Quand la pureté reste dans l'âme

La Grande Rentrée

Bonjour bonsoir !

Snif, vous ne m'avez pas supplié… Huhu. Voici tout de même le prochain chapitre.

Bonne lecture !

Quand la pureté reste dans l'âme

La noble et moderne famille Black

*~*°O°o°O°*~*O*~*°O°o°O°*~*

Chapitre 48 :

La Grande Rentrée

*~*°O°o°O°*~*

Ecoute : Vega 4 - Life is beautiful

Dimanche 1er septembre 1991,

Ecole de Magie Secondaire d'Irlande, Hollow Castle

Situé en bordure de Ó Ceallaigh Lake

Comté magique de Glaslough, Irlande

18 heures

Harry et Abigaelle Potter étaient arrivés depuis quelques minutes devant les grilles bleues turquoise.

Harry essayait d'enregistrer chaque détail : la petite prairie devant les grilles, le chemin qui partait en diagonal ensuite, et toutes les plantes présentes à l'avant du majestueux bâtiment surélevé par cinq marches, d'après Abigaëlle.

Philipp tenait la main de son grand frère alors qu'Abigaëlle serrait sa petite sœur Clarence qui fêtait ses six ans en ce jour.

- Tu m'écriras, grand frère ? fit-il alors tristement.

- Bien sûr. C'est triste que tu n'ais pas le même âge que moi.

- Tu es mon grand frère et je ne voudrais pas que cela change, fit Philipp avant de se serrer contre Harry. Tu auras Sally au moins.

- Oui, fit Harry avec un certain soulagement dans sa voix. Je suis vraiment content de pouvoir l'amener avec moi. J'ai… j'ai toujours besoin de sa présence pour bien dormir…

- Il est adorable, fit Philipp alors que le concerné miaula en se frottant contre ses jambes.

Philipp s'abaissa alors et le gratouilla sous le menton.

- Toi aussi, tu vas me manquer, grande boule de poils.

- Maw !

- Il dit que tu vas lui manquer aussi, rit alors Harry. Ah et il me dit dans ma tête que tu vas morfler le week-end prochain.

- Tsss… j'espère bien, Sally, mais tu devras aussi t'occuper de tes chatons et de ta femelle, hein.

- Z'allez me manquer, fit à son tour Clarence.

- Toi aussi tu vas nous manquer, fit doucement Harry. Mais on revient vendredi !

- Promis ?

- Promis, ma chouquette, répondit Abigaelle.

- Passez une bonne semaine, mes chéris, fit Elizabeth dont la voix trahissait la tristesse.

Abigaelle et Harry virent serrer leur mère dans leur bras puis ce fut le tour de Hardwin, Philipp et Clarence qui profitèrent des câlins offerts par les deux adolescents. La dernière des Potter se blottit longuement dans les bras de sa grande sœur puis dans ceux de Harry, laissant couler quelques larmes.

- On t'aime, tu sais, chuchota Harry. Tu feras des bisous pour nous à papa et maman tous les jours, n'est-ce-pas ?

Clarence acquiesça vivement avec les yeux plein de malice.

- Ecrivez s'il y a quoi que ce soit, les enfants, fit Hardwin en prenant son épouse par la taille. Vous allez nous manquer.

Les deux ados acquiescèrent puis aperçurent Coraleen et Donn Prince au loin. Niklas, Audrey, Leonius et Jania ne tardèrent pas à les rejoindre et les parents les observèrent dépasser les hautes grilles.

- Tout va bien se passer, fit doucement Hardwin en frottant le dos de sa femme. Harry n'est pas seul.

- De plus, intervint Edouard, ils ont leurs phénix. S'il devait véritablement se passer quelque chose, ils savent comment disparaître.

- On va boire un verre ? proposa Léto qui les avait rejoints.

- Pourquoi pas, répondit Hardwin. Allez, jeunes gens. Les enfants nous écriront bien assez vite, Allez, oust, du balai !

Les adultes transplanèrent avec les plus jeunes qui ne pouvaient pas encore se rendre au collège et passèrent la fin de la journée ensemble.

.

*~*°O°o°O°*~*

.

Harry tenait fermement la main de sa grande sœur qui, fière d'avoir son petit frère avec elle, lançait un regard noir à quiconque osait critiquer les mains jointes.

Les plantes à l'avant du bâtiment étaient à la fois magnifiques et étranges. Certaines criaient et d'autres grignotaient les feuilles de leurs voisines. Le mélange de couleur était tout aussi surprenant et les arbres étaient inconnus aux yeux de Harry.

Le bâtiment s'élevait sur quatre niveaux, un rez-de-chaussée et trois étages. Abigaelle le laissait découvrir le nouvel environnement et cherchait ses amies des yeux.

Ils arrivèrent enfin dans le hall qui donnait l'accès sur un couloir à gauche, sur la droite ainsi que sur un pont en face d'eux. Les yeux des nouveaux élèves remarquèrent immédiatement le ciel artificiel du Hall, reflétant une magnifique aurore boréale.

- C'est magnifique, murmura Audrey derrière eux.

Un adulte leur demanda de le suivre et ils allèrent sur la droite, passant dans un grand couloir qui déboucha sur deux portes.

Ils entrèrent par la porte de gauche et découvrirent une magnifique salle avec six grandes tables entourées de chaises.

Ici, contrairement à Poudlard, il n'y aurait pas quatre maisons. L'Irlande avait opté pour un système moins contraignant qui ne divisait pas les élèves en clans. Par contre, pour chaque année, il y aurait divers groupes d'études. Les élèves en faisant partie faisaient gagner des points au travers de leurs notes scolaires. Le meilleur élève du dit groupe obtenait ainsi, à la fin de l'année et pour toutes les années scolaires suivantes, un titre choisi par son ou sa meilleur-e ami-e.

Harry écouta religieusement le discours de la direction de l'établissement et observa les professeurs qui se présentèrent à eux. Il aurait d'ores et déjà la possibilité de choisir une ou deux options et il avait des rêves plein les yeux.

Les environs étaient magnifiques et l'école était très accueillante. Il observa son emploi du temps et vit qu'il n'aurait cours que le lendemain matin, leur laissant l'après-midi libre afin qu'ils puissent aménager leur dortoir comme bon leur semblait et surtout s'habituer aux lieux.

.

*~*°O°o°O°*~*O*~*°O°o°O°*~*

.

Dimanche 1er septembre 1991,

Ecole du Domaine d'Artème & Flauryia

Moscou, Russie

18 heures

Pavel, Nadège, Alekz et Tomek Mordinov attendaient avec leurs parents à l'entrée d'une impasse. Luka Driomow arriva à son tour avec Katya Stegnov et Mattews Sevolod dont les parents ne pouvaient accompagner leurs enfants en cette journée de rentrée. Lianna et Sergej regardèrent les enfants avec attendrissement, étant officiellement responsables de tout ce petit groupe pour la rentrée.

- Tout le monde va bien ? demanda Sergej, enjoué.

Des petits « oui » se firent entendre et Alekzandra embrassa sa mère sur la joue.

- Tu vas me manquer, maman. Toi aussi, papa.

- Sois sage, princesse, fit Lianna. Et préviens-nous s'il y a un souci, d'accord ? Cela vaut pour vous tous.

- Oui, Lianna, t'inquiète pas, fit Luka en souriant. Et je veillerai sur eux, ne t'en fait pas.

- J'espère bien ! grogna Sergej. Pavel, tu ne joueras pas avec ta game boy en cours, s'il te plaît.

- Oui, t'inquiète, elle restera sous mon oreiller la journée ! Je compte bien apprendre le plus possible. J'ai promis à Jania de lui donner les cours tous les mois, alors j'ai pas trop le choix tu sais.

- Bien, les coupa Lianna, le passage va bientôt s'ouvrir. Tenez-vous prêts les enfants, et soyez sages surtout. Nous vous accompagnerons jusqu'au grand Hall afin de donner les derniers papiers d'Althus à vos professeurs référents.

Le mur gris et peu attrayant se transforma subitement en lierre jaune, couvert de roses violettes.

- Traversez le mur, les enfants.

.

*~*°O°o°O°*~*

.

Un beau paysage s'étendait à présent devant le groupe. Le parc à l'avant du palais était tout simplement sublime. Deux fontaines représentaient les corps des fondateurs de cette école : Artème et Flauryia.

Les chemins se croisaient, étaient perpendiculaires et parallèles les uns aux autres et les parterres étaient couverts d'herbe verte, bleue et violette, sans compter les centaines de petites fleurs qui observaient tranquillement le ciel.

Bien plus loin se trouvait le Palais qui serait leur lieu de vie durant la semaine. C'était un grand bâtiment ovale, sur cinq étages au-dessus du sol et deux en-dessous. Les murs étaient de couleur ocre, et des poteaux blancs tenaient les balcons du premier étage. Chaque niveau avait une hauteur d'environ trois mètres et les grandes fenêtres rectangulaires promettaient un intérieur bien lumineux.

Le petit groupe avançait lentement mais sûrement dans cet environnement qui détonnait totalement de l'impasse par laquelle ils étaient arrivés. Le domaine sorcier était beau et simple, les plantes parfumaient le parc et les arbres offraient de l'ombre à ceux qui le souhaitaient.

Ils apercevaient les serres à leur droite qui rejoignaient l'avant du bâtiment. Des plantes verdoyantes profitaient pleinement du soleil.

Les enfants entrèrent en premier dans le Grand Hall avant de saluer les adultes. A la fois tristes et excités, les enfants se laissèrent serrer par les bras de Lianna et de Sergej.

- Vous transmettrez des bisous aux parents ? demanda tristement Pavel.

- Promis, mon petit, répondit Sergej. Allez, filez et soyez sage !

.

*~*°O°o°O°*~*O*~*°O°o°O°*~*

.

Londres,

King's Cross

Rebecca Prewett fut une des premières à monter dans le train. Ses parents restaient sur le quai, et l'observaient alors qu'elle arrangeait sa coiffure. Elle aperçu l'arrivée de Ron et de Ginny dont elle avait vaguement entendu parler. Son père lui avait demandé de rester sur ses gardes et de faire attention à ses paroles et ses gestes.

Rebecca était intelligente et loyale, et elle respecterait la promesse qu'elle avait faite à son père de cœur. Grâce à Alekzandra, elle avait pu elle aussi avoir le Livre du groupe, et s'affairait déjà à y inscrire les évènements de la journée alors que sa petite sœur pleurait son départ dans les bras de leur mère. Rebecca entendit vaguement crier son prénom et regarda à nouveau par la vitre. Elle sourit à sa famille et envoya un baiser à sa petite sœur. Oui, ils allaient lui manquer, mais elle était tout aussi impatiente de découvrir le Collège de Poudlard. Fred et George lui avaient déjà transmis quelques secrets et elle était heureuse de ne pas entièrement partir en terre inconnue. D'autant plus qu'elle avait pu rencontrer brièvement ses futurs professeurs au mois d'août et que cela l'avait rendue confiante : ces personnes veilleront sur elle, ils en avaient donné leur parole à ses parents.

Elle remarqua le garçon qui devait certainement être Ronald, son cousin. L'adolescent tentait de prendre la glace de sa petite sœur et en avala un morceau alors que Ginny se mettait à pleurer. Le grand roux, certainement Percy, ignora les cris et embrassa sa mère sur la joue avant de partir sans un regard pour son frère et sa sœur.

L'année promettait d'être mouvementée, elle le sentait.

.

*~*°O°o°O°*~*

.

- Mais il est où, ce fichu Harry ! grogna une voix de garçon.

Les adolescents étaient à présent tous dans le Poudlard Express, cherchant encore des places libres.

- Je sais pas, Ron, fit Hermione.

- D'après maman, on aurait dû le voir sur le quai et l'aider à accéder au passage mais on l'a pas vu ! fit tristement Ginny. Il était censé être seul et se sentir tout perdu !

- Et on n'était pas censé se rencontrer avant que je trouve Harry, Hermione, alors dégage, cracha Ron qui était sur les nerfs.

Hermione quitta alors les deux ados, la mine triste. Elle ne comprenait pas vraiment ces changements flagrants de comportement qu'elle observait chez son ami. Elle tomba quelques instants plus tard sur un garçon qui semblait affolé.

- J'ai… j'ai perdu mon crapaud.

- Ah ?

- Il s'appelle Trevor…

- Je vais t'aider à le chercher, si tu veux, proposa Hermione alors que Ron entrait dans un compartiment avec sa sœur.

- Tu… tu ferais ça ?

- Bien sûr. Allez, viens, tu l'as perdu plutôt à l'avant ou à l'arrière du train ?

Hermione déposa ses affaires dans le compartiment de Neville qui était occupé par trois autres élèves. Les deux enfants parcoururent alors le train de long en large durant la première heure de trajet.

Hermione finit par tomber sur le dernier compartiment du train où étaient assis Ginny et Ron qui semblaient s'être à nouveau disputés.

- Je n'ai pas vu Harry, fit Hermione en se joignant à eux.

- C'est très mauvais, ça, fit Ron en grimaçant. T'es sûr que tu te souviens de la description du père de Harry ?

- Bien sûr ! cria presque Hermione, au bord de l'énervement.

- Je veux Harry, marmonna Ginny. Je veux Harry, je veux mon Harry. Je veux mon Harry… Où peut-il bien être ?

- Je ne sais pas, fit Ron en détournant la tête afin d'observer le paysage.

- Je ne sais pas non plus, murmura Hermione en s'installant confortablement et repassant en revue tous les visages qu'elle avait pu voir.

- Il est censé se sentir perdu au milieu de sorciers, et ne rien connaître à la magie. Il doit pas bien être difficile de le retrouver.

- Au pire, nous le verrons lorsque nous traverserons le lac, suggéra Ginny.

- Hé, Hermione, tu sais pourquoi Dumbledore ne voulait pas qu'on montre notre amitié avant de rencontrer Harry ?

- Non, du tout. Peut-être voulait-il donner l'impression à Harry de nous réunir ?

- Sais pas.

Hermione observa alors les mains rouge sang de Ginny. Son amie changeait au fil des semaines et elle ne savait pas ce qui lui arrivait. Elle se grattait les bras et son regard se faisait souvent vide, ou lointain. Sans compter que Ron devenait agressif et obsédé par sa future amitié avec Harry Potter. Pourquoi était-ce aussi important ?

Une douleur aiguë la fit sursauter. Pourtant elle était certaine qu'aucune écharde ne s'était logée dans sa chaussure… elle soupira et retira sa basket droite afin d'examiner son pied et la semelle.

.

*~*°O°o°O°*~*

.

Severus tournait en rond dans le salon de Minerva sous le regard ennuyé du professeur Flitwick.

- Tu vas brûler le tapis de Minerva si tu continue, finit par dire Pomona. Tu peux t'asseoir un peu, non ?

Un regard noir lui répondit.

- Nous n'avons pas parlé de la future réaction de notre directeur, soupira Minerva. Il va sans dire qu'Albus va s'inquiéter dès que la répartition aura dépassé la lettre P…

- Au mieux, il disparaîtra dans la soirée pour chercher Harry à Privet Drive et dérogera au décret ministériel sur le secret de notre Monde, continua Pomona.

- Ou prendre un des gamins en otage, grogna Severus. Il ne sait même pas à quoi ressemble l'enfant !

- Ca promet d'être amusant, répliqua le professeur de Sortilège en se frottant les mains.

- Pour toi, peut-être, Filius, répondit sarcastiquement Severus.

- Ne sois pas aussi coincé, Severus, le repris Pomona. Je suis certaine que tu seras tout aussi amusé.

- Albus n'a pas été surpris que la lettre d'inscription n'ait pas été retournée ? demanda Filius.

- Il n'en a pas fait mention, répondit Minerva. Il avait pensé envoyer Hagrid chercher Harry à Londres je crois, mais il a certainement oublié. Il a été assez choqué des dernières actions du Ministère et je crois que cela le préoccupe de plus en plus. De toute façon, aucune lettre n'est partie pour Privet Drive.

- Mais cela, il ne le sait pas, rajouta Filius. La soirée va être prometteuse, je le sens !

- A qui le dis-tu, marmonna Severus.

Le silence se fit et chacun but sa tasse de thé en observant le parc.

- Bien, il va être l'heure. Allez dans la salle des professeurs, il faut que je réceptionne les élèves de deuxième année, fit Pomona.

- Tu m'envoie une note, lorsque les premières années seront dans le Hall s'il te plaît ?

- Oui, Mini, comme d'habitude.

.

*~*°O°o°O°*~*

.

Les cris des élèves parvenaient déjà aux oreilles des adultes. Severus leva les yeux au ciel, priant silencieusement Magia pour qu'elle lui offre la patience et de quoi devenir sourd à ces gamins…

Dumbledore les invita à rejoindre la table des Professeurs et le Maître des Cachots grogna en guise de réponse. La rentrée tant attendue était enfin arrivée, et les adultes ne pensaient qu'à une chose : prouver au pays tout entier que leur Directeur était un manipulateur en herbe derrière ses airs de grand-père bienveillant.

Les professeurs de Poudlard n'ayant aucune responsabilité durant la soirée qui débutait, se dirigèrent vers la Table des Professeurs et y prirent place. Le nouveau professeur de défense contre les forces du mal était déjà installé et observait Severus avec insistance.

Remarquant le manège, et n'ayant aucune envie d'approcher cet homme qui sentait la sombre magie, Severus se mit en bout de table, près de Filius.

Minerva les avait accompagnés afin de boire un verre d'eau.

Les élèves de seconde à la septième année firent alors leur entrée dans la Grande Salle dans un brouhaha monstrueux. Les professeurs, impassibles, observait tout ce petit monde s'installer le plus bruyamment possible aux quatre tables présentes devant celle des professeurs. Minerva, après un discret coup d'œil à Severus et Filius, s'éclipsa avant d'accueillir les futurs élèves de première année.

.

*~*°O°o°O°*~*

.

Le calme n'atteignit la salle attenante à la salle des repas seulement lorsque les élèves remarquèrent enfin la présence d'une adulte devant eux.

Minerva observait chacun d'eux, leur laissant par là même l'occasion de se calmer et de se concentrer sur le moment présent. Elle reconnut Ronald et Ginevra Weasley – enfin, Prewett, se corrigea-t-elle mentalement – sans difficulté à cause de leurs capes usées et de leurs cheveux roux. Son regard s'attarda également sur la fille adoptive de Fabian Prewett que Ronald et Ginevra ne connaissaient pas encore.

Rebecca Prewett était grande et fine, ses magnifiques cheveux blonds feraient certainement rager toutes ses camarades. Ses yeux bleus observaient attentivement les alentours, et s'étaient arrêtés sur Minerva.

- Chers élèves, bienvenue à l'école de Sorcellerie de Poudlard. Je suis le professeur McGonagall, directrice adjointe-adjointe et professeur de Métamorphose. Pour votre première soirée parmi nous, vous serez réparti entre quatre maisons qui se nomment Gryffondor, Poufsouffle, Serdaigle et Serpentard. Cette maison sera comme une deuxième famille pour vous, au sein de ce château et durant toutes vos années d'études. Maintenant, veuillez me suivre. La répartition va bientôt commencer.

.

*~*°O°o°O°*~*

.

Les nouveaux élèves avaient suivis Minerva dans un demi-silence. Hermione récitait toutes les connaissances qu'elle avait sur la Grande Salle et son plafond magique.

- Hé, on s'en fou ! On veut profiter du moment présent, grogna un jeune garçon.

- Ce n'est pas bien ce que tu dis, le reprit Hermione. Il faut s'intéresser à tout et ne pas se laisser émerveiller par des choses qui sont normales dans le monde sorcier !

- Tu es trop terre à terre, fit doucement Ginny en souriant. Ne lui en veut pas.

Hermione souffla et regarda à nouveau devant elle.

Le Choixpeau était négligemment posé devant eux, sur un tabouret. Ce que personne ne savait, c'est qu'il était en train d'observer les nouveaux arrivants et réfléchissait à ce que Dumbledore lui avait précédemment demandé.

- Un peu de silence, s'il vous plaît, intervint Minerva en s'arrêtant sur l'estrade. Lorsque j'appellerai votre nom, vous vous approcherez, prendrez place et je poserai le Choixpeau sur votre tête.

Les fantômes sortirent des différents murs, faisant sursauter les nouveaux au passage, et la répartition débuta.

- Abbot, Hannah.

La jeune fille blonde s'avança alors et pris place. Le professeur McGonagall posa alors le Choixpeau sur la tête de la future élève.

- Poufsouffle !

Hannah, tout sourire, se leva et rejoignit la table qui l'acclamait déjà.

- Brocklehurst, Mandy.

- Serdaigle !

- Bones, Susan.

- Poufsouffle !

- Goldstein, Anthony !

- Serdaigle !

Hermione stressait. Littéralement. C'était bientôt son tour, et elle ne savait pas du tout dans quelle maison elle irait. Chacune avait des qualités et des défauts, après tout.

- Goyle, Gregory.

- Serpentard !

- Granger, Hermione.

La jeune brune s'avança en tremblant.

- Asseyez-vous, la pressa Minerva.

Hermione s'assit alors, et écouta les paroles du Choixpeau.

- Hm… étrange… très étrange… Gryffondor !

Qu'est-ce-qui était étrange ? pensa alors Hermione alors que la professeur retirait le Choixpeau.

Hermione suivit les applaudissements et se dirigea vers la table des rouges et or.

- Greengrass, Daphné.

- Serpentard !

Quelques chuchotements se firent entendre alors que la lettre « M » avait été dépassée et Hermione put clairement entendre que quelqu'un manquait : Drago Malefoy. Elle fronça les sourcils. Elle avait déjà entendu ce nom quelque part… et si ce Malefoy s'était fait kidnapper en même tant que leur Harry ? Ou alors est-ce-que Harry était dans la file ? Elle ne le voyait pas, ou alors il ne ressemblait pas à la description faite par Dumbledore.

… et la répartition continua alors jusqu'à la lettre P.

Padma Patil fut répartie à Serdaigle alors que sa sœur jumelle Parvati rejoignit Hermione à la table des Gryffons.

- Prewett, Ginevra.

Tous observèrent le Directeur se lever subitement, le teint plus pâle que les bougies flottant dans l'air.

- Gryffondor.

- Prewett, Rebecca.

- Mais c'est qui cette fille ? demanda Ron à haute voix alors que la blonde prenait place sur le tabouret.

- Poufsouffle !

- Prewett, Ronald.

- Gryffondor !

- Minerva ! fit durement le grand Albus Dumbledore. Donnez-moi votre liste, s'il vous plaît.

- Après la répartition, Albus, répondit sèchement Minerva en appelant l'élève suivant.

- Non, maintenant !

- Enfin, Albus, intervint l'infirmière du Collège. Ne sabotez pas la répartition !

La bouche ouverte, le Directeur observa les visages déçus des élèves. La situation était pourtant gravissime. L'absence de l'Elu était bien plus importante que le bon déroulement de la cérémonie, et peu lui importait que ces élèves aient une répartition entrecoupée. Que Drago Malefoy brille par son absence chez les Serpentard – car tout le monde savait que sa place y serait – était déjà une chose en soi, mais que le Survivant, Harry Potter, ne fasse pas sa rentrée à Poudlard en était une autre.

- J'exige voir ce parchemin immédiatement, fit froidement le Directeur.

Severus, par instinct, se leva très rapidement, suivit par Pomona et Filius. Un vent glacial éteignit les bougies proches de Dumbledore et le Choixpeau frissonna.

Hermione, frissonnant également, sentit son estomac faire un bon. Quelque chose de désagréable se passait autour d'elle et elle n'arrivait pas à analyser la raison de son mal-être. Elle ressentait un terrible vide en elle depuis deux ans environ, et ce courant d'air glacial semblait faire remonter d'étranges souvenirs.

La directrice-adjointe osa montrer son énervement et fit voleter le parchemin jusqu'à son supérieur hiérarchique.

Les chuchotements se faisaient de plus en plus bruyant et Dumbledore fronçait les sourcils en lisant les différents noms présents sur la liste.

- Je dois m'absenter.

- Cela ne peut pas attendre la fin de la répartition, Albus ? fit Minerva avec un air ennuyé.

Albus sembla prêt à répliquer vertement avant de se rendre – enfin ! – compte de tous les regards qui étaient fixés sur lui, y compris les regards tristes ou même craintifs des nouveaux élèves. Il soupira et essaya de calmer son exaspération. Est-ce que Minerva se rendait-elle seulement compte ? Harry Potter était censé être un sorcier, et tout sorcier digne de ce nom se devait d'entrer à Poudlard ! Pourquoi n'était-il pas présent parmi eux ce soir ? Pourquoi son nom n'apparaissait-il pas sur la liste ?

- Vous vous inquiétez pour l'enfant de Lucius, n'est-ce-pas ? demanda alors Filius Flitwick avec innocence.

Severus tenta de contrer le rire qui tentait de dépasser ses lèvres et rajouta, d'un air inquiet,

- Oui, c'est vraiment étrange qu'il ne soit pas là. Je peux comprendre que Narcissa se cache, mais son enfant aurait dû entrer cette année à Poudlard…

Le regard désabusé de Minerva envers ses collègues ne fut heureusement pas remarqué par leur Directeur qui fulminait, intérieurement, de rage. Qu'en avait-il à faire, d'un pauvre enfant de mangemort ?

- Non, je m'inquiète surtout pour le petit Harry Potter voyez-vous. Sur-ce, continuez la cérémonie sans moi, il me faut aller le chercher de ce pas !

Il s'excusa alors auprès des élèves, les informant que Mrs. McGonagall prenait le rôle de la direction pour la soirée et se dirigea vers les grandes portes. Ce fut sans compter sur une petite tête rousse qui s'agrippa violemment à ses robes, tout sourire.

- Je peux t'accompagner, papy Albus ? Allez, dis oui ! Dis oui ! Faut que je vois Harry ! Tu le sais bien, tu as dis toi-même que je devais lui…

- De quoi parlez-vous, Miss Prewett ? fit alors le directeur en fronçant les sourcils. Veuillez retourner à votre table s'il vous plaît, je n'ai pas besoin de votre aide, voyez-vous.

Ginny, sonnée et déroutée, regarda l'homme sortir alors que plusieurs rires se firent entendre. Heureusement, la voix de la directrice-adjointe retentit alors dans la Grande Salle et Ginny se fit toute petite pour le reste de la soirée.

.

*~*°O°o°O°*~*O*~*°O°o°O°*~*

.

Quelque part dans le château de Poudlard, peu après la répartition.

« Fummy ? »

« Wi, Melwyn ? »

« Tu m'as dis que le Sir Mordinov traînait dans le château, des fois, c'est cela ? »

« Wi ! »

« Amène-moi chez lui, et reviens me chercher dès que je devrai recommencer la répartition. S'il te plaît. »

« Vos désirs sont des ordres, messire. »

.

*~*°O°o°O°*~*

*~*°O°o°O°*~*O*~*°O°o°O°*~*