvert.

Des applaudissements se firent entendre et quelques flashs éblouirent à la fois la partie du Ministère et le public, assis en face des personnes participant au procès.

La Ministre reprit place et laissa la parole à Lord Gawain Robards, Président-Sorcier du Magenmagot. Ce dernier expliqua quelques réglementations mises en place pour le temps du procès et prévint que certaines pièces sensibles ne seraient visibles et entendues – grâce à des sortilèges de protection – seulement par les personnes concernées et les membres du Ministère.

Le public n'en fut guère heureux, mais lorsque Lord Ogden se permis de donner un exemple de ce qu'ils pourraient voir sans cette protection, les adultes se turent et écoutèrent la suite du discours.

Le tout était étrangement représenté sur de grands écrans afin que chacun puisse voir les intervenants. Les voix, elles, étaient amplifiées grâce à un simple sonorus.

Vinrent ensuite les présentations des personnes qui se montraient, publiquement, contre le Chef du Plus Grand Bien.

Lord William Wellbeloved, ancien président du Magenmagot et Docteur en Droit pénal et en Langues étrangères, commença alors la fastidieuse liste des témoins et accusateurs :

Léto Prince, Docteur en Droit international, Avocat de renommée mondiale, Maître des Potions.

Lord Tresk Geratzek, Gobelin de la Banque Nationale Irlandaise ainsi que Lord Bror Tyko, Gobelin de la Banque Anglaise.

Lady Eulia Potter, épouse Windsor, née le 04 décembre 1952 dans le Manoir familial Potter-Black de Lady Doréa Black 1920-1977 et de Lord Charlus Potter 1919-1988.

Titulaire de plusieurs diplômes sorciers et non sorciers dans le domaine animalier, vétérinaire et psychologique.

Lady Minerva Isobel Cameron McGonagall, née le 04 octobre 1935 au domicile familial, directrice-adjointe de l'École de Poudlard ainsi que professeur de Métamorphose, titulaire d'un doctorat en métamorphose et sortilèges.

Lady Andromeda Tonks, née Black en date du 11 février 1953 employée du département dédié aux créatures magiques et titulaire d'un Doctorat en droit et psychologie.

Lady Laura Eva Mentholiana Zorian, née le 02.07.1950, ancienne employée du Ministère de la Magie en Angleterre, au sein du département des Aurors.

Lord Hardwin Charlus Phineus Potter, né dans le Manoir familial Potter-Black le 05 novembre 1950 de Lady Doréa Black 1920-1977 et de Lord Charlus Potter 1919-1988.

Lord Hardwin Potter est co-directeur d'un Laboratoire de Potions en Irlande ainsi que co-responsable du service des accidents magiques au sein du Ministère Irlandais. Titulaire de plusieurs diplômes en runes, Histoire de la Magie, Potions et psychologie.

Lord Elphias Severus Arcturus Prince, né à Cokeworth le 6 janvier 1960 de la défunte Lady Eileen Prince, épouse Snape et de Tobias Snape.

Lord Elphias Prince est professeur de Potions à Poudlard ainsi que co-directeur d'un Laboratoire de Potions en Irlande avec Lord Hardwin Potter. Il est également titulaire des diplômes suivants :

Botanical knowledge with deadly Accuracy, Senior Tester of Anti-inflammatories and Radioactive Decontaminations

Potion Administrator for International Naturopathy

Doctorat Universel en Magie des potions et en Botanique

Lord Sergej Nikolaï Vladimir Mordinov né à Saint-Pétersbourg dans le Palais Royal Stroganov, aile sorcière, le 06 décembre 1935. Fils de Lady Talya Mordinov et du Tsar Nikolaï Vladimir Sergej Mordinov nés en 1917.

Lord Nikolaï Alekseï Vladimir Mordinov, né à Saint-Pétersbourg dans le Palais Royal des Roses en présence de la famille Royale le 18 août 1825 et vampire depuis les années 1855, né de Nikolaïevna Romanov-Mordinov 1805-1899 et du Tsar Nikolaïevitch Mordinov 1804-1900.

Lord Orion Black, né dans le manoir familial de la famille MacMillan-Black dans la banlieue londonienne de Wembley le 04 février 1929 de Lady Melionia MacMillan-Black 1901-1980 et de Lord Arcturus Black 1901-1982.

Lord Arthur Septimus Arcturus Weasley, né au Manoir familial en date du 6 février 1950, Directeur du Département des détournements de l'artisanat Moldu titulaire d'un Master en technologie sorcière.

Voici maintenant la présentation des membres du Ministère et de différents pays qui prendront, ensemble, part au procès sans oublier les dix pourcents de voix données au public.

Madame le Ministre, Lady Kerstin Ethna Kaithlyn Caithbright née le 21 mai 1953 à Oxford,

Lord Cameron Oracio Caithbright né le 14 mai 1939, en charge de la: Direction du département de la coopération magique internationale, responsable des Manitous d'Angleterre,

Lady Amélia Bones, Directrice du Département de la Justice (anciennement « Magique »), diplômée d'Etat en enchantements et runes,

Maître William Wellbeloved, ancien président du Magenmagot (1957-1990), Doctorat en Droit pénal et en Langues étrangères,

Lady Mirabella Williama McFlowers, juge responsable des procureurs, Doctorat en Droit Général de la Magie,

Lord Jonatan McKinnon, procureur des affaires criminelles, Doctorat en droit pénal,

Lord Octavius Perks, procureur des affaires familiales (par rapport au fidelitas), Doctorat en droit des enfants.

Lord Maksim Melkior Stanislas Mordinov né le 03 février 1852, représentant de la Cour Royale Russe,

Lord Cameron Oracio Caithbright, Directeur du département de la coopération magique internationale

Lord Philibert Dawlish, Auror de premier rang ; Lady Coleen Londubat, Auror de second rang,

Lord Bernd Beasley, Langue-de-Plomb ; Lord Norém Albatus Stow, Langue-de-Plomb

Seules les personnes nommées seront aptes à prendre la parole tout au long du procès.

.

*~*°O°o°O°*~*

.

Pensées de Dumbledore…

Severus ? Lord Prince ? C'est… ce serait la même personne ? C'est une blague. Une très mauvaise blague. Jamais il n'aurait pu avoir tous ces titres et diplômes, c'est impossible, j'y ai veillé. Il n'a pas quitté le château ! De plus, il n'aurait jamais rejoint la famille Prince… Il faut que je prenne la parole. Et vite ! Il y a usurpation d'identité ! Et la famille Potter, qu'elle déchéance ! C'est une branche de la famille Black, et donc des mages noirs ! Puis je pensais qu'il n'y avait plus de Potter… Je ne me souviens pas de Hardwin… Le père de James ne m'a jamais parlé de sa famille. Il y a un vampire en plus ! Quelle honte. Tout ce petit groupe a certainement été manipulé par les Black… l'absence de Bellatrix m'étonnerait presque, si je ne savais pas qu'elle pourrissait à Azkaban ! Et pourquoi y-a-t'il des individus venant de Russie et d'Irlande ?

… Mais je ne vois toujours pas ce qu'ils pourraient avoir contre moi. Et Minerva… quelle déception ! Elle est censée surveiller Poudlard ! Que lui ais-je fais ? Rien. Assurément. Et Andromeda ? Que faisait-elle là ? Et pourquoi Fumseck ne répondait-il pas, bon sang !

Il la revoyait, enfin ! Mais pourquoi se cacher de lui, le mentor de l'Ordre du Phénix ? Il y avait certainement quelques malentendus. Il oeuvrait pour Le Plus Grand Bien, il n'était pas Voldemort ! Au contraire. Au contraire… …

.

*~*°O°o°O°*~*O*~*°O°o°O°*~*

.

Poudlard,

Jeudi 17 octobre 1991

Les professeurs Flitwick et Chourave avaient repris l'école en main. Minerva, qui avait pris le rôle de Dumbledore lorsque celui-ci avait quitté Poudlard, avait donné ses pouvoirs de direction aux deux directeurs de maison puisqu'elle et Severus ne seraient au château que pour les élèves de cinquième et septième année. Et pour cause, ils avaient les BUSES et les ASPICS à préparer, et quitte à déplacer ces cours afin de pouvoir être au Ministère autant de temps que possible, ils privilégiaient ces élèves.

Pomona Chourave donnait, lors de ses heures libres, quelques cours basiques de Potions aux élèves de première année afin qu'ils n'aient pas trop de retard par la suite et Flitwick leur enseignait la théorie en Métamorphose. Pour ces deux cours, ils avaient pris la décision de réunir les quatre maisons et se firent assister par deux personnes inconnues des élèves : Justus Prince pour les Potions et Orphée Black pour la botanique.

Pomona avait ainsi appris – au même titre que Severus et Silius – par Léto que la famille Prince n'était pas aussi morte que cela. En effet, il y avait une branche qui restait assez éloignée de Londres et qui avait enseigné elle-même à ses enfants tout ce que l'on pouvait apprendre à Poudlard. Elle réfléchit encore au dessin que lui avait fait l'avocat de son collègue…

Les familles Potter, Prince et Malefoy furent souvent liées, certes, mais elles avaient également quelques liens avec les familles royales des Sans-Pouvoirs.

Octavius Prince, né en 1830 et décédé en 1920 s'était marié avec Dyna Potter, née en 1931 de Harrald Potter et Gina Weasley qui eurent trois enfants dont Grant, connu pour avoir été Fourchelangue.

Octavius et Dyna eurent quant à eux trois fils : Harrald né en 1850 qui se lia à Cedrella Scott mais n'eut aucun enfant.

Hyacinthus Prince, (1855-1962) qui se lia à Alexia Jones (1866-1940) et eut deux enfants. Et il y eut Héphaïstos Prince (1863-1964) qui eut trois fils avec Oceane Roy (1865-1960), une française.

Leurs trois enfants se nommèrent Arcturus (1891-1988) qui se lia avec Ornelia Jorkins ( la grand-mère de Severus) et eut deux enfants : Silius et Eileen ; Galwin (1892-1980) qui se maria avec Sorela Black et eut un enfant nommé Sirius (1918-1980) qui mis au monde avec son épouse Sophia Bartholdy le jeune Léto Prince né en 1947. Et enfin, il y eut le troisième enfant de Héphaïstos et Oceane : Ionathas Prince(1894-1990) qui se lia avec Jeanne Amalrius (1896-1980).

Et ce fut cette branche-ci qui ne se joignit guère aux élèves de Poudlard, vivant tranquillement au fin fond de l'écosse au milieu des Sans-Pouvoirs…

Ionathas eut deux enfants mais nous nous concentrerons sur Iustinus Prince, né en 1916 et marié à Adélahis O'Malley, une descendante de la famille royale Irlandaise. Ils eurent également deux enfants dont Justus Prince, né en 1945 et docteur en Potions qui épousa Anna Bartholdy, son aînée de 5 années, Ils eurent une jolie petite fille Aurelia en 1962 puis un garçon prénommé Raphael en 1964.

Et c'était justement leur père, Justus, qui avait proposé à Léto d'aider à Poudlard durant l'absence de Severus puisqu'il avait entendu parler de l'affaire Dumbledore. Léto avait fait l'intermédiaire et provoqué une rencontre entre les différentes branches familiales qui ne s'étaient plus revues depuis le décès de Héphaïstos Prince en 1964.

Et Pomona était totalement tombée sous le charme de ce couple qui avait visité pour la première fois, la veille, le château de Poudlard. Justus s'était avéré bien plus aimable qu'il n'en avait l'air et Anna avait aidé Filius à embellir le château. Car le professeur de Sortilèges avait d'ores et déjà laissé son imagination prendre le dessus en décorant les murs des couloirs : certains reflétaient des paysages, et sur d'autres se reflétaient tout simplement une prairie avec des libellules, des papillons et des oiseaux tous plus beaux les uns que les autres.

Pomona Chourave avait quant à elle disposé quelques plantes inoffensives à l'entrée du château et planté des rosiers autour des grandes portes du Château. Albus n'avait jamais accepté ce genre de choses, ou du moins avait-il simplement ignoré sa demande de rendre la façade grisâtre légèrement plus accueillante. Et comme il n'était pas là, elle en profita. Le professeur de Botanique espérait que le Directeur ne revienne pas, mais elle se forçait à rester réaliste : il était connu en tant que mage blanc, qui croirait donc que ces actions qui seraient présentées au Monde entier soient réelles ?

Elle soupira en observant, du coin de l'œil, Ginny Weasley discuter vivement avec Hermione Granger. La dernière des Weasley n'avait rien à faire là, pensa-t-elle. Trop jeune, encore moins mature que tous les élèves de première année réunis. De plus, elle et son frère manquaient drôlement de bonnes manières, à croire qu'ils aient grandi auprès d'animaux sauvages.

Ginny s'était vue renvoyée dans son dortoir lors du précédent week-end, arborant une jupe bien trop courte et un maquillage bien trop prononcé pour son jeune âge. Dumbledore avait rit, la première fois, mais les professeurs étaient chagrinés de voir une aussi jeune enfant se transformer ainsi.

Pomona secoua la tête et retourna vers ses serres qui elles aussi avaient besoin d'un sacré renouveau.

- Mona ! cria alors une voix.

A la fois surprise et amusée par le surnom, la directrice de Poufsouffle se retourna.

- Oh, Anna ! Comment vas-tu ?

- Très bien, merci. Et toi ?

- Je vais bien aussi, fit Pomona en souriant. Je pensais aller nettoyer les serres mais tu veux faire autre chose ?

- Non, ne t'inquiète pas. Justus est en train de parler Potion avec des septièmes années, je peux t'aider ?

- Si tu veux, oui !

Les deux femmes se dirigèrent, un grand sourire sur les lèvres, vers l'aile réservée à la Botanique.

Un vent nouveau soufflait sur le château et les élèves discutaient vivement à cause des nouveaux arrivants : même les grandes familles de Sang-Pur pensaient que les familles Black et Prince ne faisaient plus partie de ce monde et Justus se faisait un plaisir de leur prouver le contraire tout en contredisant aimablement les élèves parlant de pureté sanguine.

Il décida, d'ailleurs, d'organiser un cours pour l'ensemble des élèves sur la pureté du sang, les idéologies et leurs conséquences. Et comme, d'après Léto, le procès prendrait au moins une semaine, il aurait largement le temps de surprendre les quelques trois cents élèves de Poudlard.

Orphée Black, la sœur d'Althus qui avait vu grandir Harry, se ferait certainement un plaisir de l'assister.

.

*~*°O°o°O°*~*

.

Ronald, Hermione et Ginny étaient dans le Parc de Poudlard. Les cours de la journée étaient enfin terminés et les températures n'étaient pas encore trop basses. Ils se promenaient alors tranquillement en discutant de tout et de rien.

- On n'aurait jamais dû y aller, fit Hermione d'une voix aiguë.

- Et pourquoi ? s'énerva Ron.

- On n'avait pas le droit de voir ça ! Et t'as vu comment il était grand ? répondit Ginny.

- Aïe, mon pied… grogna Hermione en retirant, pour la troisième fois en une heure, sa chaussure.

- Va falloir que t'ailles voir Pomfresh, toi, se moqua Ron.

- Mais non, marmonna Hermione, mais à chaque fois que je me dis qu'on ne devrait pas y aller…

- Si on allait voir Hagrid ? la coupa Ron.

Les deux filles acquiescèrent et le trio s'avança alors vers la cabane. Hagrid leur ouvrit quelques secondes plus tard avec un immense sourire. Il les fit entrer et leur servit du thé à la menthe. Ils discutèrent d'animaux du monde magique et Hagrid dévia, bien entendu, sur son cher et tendre chien.

- C'est comme Touffu ! C'est un chien adorable mais personne à part moi ne peut l'approcher, ou alors il faut l'endormir avec de la musique !

- C'est qui, Touffu ? demanda Ginny.

- C'est un chien que j'ai acheté à un ami, l'année dernière. Il l'avait trouvé dans une forêt en Grèce et ne pouvait pas le garder, car il a trois têtes et qu'il disait que le petit Touffu était trop agressif ! Mais non, non, non… c'est un ange, un chien adorable ! J'ai dû le prêter à Dumbledore… Oh.

- Un chien à trois têtes ? s'écria Ron en se tournant vers Hermione.

- Et il a un prénom ? s'horrifia Ginny mais Hagrid ne s'en offusqua pas.

- Chaque être a un prénom, et il est tellement doux…

- Il… il garde quelque chose au deuxième étage, n'est-ce-pas, Hagrid ? demanda Ron alors que Hermione lui donnait un coup de pied.

Elle ragea intérieurement. Il les dénonçait !

- Ron, fit plus sérieusement Hagrid. Vous n'avez pas le droit d'aller au deuxième étage. C'est dangereux, là-bas.

- C'est Touffu, n'est-ce-pas ? fit Ginny avec un immense sourire. Oh oui c'est Touffu !

- Il est mignon n'est-ce-pas ? Oh, non, je n'aurais pas dû dire ça…

- Et il cache quoi ? demanda Ron.

- Ronald ! murmura furieusement Hermione.

Ce dernier lui lança un gros coup de pied sous la table, tapant violemment dans le tibia de la jeune gryffondor.

- Vous devriez rentrer, tous les trois, le repas commence bientôt, allez, dehors ! fit Hagrid en se levant et poussant les trois élèves à l'extérieur de sa demeure. Et ne parlez de cela à personne, compris ? fit-il plus menaçant.

.

*~*°O°o°O°*~*

.

Quirinus Quirrell mangeait tranquillement à la table des professeurs en observant les élèves. Son esprit lui criait de voler la Pierre alors qu'il était encore temps… Mais il souffrait également de l'absence du petit Harry Potter. Quirinus avait rencontré Lord Voldemort en Albanie, alors qu'il cherchait désespérément quelques fleures rares dans une forêt. Il avait, avec effroi, découvert le corps sans vie d'une licorne ainsi qu'une brume noire et épaisse qui s'était subitement dirigée vers lui. Il l'avait déjà vu… la veille… il pensait avoir rêvé ! Intrigué, il ne pensa pas à se protéger. Il observa la fumée noire qui tournait lentement autour de lui. Lorsque Quirrell avait enfin décidé de sortir sa baguette, la forme fonça sur lui et fusionna avec le corps de l'anglais.

Depuis ce jour, Quirrell était forcé d'obéir à la force supérieur du nouveau Maître de son corps. Car l'Horcruxe qu'il abritait temporairement était sacrément puissant. Rien que d'y penser, il frissonna. Il avait vu le petit groupe de Gryffondor se diriger vers le deuxième étage et cela l'avait rempli de joie. Il avait décidé de convaincre la plus jeune, qui semblait bien mignonne et plus faible que ses deux amis, afin d'atteindre son but. Un léger sourire apparut alors sur ses lèvres. Oh oui… oui, il allait s'amuser, assurément.

- A quoi pensez-vous, professeur Quirrell ? demanda aimablement Aurora, la professeur d'astronomie.

- Oh, professeur Sinistra, fit Quirrell en bégayant. Je viens d'avoir une brillante idée qui plaira très certainement à mes élèves pour le prochain cours, répondit-il en souriant. Et vous, ma chère, quand pensez-vous que notre aimable directeur remettra les pieds à Poudlard.

- Très bientôt, fit Sinistra en souriant. C'est un grand sorcier, ne vous inquiétez donc pas de son sort.

- Je ne m'inquiète pas pour Albus, chère amie, mais plutôt pour les personnes qui se le sont mises à dos, fit-il dans un demi-sourire alors qu'un rire ironique se fit entendre dans sa tête.

- Petit idiot, murmura l'esprit de Voldemort. Tu t'es bien rattrapé, va, mais ce serait plus intéressant que tu me trouves le rejeton Potter… Dumbledore l'a certainement caché parmi ces élèves… et la petite rousse, tu t'en serviras pour la Pierre… elle est tellement naïve…

.

*~*°O°o°O°*~*O*~*°O°o°O°*~*

.

Liberty Charms,

Irlande

- Maman, quand est-ce que papa rentre ?

- Ce soir, petit ange, répondit Elizabeth.

- Pourquoi je ne pouvais pas aller à l'école aujourd'hui ?

- Un ami de ton père va bientôt arriver, Harry. Tu sais… Le Ministère Irlandais doit encore prendre quelques uns de tes souvenirs, de chez les Dursley.

- Ah… d'accord. Oui c'est vrai… fit-il en soupirant.

Il avait légèrement oublié, préférant ne pas y penser.

- Ca va aller, mon cœur ?

- Bien sûr, maman. Salazar reste ici cette semaine ?

- Oui, il doit s'occuper de sa femelle et aider à l'éducation des chatons, tu sais bien.

- Oui, mais il me manque…

- Il est à la chatterie, tu pourras y aller tout à l'heure et jouer avec les chats.

- La famille Joz vient chercher le petit bout ?

- Oui, ils viennent chercher leur chaton vers dix-sept heures. En attendant, tu pourras lui faire les dernières caresses.

- C'est trop triste de les laisser partir, à chaque fois. Comment tu fais ? Tu es tellement courageuse, maman…

- Je t'aime, mon chéri, fit Eliz en décoiffant son fils.

- Maman ! J'ai déjà du mal à les coiffer !

Ils rirent un peu puis mangèrent le dessert. Philipp et Clarence jouaient devant la cheminée et Elizabeth couvait ses enfants du regard. Elle les aimait plus que tout… Abigaelle et Hardwin lui manquait déjà. Comme chaque jour lorsqu'elle était séparée d'un membre de sa famille, en fait.

.

*~*°O°o°O°*~*

.

*~*°O°o°O°*~*O*~*°O°o°O°*~*

.