Quand la pureté reste dans l'âme

Sombre Magie

Bonsoir tout le monde !

Voici un nouveau chapitre, désolée de n'avoir pas pu poster plus tôt !

Un grand merci à ma correctrice ainsi qu'à vous tous et toutes !

Bonne lecture, et une bonne nouvelle semaine à tous.

Helia

Quand la pureté reste dans l'âme

La noble et moderne famille Black

*~*°O°o°O°*~*O*~*°O°o°O°*~*

Chapitre 24 :

Sombre Magie

*~*°O°o°O°*~*

La fin de l'année 1989 s'était faite tranquillement. Severus Snape avait dû rester à Poudlard, comme la plupart des enseignants et les familles avaient fêté le passage à l'année suivante entre eux, au « calme ».

Hardwin Potter, à côté de son emploi au Ministère, s'était aussi concentré sur la confection de potions pour le Projet. Il leur fallait quelques essais afin d'améliorer certaines potions dont Severus lui avait livré les secrets.

Sergej Mordinov, lui, avait dû se résigner à expliquer au petit Harry ce qu'il devrait subir.

- Tu sais, petit ange, j'ai quelque chose à te dire.

- Je sais.

Sergej esquissa un sourire. Alekzandra avait dû le prévenir, d'une manière ou d'une autre.

- Quand on a protégé mon esprit, avec Alekz, on a vu une forme jaune horrible qui me faisait peur. On aurait dit que son aura était très… méchante, fit le garçon en réfléchissant. Alekzandra m'a conseillé de l'enfermer dans le sous-sol du labyrinthe, mais il essaye de sortir et d'aller voir le reste.

Sergej arrêta brusquement son geste vers la tasse de café. Cette dernière phrase était la preuve que le temps leur était compté. Hardwin lui avait demandé de retirer cela le plus vite possible. Même aujourd'hui, si Harry acceptait. Quelle tristesse, une chose aussi horrible dans un corps bien trop jeune et fragile.

- Et c'est cette chose que vous voulez retirer, n'est-ce pas ? demanda Harry après quelques secondes de silence.

La voix était douce, calme. Il ne semblait pas avoir peur, juste légèrement inquiet.

- Je t'ai déjà dit de me tutoyer, petit garnement, grogna Sergej avec un fort accent russe, faisant rire Harry.

- Est-ce que… Severus… pourrait venir ?

- Pour ?

- Pour… quand vous… tu… retireras ça.

- J'avais peur de ta réaction, à vrai dire. Si tu veux, nous pourrions le faire ce soir. Si Severus est disponible, je lui demanderai de nous accompagner.

- On ira où ?

- En Russie, près de Moscou.

- Dans ta famille ?

- Oui. Mais ce sont des vampires, petit hérisson, et il ne faut pas que tu aies peur d'eux. Ils sont adorables.

- Ils… c'est vrai qu'ils boivent du sang humain ?

- Oui, mais ils ont leurs calices. Des calices sont des personnes humaines, qui n'ont pas été transformées en vampire, qui nourrissent un seul vampire. La personne est souvent considérée comme un frère ou une sœur de cœur de ce vampire.

- Ah, mais… le… Calice ? Il… ne peut pas mourir ?

- Généralement non, car le vampire fait attention, ne voulant pas perdre cet être cher. Tu pourras leur poser les questions toi-même, si tu le souhaites. Ils seront heureux de te répondre, mais je ne suis pas branché vampire, tu vois. Ce n'est pas… mon domaine, on va dire.

- Ok, merci.

- Pour ?

- Merci pour la réponse, oncle Sergej.

.

*~*°O°o°O°*~*

.

Samedi 6 janvier 1990

Severus était arrivé en Russie le soir même. Sergej l'avait prévenu de la date avancée pour le rituel ainsi que la remarque de Harry : « mais il essaye de sortir et d'aller voir le reste ». Cela suffisait à Severus pour comprendre cette précipitation plutôt imprévue.

- Ah te voilà ! Fit Lianna. Ils sont dans la salle à manger.

Severus secoua sa cape de voyage pleine de poudre de cheminette et suivit la maîtresse de maison.

- Severus ! s'exclama Sergej. Tu as déjà eu le rendez-vous, pour les cours que t'a conseillé Léto ?

- Bonjour Sergej, non, ce sera demain en fin d'après-midi. En espérant que Dumbledore ne remarque pas mon absence.

- Je doute qu'il ne revienne dans tes appartements après ce qu'il s'est passé la dernière fois.

- Pas faux. Alors, comment vas-tu, Harry ?

- Ca va, fit doucement Harry en baissant la tête.

Severus fronça les sourcils et s'approcha du petit.

- Hé, petit, fit-il plus fermement qu'il aurait voulu. Tout va bien se passer.

- Papa Hardwin ne peut pas venir, fit le garçon tristement. Et maman doit rester pour Clarence et Philipp…

- Nous serons avec toi, Harry, firent Severus et Sergej d'une même voix.

Harry acquiesça en reniflant doucement. Severus prit alors une grosse inspiration et se força à prendre l'enfant contre lui, dans un geste de tendresse qui lui valut un regard moqueur de son ami russe et un regard attendri de Lianna.

- Tout va bien, Harry. Ils ne te feront pas de mal. Aller, nous y allons ? Sinon nous n'aurons jamais fini !

- Oui, aller, on y va. Lianna, tu ne viens toujours pas ?

- Hm… non, chéri.

- S'il te plaît, fit Sergej sur un ton suppliant qui fit rire Harry et Severus.

- Bon, ok. Mais dans ce cas, j'envoie Alekz et Tomek chez Eulia. Allez dans le salon, je préviens Eulia.

Et il en fut ainsi. Le petit groupe de quatre sorciers partirent à Moscou par Cheminée, et arrivèrent dans un grand hall beige, rempli de diverses statues.

Le carrelage était noir et reflétait les silhouettes présentes dans ce grand hall. Un frisson parcouru le petit corps de Harry. Il se sentait à la fois heureux de pouvoir se débarrasser de cette chose dérangeante qui lui donnait souvent des mauvais rêves et à la fois craintif envers ces nouvelles personnes. Est-ce que les vampires étaient réellement inoffensifs ? Il en doutait fortement, cela devait dépendre des personnes, tout comme chez les humains… normaux.

- Nikolaï !

- Sergej ! cria un grand homme aux cheveux bruns.

Les deux hommes se prirent dans les bras dans une étreinte puissante.

- Je te présente le neveu de mon… 6 fois arrière-grand-père ? Fit Sergej en interrogeant le grand homme du regard.

Celui-ci affirma et observa ses invités.

- Bonjour jeune homme ! fit Nikolaï au bout de quelques secondes.

Harry serra la main de l'homme, intimidé. Nikolaï était grand. Il mesurait 1 mètre 90, ses cheveux bruns descendaient presque jusqu'au bas de son dos et ses yeux étaient gris clairs. Il souriait à Harry, attendant calmement que le jeune petit observe son apparence.

Nikolaï sentait l'aura incertaine autour de l'enfant. Il était encore bien jeune, et il sentait sa crainte. Il vit cependant une lueur de curiosité dans ses yeux.

- Je me nomme Nikolaï Alekseï Vladimir Mordinov, fit-il d'une voix douce qu'il n'utilisait généralement qu'en famille. Mais il vit au regard de son descendant que c'était ce qu'il fallait : inclure Harry à leur famille afin de le mettre en confiance.

- Je suis né le 18 août 1825 et je suis devenu un vampire à l'âge de 30 ans. Et toi ?

Harry ouvrit la bouche, mais hésita un instant. Nikolaï sourit alors de plus belle.

- Je… m'appelle Harry Nikolaï Severus James Potter, né le 31 juillet 1980 et… je… ne suis pas un vampire.

Les adultes rirent quelques instants alors que Sergej mis ses mains dans les cheveux du plus jeune, afin de le décoiffer.

- Belle présentation. Lord Potter a rajouté des prénoms n'est-ce-pas ?

- Oui, répondit Sergej. Nikolaï parce qu'il aime ce prénom, Severus car en adoptant Harry, il a donné le droit à Severus de prendre Harry en charge s'il arrivait malheur à leur famille. Et James, pour le père de Harry.

Nikolaï acquiesça.

- Bien, petit Harry, ce soir tu rencontreras ma femme Anya, ma fille Lena et mon fils Maksim. Il y aura également mon jeune frère Isaak et ses enfants. Vous me suivez ? Nous allons au salon. J'ai fait préparer du chocolat chaud apaisant pour toi, Harry, j'espère que tu aimes le chocolat ?

- Oui, Monsieur.

- Non, je ne m'appelle pas Monsieur, mais Nikolaï, jeune homme. Si tu m'appelles monsieur, je t'appellerai de même et te vouvoierai. Que préfères-tu ?

Harry, légèrement paniqué, s'agrippa à la cape de voyage de Lianna.

- Ne t'inquiète pas, petit hérisson, fit Lianna en reprenant le surnom désormais attitrée à Harry. Nikolaï veut juste savoir ce que tu préfères. Le tutoiement n'est-ce-pas ?

Il acquiesça.

- Évite de le torturer ainsi, grogna Sergej. Il a eu une enfance malheureuse, même s'il ne s'en rend pas vraiment compte.

Nikolaï hocha la tête puis s'excusa. Il ouvrit alors le passage menant au couloir et allèrent s'installer dans le salon. Harry n'osait rien dire et bu sagement son chocolat chaud alors que les adultes parlaient d'une sorte de tatouage que Nikolaï répugnait à laisser sur le bras de Severus. Il ne posa pas de question et se senti étrangement plus léger.

- Nous allons commencer le rituel, annonça finalement Nikolaï en se levant du fauteuil dans lequel il semblait si bien installé. Tu es prêts, Harry ? Ca va aller ?

- Oui, Nikolaï, fit-il timidement.

- Très bien. On y va alors. Ils nous attendent.

Les cinq occupants du salon quittèrent la pièce et Nikolaï les guida au travers de l'immense palais. Ils arrivèrent dans une salle immense. Le sol était recouvert d'un carrelage gris anthracite, les murs étaient beiges et les moulures au plafond argentées. Des runes de protection – Harry les reconnus grâce à l'enseignement d'Althus sur les runes celtes et russes – étaient ancrées aussi bien dans le plafond que dans le sol, gravé à même le carrelage.

- Des runes sont aussi cachées dans la peinture des murs, l'informa le maître des lieux. Bien, voici une partie de notre grande famille !

Harry regarda alors – enfin – devant lui et vit plusieurs personnes qui se présentèrent à lui.

- Salut ! fit une jeune femme rousse aux yeux verts très clairs. Je m'appelle Anya, je suis la femme de Niko. Je serai avec toi au centre du cercle afin de t'éponger la sueur qui risque de couler le long de ton dos. Tu auras certainement très chaud mais ne t'inquiète pas, ça ne devrait pas faire mal. D'accord ?

Harry acquiesça alors qu'une autre femme lui adressait la parole. Elle était blonde et avait les mêmes yeux qu'Anya.

- Je me prénomme Lena, je suis la fille de Nikolaï et Anya. Je m'occuperai d'un chant pour le rituel.

- Je m'appelle Isaak, intervint un homme au visage qui semblait plus âgé.

Il était un peu moins grand que Nikolaï, il avait les cheveux noirs et les yeux bleus.

- Et voici ma femme, Eliana, fit-il en présentant une jeune femme aux cheveux et yeux quasiment identiques.

- Je suis Nathanaöl Mordinov, premier du nom qui est un peu étrange car « öl » signifie huile en Allemand, mais mes parents ont des goûts bizarres. Bref. Je serai présent dans ton esprit avec Severus, on pourra parler un peu avant afin que tu puisses me faire confiance. Enfin, au moins un tout petit peu.

- Je m'appelle Arsène, fit un autre garçon aux cheveux noirs et pleins de gel.

- Et je suis Valentin, fit un aux cheveux plus clairs et aux yeux gris identiques à ceux de Nathanaöl.

- Bien, reprit Nikolaï, Harry si tu veux bien aller te mettre sur le fauteuil en bois là-bas s'il te plaît, ce serait parfait !

Harry tourna la tête vers la direction montrée de la main. Il y avait une sorte de tronc d'arbre sur lequel était disposé un grand coussin – certainement pour qu'il n'ait pas mal au dos ni aux fesses – pensa le jeune enfant.

- Tu vas devoir boire quatre coupes de potions, dans le bon ordre et à un moment précis, lui expliqua Nikolaï.

Intimidé, Harry n'esquissa aucun mouvement.

- Ne t'inquiète pas petit, fit Isaak sur un ton bourru dont l'accent russe était bien plus audible que son frère. Nous serons là pour te guider.

.

*~*°O°o°O°*~*

.

Harry avait froid. Il avait eu chaud, avant, mais c'était avant. Maintenant il avait vraiment froid. Il sentait la présence d'Anya qui l'avait embrassé sur le front avant qu'il ne se concentre sur ses barrières mentales encore faibles. Elle lui avait suggéré de penser à un endroit paisible, où il se sentait bien, et cela lui rappela les doux moments près du feu avec sa famille, une tasse de chocolat chaud à la main.

Les adultes ne lui avaient pas tout expliqué, et il comprenait maintenant pourquoi.

Il avait d'abord guidé Nathanaöl et Severus dans son esprit, dépassé les premières barrières et donné l'accès au labyrinthe et ses différents étages. Nathanaöl lui avait raconté son enfance heureuse et sa décision de suivre ses parents dans le domaine vampirique. Ce n'était en aucun cas pour conquérir le monde ni pour faire du mal aux humains, bien au contraire. Leur famille avait des pouvoirs qui ne se transmettaient plus lorsqu'ils se transformaient, mais ils pouvaient tout de même enseigner aux plus jeunes, afin que les différentes faces de la Magie ne se perdent pas au cours du temps. Ils travaillaient, surveillaient des mages dits « dangereux » ou traquaient de dangereux sorciers pour la police magique. Certains étaient avocats depuis des centaines d'années, d'autres regardaient le monde vivre à son rythme avec les évolutions et changements. Chacun avait son domaine de prédilection.

Nikolaï, Nathanaöl et Lena étaient spécialisés dans les vieux rituels de Magie Sombre. Il expliqua brièvement qu'en soit, il n'y avait pas de magie blanche ou noire : chaque facette de magie avait ses avantages et inconvénients, pouvait être totalement inoffensive et extrêmement dangereuse. Il donna le même exemple qu'Elizabeth avait un jour donné à Harry : un léger Lumos pouvait te guider dans le noir, mais un puissant Lumos projeté vers les yeux d'un être vivant pouvait le rendre aveugle.

Nathanaöl fut heureux de constater que leur invité comprenne aussi bien les choses et surtout, ce petit être jadis mutilé semblait bien curieux. Mais avant de lui proposer un apprentissage dans les règles made in Mordinov, il leur faudrait mener à bien cette épreuve : détruire la chose immonde qui occupait le corps et l'esprit de ce jeune garçon si… pur, innocent.

Le chant qu'avait entamé Lena permettait aux autres participants de voir leurs différentes auras, et c'est cela qui avait étrangement déclenché le mal-être au plus profond du petit Harry.

L'aura de Lianna, Anya et Isaak sont orangées avec des tons bleu, violet et orange.

Cela signifia aux autres qu'ils sont généreux, faisant passer leur famille avant eux. Aimants, fraternels et respectueux des valeurs anciennes. Sincères et naturels, ils aiment apprendre toujours plus que nécessaire.

Dans l'aura de Lianna se trouve aussi un ton bleu clair, ce qui signifie un attrait tout particulier pour le contact avec les autres. Très attachée à sa famille, elle est aussi confiante et calme. Secrète et réservée, sauf pour les amis proches ou sa propre famille.

Anya, elle, a quelques vagues de vert. Elle aime être en mouvement, être occupée et chaque minute de son temps doit être consciencieusement utilisé. Elle se remet aussi souvent en question et a un énorme potentiel pour rapprocher les personnes qui, sans elle, ne seraient jamais venues à se côtoyer.

Isaak tendait vers le violet, plutôt introverti par rapport aux personnes extérieures à sa famille. Son aura semble à la fois mystérieuse et énergique, poussée vers l'intellect.

Severus, lui, a trois couleurs qui se mélangent harmonieusement : le bleu, le violet et le jaune. Audacieux, calme et des connaissances innées comme traversant les générations grâce à la magie, son amour pour l'apprentissage se sent au travers de son aura. La touche violette semble signifier qu'il est lui aussi mystérieux, mais également rancunier et introverti. Et la légère touche de jaune confirmait le fait qu'il a des soucis avec le relationnel affectif. Cependant, la présence de violet semblait effacer peu à peu le jaune qui perdait du terrain. Il y a aussi une touche dorée qui signifie que la Magie le protégeait d'un lourd fardeau – sa Marque très certainement –.

Eliana, Valentin et Lena semblaient avoir les mêmes auras bien que quelques couleurs étaient plus nuancées.

Leurs auras sont argentées et bleues : cela signifie l'abondance. Polyvalents, ils ont la capacité de s'adapter à n'importe quel milieu. Ils ont un panel de connaissances très élargi et sont loyaux envers leur famille. Confiants, stratèges en herbe et réfléchis, ils sont de véritables mentors.

Nathanaöl a une aura bleue avec une légère touche de rouge. Confiant, calme, vigilant et plutôt conservateur, il a toujours eu des pré-requis dans les rituels impliquant le sommeil ou les états de conscience d'une personne ainsi que pour la magie de l'esprit.

Arsène, lui, a une aura verte et argentée tirant vers le blanc. Très actif, il sait s'entourer des bonnes personnes et impliquer les autres dans ses projets. Coordinateur et audacieux, il est aussi doué dans la maîtrise et la magie du Temps.

Sergej a une aura à la fois rose – ce qui signifie qu'il est aimant et aime donner à ses proches afin de les rendre heureux – orange, pour le côté réaliste et égalitaire puis avait une touche violette qui confirme son côté rancunier et réservé.

Harry était celui qui avait le plus de couleurs. A la fois légèrement violette pour son côté mystérieux – sûrement le cadeau de vieille magie que lui avait transmis sa mère lors de son décès afin de le protéger – il y avait un peu de blanc qui prouve son innocence. Du jaune est aussi présent pour le côté affectif : Harry a donc toujours du mal sur le plan social et affectif. L'argenté et le doré se mélangeaient doucement, signifiant une protection divine et une richesse inestimable en Magie. Son aura est puissante mais un losange marron se formait sur son côté droit montrant qu'un morceau d'âme prenait lentement place. Et pas n'importe laquelle : une âme négative, égoïste et ayant tendance aux mensonges.

Cette partie de l'aura pulsait violemment depuis quelques minutes et Nathanaöl dû sortir du labyrinthe afin de lancer un enchantement de réchauffement sur le corps tremblotant alors qu'Anya essuyait la sueur qui coulait le long du dos de l'enfant.

Severus, lui, était toujours dans le labyrinthe. Il était avec Harry, au centre de ce que l'enfant avait construit avec Alekzandra.

- Tu le vois ? fit la voix très aiguë de l'enfant.

- Oui, ne t'inquiète pas, nous allons le neutraliser. Tu restes ici, d'accord ?

- Je… veux pas rester seul.

- Harry, fit Severus d'une voix ferme.

Le temps leur était compté et l'aide de Nathanaöl était nécessaire. Quand allait-il revenir ? Le noyau magique de l'enfant tremblait, tout comme chaque membre du petit Harry qu'il avait devant les yeux.

- Il va te falloir être courageux. Ne crois en aucun cas que je t'abandonne, petit. J'ai promis sur la tombe de ta mère que je te protégerai et je le ferai jusqu'au bout. Mais il va falloir que tu restes ici car c'est le centre de ton esprit. C'est le point de liaison entre ton âme, ton cœur, ton aura et ton esprit. Et surtout, c'est le lieu dans lequel ta propre magie te protégera le mieux. Compris ?

Harry baissa la tête, ses joues devenaient humides. Il ne voulait pas pleurer, pourtant. Il voulait être fort. C'est alors qu'il eut un hoquet de stupeur alors que Severus disparaissait entre les haies et que la douce lumière s'assombrissait.

- Tu n'as pas le droit de me faire ça ! grinça une voix criarde.

On aurait dit un sifflement, tellement c'était désagréable aux tympans. Mais Severus était déjà bien loin, à essayer de traquer la forme qui squattait son âme, son esprit et tout son corps.

- Tu pourrais devenir un grand homme ! Un puissant sorcier, si seulement tu me suivais, petit ange, fit la voix en appuyant ironiquement sur le dernier mot. Ne veux-tu pas conquérir le monde ? Terroriser ton gros et gras cousin qui t'a causé tellement de blessures et tuer ton oncle et ta tante ? Leur prouver que tu n'es pas aussi faible que ce que tu leur as fait penser ?

Harry tremblait encore plus fort, si cela était possible. La voix aiguë lui vrillait les tympans et l'effrayait.

- Tu serais grand, puissant, tu serais mon second. Tu pourrais avoir le monde entier à tes pieds, petit. Tu pourrais tuer tout ces bons à rien de moldus qui t'ont fait du mal et ceux qui t'ont vu souffrir sans rien dire. Tu pourrais te venger !

La voix provenait d'une forme de poussière noire qui voletait près de l'enfant. Harry se protégea les yeux alors qu'une forte lumière jaune l'ébloui. C'était la forme ! Le corps se matérialisait et Harry détectait son aura. Elle était légèrement jaune, mais la couleur la plus présente restait le marron, accompagné de noir. Étrangement, Harry comprit. Il comprit pourquoi il ne fallait surtout pas se soumettre à ces pensées obscures et dérangées : la forme devant lui, ce petit corps tout fripés à la peau pendante qui parlait sans cesse d'une voix désagréable était un être asocial, qui avait perdu toute notion de bien ou de mal, d'amour ou de haine, à cause de tout ce qu'il avait volontairement fait subir à son âme.

Savait-il que la voie qu'il avait empruntée le menait à sa propre perte ? Certainement pas, car il était en train de lui expliquer ses plans de grandeurs. Mais… était-ce vraiment un homme ? Avec une telle voix… Severus et les autres prononçaient toujours tout au masculin en ce qui le concernait. Mais… Était-ce seulement un être humain ?

Impulsif, manipulateur par manque de l'aura violette, égoïste, haineux et avare. Ce fut les mots qui vinrent à l'esprit du petit Harry.

Non, il ne devrait pas céder. Il ne devrait pas céder à cet homme. Jamais.

- Ne veux-tu pas rejoindre les grands, ceux qui construiront un monde meilleur, petit ? Nous t'offrirons tout ce que tu souhaites, et tu pourras même revoir tes parents ! Ne veux-tu pas revoir Lily et James Potter ?

- Ils sont morts, répondit Harry sur un ton totalement détaché.

Heureusement qu'il arrivait à copier Severus. Ses yeux le brûlaient. Bien sûr qu'il aurait aimé revoir ses parents biologiques. Mais ils étaient morts, et il fallait laisser les morts à leur repos éternel. De plus, il avait retrouvé une partie de sa famille et ils se soutenaient les uns les autres.

- La mort n'est rien quand on peut la contrôler, Harry, fit doucereusement la voix. Et je peux la contrôler. Je reste et resterai invincible.

- Ah et comment ? fit Harry, faussement curieux et plutôt écœuré par l'idée.

Déjà qu'il avait du mal à assimiler pourquoi les vampires aimaient traverser les siècles, alors rester éternel pouvait bien être une torture en soi… non ?

Un rire glacial se fit entendre.

- J'entends tes pensées sur les vampires, petit. Ce sont des créatures magiques qui devraient nous servir, à la limite nous lécher les pieds mais en aucun cas ils devraient avoir le droit de vivre comme des humains. Ce sont des choses immondes qui n'ont rien à voir avec la magie.

Harry se força à fermer les différentes portes de son esprit à quadruple tours.

- Tu as de la chance que je ne connaisse que cet endroit de ton esprit, petit, fit la chose. Même si tu es bien faible et que tu ne maintiendrais pas tes barrières bien longtemps si j'essayais !

Ah oui ? pensa Harry. Il sentait la créature tenter de forcer les différentes portes, en fonçant dedans et sans précaution aucune. La forme devant lui essayait de lui faire mal, et lui tenait le plus longtemps possible, se concentrant sur les paroles enchanteresses qu'il entendait au loin.

Il reconnaissait la voix. Nathanaöl était revenu et tentait d'entrer dans la pièce où Harry avait bloqué la forme étrange, non loin de son noyau magique.

Il n'avait pas écouté Severus, il s'était avancé vers la haie lorsque l'ami de son père était parti. Et au final, il pensait que c'était la meilleure décision de la journée. Qui sait ce qui serait arrivé, si la chose devant lui avait pu marcher ? Mais non, elle rampait et semblait pâle, maladive. Son aura empestait la crasse et la poussière.

Comment une chose si petite pouvait faire autant de mal à son esprit, et à son corps ? Comment cette chose pouvait représenter une âme infâme et dépourvue de bon sens ?

« Enfant de la Magie » souffla une voix bien plus douce à son oreille. « Enfant de Magia, enfant de Dromeille. Ta seule arme face à ce morceau d'âme que je ne reconnais plus comme mon enfant est et sera l'amour. Je t'aiderai, tout comme j'aiderai tes proches à survivre à ces paroles malfaisantes et aux personnes qui te veulent de leur côté pour leur propre bien et non le tiens. Enfant de Magia, n'aie pas de pitié pour les morts. Aie plutôt pitié des vivants. Ce morceau d'âme devant toi est le résultat d'un acte terrible. D'un homme, jadis élégant et intelligent, qui fut assoiffé de pouvoir et détruisit son âme au travers de crimes terribles. Il a divisé son âme en six morceaux, afin de survivre à travers les Temps et de détruire tous les êtres ayant du sang « impur » à ses yeux. Il n'y a pas de sang pur ou impur, et tu le sais déjà. Enfant de Magia, aie confiance en toi et en ta nature. Continue sur la Voie que tu as empruntée. »

La petite brise douce et tiède l'entoura. L'amour ? Pour combattre quelqu'un ? N'était-ce pas contradictoire ? Que devait-il faire.

Horrifié, il vit les yeux noirs et froids de la Forme juste en face de son visage.

Trop prêt.

Etait-ce trop tard ?

.

*~*°O°o°O°*~*

.

Les adultes étaient en cercles. Des filaments de couleurs reliaient chaque personne, touchant leurs bras, visages ou jambes. Les runes au sol brillaient d'un rouge sang alors que celles du plafond étaient blanches. Les murs laissaient apercevoir les quelques runes protectrices et qui permettait à la magie de ne pas agir sur le reste du bâtiment.

Sergej, Nikolaï et Isaak observaient le récipient de pierre pulser. Les runes s'illuminaient à la même vitesse qu'un cœur humain, telle une pulsation magique.

L'enchantement de réchauffement sur le corps de l'enfant n'avait pas été prévu dans les calculs durant la préparation de ce rituel. Isaak avait déjà eu l'occasion d'en faire un de la sorte, mais jamais sur une personne aussi jeune. Surtout que l'horcruxe avait élu domicile dans le corps de l'Élu sans son consentement.

Harry allait devoir se battre, et les vampires présents dans le Cercle savaient que le petit était trop faible pour cela.

Des volutes d'aura marron jaillissaient maintenant du corps de l'enfant. Anya avait les larmes aux yeux et devait se concentrer encore plus, afin de maintenir le corps immobile. Car Harry commençait à se débattre et sa joue saignait.

Les liens magiques vrillèrent quelques instants avant de laisser entendre une mélodie dangereuse.

Etrangement alors, les phénix de Severus apparurent alors que les vampires ne leur avaient pas autorisés l'accès. Leurs regards se tournèrent alors vers l'homme, surpris d'une telle intrusion.

Severus leur fit comprendre d'un regard qu'il ne comprenait pas non plus la raison de cette présence, jusqu'à ce qu'ils remarquent tous la goutte de sang qui risquait de tomber au sol et donc de briser le rituel.

Personne ne put bouger, personne ne pu esquisser ne serait-ce qu'un mouvement.

Zéphyr, le phénix de race Nyxia, avait attrapé la goutte de sang dans son bec dans un mouvement élégant et Surya, le phénix dit d'Oyliossée-Alba, avait laissé coulé une larme sur la joue de l'enfant tout en voletant doucement autour d'eux.

Ils avaient compris l'heure gravissimes et savaient, certainement, qu'ils ne devaient pas interférer avec le rituel. Aucun chant, aucun contact physique.

Mais, alors que les personnes présentes reprirent leur souffle, une poussière argentée tomba sur eux.

Le regard effrayé, Sergej renversa un bol de sang sur une des runes qui s'éteignit.

Un juron plus tard, la pièce tomba dans l'obscurité la plus totale et deux cris se firent entendre.

Un cri strident de douleur.

Un puissant cri horrifié.

Et ce fut le silence.

.

*~*°O°o°O°*~*

*~*°O°o°O°*~*O*~*°O°o°O°*~*